18.01.16 – Rozenn Illiano

Synopsis : 
Les signes l’annoncent depuis longtemps. La mécanique du monde qui tourne, s’accélère, s’emballe… Elle exacerbe les pouvoirs des clairvoyants, efface les mondes voisins du nôtre, affole la société tout entière. Peut-être l’éprouvons-nous aussi, comme de l’électricité dans l’air, une nervosité latente.
Certains, d’ailleurs, l’ont prédite. Voyants et oniromanciens, immortels, artistes, scientifiques, ils la pressentent sans parvenir à mettre de mot dessus. Une Apocalypse, une Révélation peut-être, ou la destruction pure et simple. Nous ne saurons que le jour venu, ce jour prophétisé des centaines d’années avant nous, une simple date, quelques chiffres à la signification perdue…
Six histoires à conter avant la fin du monde, pour en découvrir les acteurs et les spectateurs, les secrets et les cauchemars…

Mon avis : 
J’ai « toujours » un livre de Rozenn Illiano dans ma PAL (enfin ça c’était jusqu’à ce que je termine celui-ci). J’aime son univers fantastique et c’est un des rarissimes cas de fantastique que j’aime vraiment très très fort [non je ne fais pas de la lèche ! ] Ce recueil traînait donc depuis un moment dans ma PAL et la venue prochaine de son roman publié chez Critic me l’a rappelé et j’ai donc décidé de me lancer 🙂

Une grande nouvelle :
Une nouvelle qui m’a fait grandement sourire vu l’ampleur de la nouvelle tout en me laissant un gout de « et si c’était vrai ?  » 😉

Burn the Witch // Dialogue avec les ombres
Ces deux nouvelles sont reliés par Cécilia / Francesca. Cette dernière s’est faite viré de chez elle par un père qui parait tyrannique. Elle se découvre être une sorcière et va devoir apprendre à vivre avec grâce à Hazel puis Côme…
Dans la seconde nouvelle, Oxyde est évoqué et comme lors de ma dernière rencontre avec lui il me parait toujours aussi mystérieux et l’envie de manque pas de le découvrir encore plus.

Dans le Verre
Une nouvelle prenante qui parle de comment une photographe en herbe et sa mère photographe confirmée voient la photographie. Une histoire d’amour caché sous tout ça, une histoire de vision, d’âmes emprisonnés… Une histoire courte mais fascinante

Les Archivistes
Encore un nouvel univers, j’ai vraiment apprécié découvrir le Cercle et les archivistes. J’ai vraiment apprécie découvrir ces immortels, un aperçu de leur vie. Je sais que cette nouvelle se mèle au roman/l’univers d’ Elisabeta (que je n’ai pas encore lu). Toutefois j’ai aimé qu’on puisse la lire indépendemment (d’ailleurs je remercie tous les auteurs et toutes les autrices qui savent écrire des nouvelles ou des romans dans des univers vaste sans que l’on est l’impression de manquer de repère si on n’a pas tout lu ! )

La Balade des marcheurs de rêves
Une nouvelle qui a fait écho à une triple nouvelle lue dans un précédent recueil, j’ai aimé retrouvé un personnage que je connais, découvrir une nouvelle facette de sa vie faite des rêves des autres et ça me donne envie d’en savoir encore plus

En conclusion,
En apparence, les nouvelles n’ont pas vraiment de lien, j’ai d’ailleurs été troublé entre la 1ère et la seconde nouvelle tant l’univers parait différent. Toutefois dans une « postface » Rozenn nous indique qu’elles ont toute un lien plus ou moins étroit. En effet, le lien entre Les Archivistes et La Balade des Marcheurs de Rêves se fait assez facilement lors de leur lecture même si les univers paraissent éloignés.
Comme toujours, j’apprécie autant la plume de Rozenn Illiano. Son univers si vaste qu’il permet d’explorer. Et je crois que j’aime de plus en plus ce genre d’univers 😀

Pour aller plus loin : le WattPad de l’autrice, Onirography (site/blog)
D’autres avis liés sur le blog : Fêlures, Notre Dame de la Mer, Le Rêve du Prunellier , Le Chat qui avait peur des ombres

Psssst, une seconde lecture pour le S4F3 😀

Publicités

Le Prophète et le Vizir – Yves et Ada Remy

Synopsis : 
Rien ne destinait Kemal bin Taïmour à devenir prophète. Sans doute est-ce là une des mystérieuses interventions d’Allah, Clément et Miséricordieux, qui guida la main de l’Emir Nour al-Din Malek le jour où il le recruta pour lire l’avenir. D’homme ordinaire, voici que l’humble reçoit un don puissant mais bien incontrôlable. C’est sur la route qu’il tentera de faire entendre la voix d’Allah, qui lui parle des hommes d’autres temps.
Le Vizir Fares Ibn Meïmoun quant à lui ne croit pas au Destin et se moque des prophéties. A-t-il raison ou tort ? Qui du Prophète ou du Vizir détient la vérité ? Les protagonistes sont en place pour jouer leur rôle, il ne reste plus aux événements qu’à se dérouler. Inch Allah.

Mon avis : 
Voilà un long moment que ce tout petit livre trainait dans ma PAL (au moins 5ans puisque je l’avais déjà au programme de la 1ère édition du S4F3). Je me souviens combien les chroniques étaient enthousiastes, comment les auteurs ont été apprécié et j’avoue que ça me faisait un peu peur… L’été étant de nouveau présent et ayant envie de lire des livres courts (merci le S4F3 pour ça 😛 ) j’ai dépoussiéré mon livre et j’ai entrepris la lecture en ne pensant plus à ce que je connaissais déjà (et même en oubliant la 4è de couverture 😉 ).

 

J’ai vraiment apprécié ce format conte qui m’a rappelé un peu les contes philosophiques de Voltaire avec une morale pas forcément limpide à la première lecture.
Le côté oriental nous permet de voyager aussi bien à travers les époques que les civilisations. J’ai aimé les prophéties qui paraissent lointaine pour notre prophète mais tellement récentes pour nous puis se rapprochent doucement de notre personnage.
Je ne sais si c’est l’aspect oriental ou non mais j’ai trouvé le 1er conte très poétique même dans les moments les plus durs.

Le second conte suit au final l’histoire du 1er. Le prophète aura-t-il raison ? Le Vizir va tout faire pour le contredire. Quelqu’en soit les conséquences. Le Vizir ruse de toutes les façons possibles. On se retrouve là dans une nouvelle plus fantastique alors que la première était plus une histoire de voyage.

Je ne connais pas très bien la culture arabe et orientales mais j’ai aimé retrouver ce que je connaissais déjà (les appellations de Dieu, les djinns…) ces petits détails font encore plus voyager que le texte en lui même 😉

En conclusion,
Un court livre qui me faisait un peu peur par toutes les critiques superpositives et qui m’impressionnaient mais au final tous les écrits sur ce livre sont amplement mérité. Je recommande ce magnifique petit livre qui nous fait voyager et nous fait réfléchir à la manière des contes philosophiques.

D’autres avis chez : Blackwolf, Julien Naufragé, Vert, Tigger Lilly

Psssst c’est ma 1ère participation pour le S4F3 de cette année 🙂