Even dead things feel your Love – Mathieu Guibé

Synopsis : 
Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.
L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.

Mon avis : 
Après avoir passé du temps avec Peter Grant à Londres et même si j’étais un peu perdue, je n’ai pas eu envie de quitter cette métropole et d’en découvrir une autre facette totalement différente avec un auteur à la plume poétique qui me promet une histoire d’amour tourmenté (OMG, Snow lit des trucs d’amour 😮 [Mais euh… c’est pas pareil, c’est du Mathieu Guibé, c’est pas juste une histoire d’amour ! ] )
Et puis depuis le temps que j’ai découvert les nouvelles de Mathieu Guibé, il était temps que je me lance dans son roman qui poireaute dans ma PAL depuis trop longtemps (comme beaucoup de livre en fait >.< )

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– la couverture. Elle nous montre Josiah mais sans réellement nous le montrer. Juste ce qu’il faut de classique dans l’habit et juste ce qu’il faut dans le « standard » du « beau gosse » au niveau de la mâchoire pour nous suggérer un Josiah parfait.
– le découpage en partie. Chacune des parties représentant un pan de l’histoire mais aussi une part différente de Josiah : De la découverte à l’acceptation (je ne peux pas en dire plus de peur de spoiler)
– Josiah justement. Un vampire à la fois si humain et si… monstrueux. J’ai apprécié le suivre dans ses réflexions, ses états d’âmes et des actions qui traversent le temps. En effet, le roman tourne autour de lui et son cheminement dans la vie est comme son âme : tortueux et torturé.
– Abigale, sans qui le roman n’aurait aucune raison d’être. Qu’il s’agisse de son amour pour Josiah, de sa personne fraîche et pétillante ou encore de ce qui lui arrive de plus tragique…
– la plume toujours aussi passionnante de l’auteur. Je l’avais certes découvert dans des nouvelles (cf, liens en fin d’article) et je dois admettre qu’on ne perd rien de sa jolie plume avec ce roman (oui parce que passer de la nouvelle au roman n’est pas toujours chose aisée.)
– voir l’évolution de Londres à travers les yeux des personnages. Même si ces passages sont très courts et peu développés (à mon goût), j’ai apprécié ces moments qui nous permettent de voir les quelques ellipses temporelles.

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 

Je regrette : 
– le personnage de Rudolf un peu trop caricatural (même si j’apprécie toujours ce genre de majordome, il m’a d’ailleurs fait un peu penser à Floote, le majordome d’Alexia Tarabotti ! )

En conclusion,
Un roman prenant nous contant l’histoire tortueuse et torturée de Josiah (je vais vous épargner son nom de famille, je vais l’écorcher ! ) suite à sa rencontre avec Abigale. On suit son cheminement sentimental / humain / animal durant les nombreuses années que font sa vie de vampire.
En bref, un roman bien sympathique, bien loin des livres vampiriques à tendance bit lit. En effet, ici il s’agit plutôt d’une histoire de vampire classique qui pourrait plaire au fan du genre.
J’ai vraiment apprécié passer du temps avec ce roman de Mathieu Guibé et je vais continuer à suivre ses écrits (il me reste le recueil À un sanglot de moi, tu reposes dans la PAL numérique et il va me falloir suivre ses prochains romans aussi ! )

Articles associés : Germinessence, Quintessence Hiémale.

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Mariejuliet

     /  30 avril 2015

    Ahhhh, mais c’est intéressant ça.
    Je l’ai dans ma pal et tu me donnes envie de l’en sortir 🙂

    J'aime

    Réponse
  2. C’est marrant, j’avais pas envie de le lire et maintenant un petit peu.

    J'aime

    Réponse

Déposez un flocon

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Au Cœur de la Neige

    484 p

  • Challenge en cours !

    Lien direct vers les articles des organisateurs

  • Dans la Bulle

  • Dernières Neiges

  • Neiges éternelles

%d blogueurs aiment cette page :