La Longue Nuit – David Moitet

Synopsis :
Mira a un rêve : devenir la première femme enquêtrice du royaume. Mais pour cela, elle doit réussir l’épreuve de la longue nuit, un rite qui permet à chacun de gagner sa place dans la société. L’enjeu est de survivre une nuit entière dans la forêt interdite et de trouver une fleur de Lune… Mira n’est pas au bout de ses surprises, car les secrets de la forêt vont bien au-delà de cette terrible initiation.

Mon avis :
J’avais beaucoup apprécié RC 2722 de ce même auteur, j’avais donc hâte de découvrir un autre livre. Et la 4è de ce nouveau livre (même si elle parait assez classique) a su m’intriguer

Des personnages humains mais pas que
Les personnages de cet univers sont particuliers. Ils m’ont fait pensé à certains personnages de Sweet Tooth. C’est d’ailleurs assez perturbant d’imaginer un « homme éléphant » ou une « femme antilope » car les descriptions sont assez pauvres sur ce point. On ne sait pas comment les animaux sont devenus les ancêtres de ces humanoïdes qui ont gardé quelques caractéristiques animales. D’ailleurs il y a globalement peu de description dans le roman.

Un monde dichotomique
Le monde de ce livre est divisé en 2 parties. D’un côté, les Herbivores, de l’autre les Carnivores (qui ne feront qu’une petite incursion, certes importante pour l’intrigue, dans le roman). Chez les Herbivores, tout est carré, tout est ordonné grâce à la Longue Nuit… mais Mira va découvrir ce qui se cache derrière tout ça et c’est loin d’être du joli-joli !
Mira issue de la haute société et 1ère femme à entrer dans la Police du Roi va vite découvrir que le monde dans lequel elle vit est loin d’être paisible.

Plusieurs points de vue
Le roman est principalement du point de vue de Mira, avec toutefois quelques incursions bienvenues dans le point de vue d’autres personnages plus ou moins clé, mais qui feront avancé l’intrigue dans tous les cas. J’aurais apprécié un peu plus de ces points de vue ou au moins remettre un peu mieux en place certains personnages (surtout ceux dont on a que une ou deux visions du monde de leur part).

En conclusion,
Un roman où il faut mener l’enquête au côté de Mira, qui découvre les inégalités et ce que son peuple a fait pour garder la paix. Un roman où on nous parle d’inégalité des classes mais aussi de genre, de façon un peu simpliste mais l’effort est fait. La lecture de ce roman reste tout de même agréable.

Livre disponible en papier ou en numérique…. et un petit extrait 😉

Les Brigades du Steam, tome 2 – Les Chiens de Porcelaine – Cécile Duquenne & Etienne Barillier

Synopsis :
1912. Solange Chardon de Tonnerre, la commissaire au bras mécanique de la Treizième Brigade mobile, déniche à Limoges un nid d’anarchistes. Épaulée par son meilleur coéquipier, le jeune Auguste Genovesi, elle devra vaincre ses démons pour espérer sortir vivante du terrible complot dans lequel elle est prise.

Mon avis
Après le 1er tome (qui à la base n’en était pas forcément un), j’avais bien envie d’une nouvelle aventure de la Treizième Brigade mobile ! Quelle fut donc ma joie quand j’ai vu arrivé ce second tome !

Deux intrigues pour une enquête
On commence ce tome par une moment de « vacances » de notre 13è Brigade… qui évidemment tourne à l’enquête ! Enquête qui va se dérouler sur 2 intrigues qui ont l’air totalement différentes à première vue mais qui finissent par se rejoindre via un intérêt commun. Les deux intrigues sont haletantes à mi chemin entre réalité et fiction comme dans le 1er tome.

Solange, un parcours compliqué
Dans ce tome, on en découvre un peu plus sur les modifications de Solange mais aussi sur son ressenti, son passif… Bref, j’ai beaucoup apprécié ne pas voir Solange uniquement comme cette femme « cassée », de la voir se sentir « normale » juste un temps.

En conclusion,
Ce tome 2 est donc passionnant comme le premier tome dont on retrouve la verve, et au vu de l’épilogue… on peut espérer un tome 3 … dans une période trouble de l’Histoire!

Article associé : Tome 1
D’autres avis chez : Fantasy à la carte, …
Livre disponible en papier ou en numérique