Érèbe – Rozenn Illiano

Synopsis :
Un château pris dans la glace, un monde féerique couvert de neige, un ami rien qu’à elle… Et si le rêve n’était en réalité qu’un cauchemar ?
Paris, 1888. Jeune fille de bonne famille, avide de liberté, Lisbeth se sent piégée dans une vie dont elle ne veut pas. Sa mère est morte quand elle était enfant, son père est froid et autoritaire, une étrange malédiction accable sa famille depuis toujours…
Alors que l’automne s’installe, des songes enchanteurs troublent son morne quotidien : elle entre dans un monde envahi par l’hiver éternel, un ailleurs où trône un splendide château blanc peuplé d’un unique habitant, Elliot, qui lui en apprend plus sur son pouvoir naissant, celui des rêves. Ainsi, chaque nuit, ils explorent Érèbe et ses merveilles, comme dans un conte de fées.
Mais les contes de fées, tout comme les rêves, peuvent vite tourner au cauchemar, et les malédictions rattrapent toujours ceux qui cherchent à les fuir…

Des rêves mystérieux, des secrets de famille, une romance fantastique, un affrontement millénaire… Entrez à Érèbe !

Mon avis
J’ai déjà lu un livre de Rozenn cette année (enfin c’était un peu court 😛 ) et voilà qu’Érèbe m’a appelé ! Sérieusement ! Les Marcheurs de Rêves sont « mes préférés » de l’univers du Grand Projet, ajoutons à ça la mention d’hiver éternel… c’est bon ! Ce livre était bien pour moi 😀

Un décor magnifique !
Érèbe, le monde d’Érèbe, ce monde du Vide, c’est avant tout un décor magnifique dans ce qu’on construit Eliott et Lisbeth ! L’autrice a réussi à retranscrire un monde magique tout en nuances de blanc (si si c’est possible), et si, comme moi, vous appréciez les charmes de l’hiver, vous pourrez aller jusqu’à sentir cette odeur, caractéristique du froid, de l’hiver glacé.

Un air de Roméo et Juliette
Oui, bon d’accord, en vous disant ça, je résume une grande partie de l’histoire. Sauf que l’histoire entre Lisbeth et Elliot est un peu plus complexe que la tragédie de Shakespeare.
L’histoire qui s’écrit entre Lisbeth et Eliott est vraiment belle et difficile… D’une part parce que Lisbeth ne sait rien de ce qu’elle est et qu’elle est sous la coupe d’un père difficile auquel elle ne peut se confier, d’autre part parce que l’histoire des deux familles s’étale sur des siècles de mésentente.
Toutefois, n’ayez pas peur de pousser votre lecture jusqu’au bout pour en comprendre tous les tenants et aboutissements !

Un pièce du Grand Projet… ou pas !
Comme toujours, avec Rozenn Illiano, il y a ce tour de force impressionnant qui fait que si on ne connait rien du Grand Projet, on peut lire ce livre sans problème (Et je vous le conseille fortement). Et si on le connait, qu’on y a déjà gouté, on peut s’amuser à chercher des références de-ci, de-là pour essayer de relier les pièces d’un puzzle aussi grand que l’Univers

En conclusion,
Érèbe est un roman qui m’a touché, qui m’a fait rêvé et que je n’avais pas envie de quitter. Ce monde du Vide m’a happé, tout comme l’histoire de Lisbeth et Eliott, de leurs familles maudites et de leur histoire commune. Si vous cherchez un livre pour un temps glacial, n’hésitez pas à vous lancer dans ce roman !

Une magnifique couverture par Coliandre !

Pour aller plus loin : Le site de l’autrice, Erèbe sur Onirography, Une ITW récente de l’autrice
D’autres avis chez : Mes Reflets SF, Tigris Leonum, Tasse de thé et Pile de Livres, L’ourse bibliophile
D’autres articles dans le même univers : Midnight City, Le Rêve du Prunellier, Le Phare au Corbeau

La Dernière Geste, Troisième Chant : Ordalie – Morgan Of Glencoe

Synopsis :
Vingt mois ont passé depuis l’arrivée de Yuri en Keltia et le couronnement de Louis-Philippe en France. La tension n’a cessé de monter entre les deux pays, malgré les tentatives des Ambassadeurs japonais et ottomans pour calmer les velléités belliqueuses du jeune Roi d’un côté et la punition commerciale des Keltiens de l’autre. Lorsque la situation dérape, Yuri réalise qu’elle est la seule à pouvoir, peut-être, éviter au monde de basculer dans la guerre. Reste à savoir si elle est prête à en payer le prix…

Mon avis
J’avais plus que hâte de retrouver l’univers foisonnant de La Dernière Geste ! Et en plus c’est le mois de Morgan Of Glencoe chez Bookenstock, donc raison de plus pour en parler ! Autant dire que ce livre a littéralement été englouti !

Keltia
Après Paris et les Égouts qui sont une mini « réplique » de Keltia, dans le tome 1, après le Rail qui est un bout tentaculaire de Keltia, dans le tome 2, on visite ENFIN Keltia ! Et quel monde !
Keltia ressemble à une utopie mais on sent qu’il a fallu du temps et de la sueur pour en arriver à cette stabilité inclusive où tout un chacun trouve sa place. On y découvre une partie de son système politique totalement démocratique (alors que la Triade est régie par la royauté (roi, empereur ou sultan)), son système scolaire (via les Universités qui sont bien différentes de celles qu’on connait) et biensur son inclusivité ! En Keltia, tout le monde est accepté donc il n’est pas rare d’y croiser diverses fées. Clairement c’est un pays où on a envie de vivre !

Encore et toujours des personnages passionnants !
LA force de La Dernière Geste c’est son panel impressionnant de personnages ! Non on ne s’y perd pas du tout ! (contrairement à certaines sagas de fantasy classique, où en plus, ils ont tous des noms chelous). Chaque personnage a son importance plus ou moins grande dans la globalité de cette Geste. Ainsi même si on suit au départ Yuri, elle n’est peut-être pas la seule héroïne de cette histoire ! Des personnages qui, comme Roussette dans le tome 2, pouvaient paraitre juste de passage, peuvent gagner de l’ampleur (spoiler, il parait que c’était pas prévu). D’autres, comme Pyro ou Douze (💖) sont un peu plus développés, soit ils avancent, soit on en apprend plus sur leur passé… On ne parlera pas des relations qui évoluent au fur et à mesure des tomes (petit clin d’œil pour Kenzo et Clifford ! ) . On ne parlera pas non plus de tous ces moments où l’ont rit, on pleure, on frissonne de ce qui va arriver aux personnages que l’ont suit !
Bref, l’histoire tout comme les personnages sont importants.

Ordalie
Le titre de ce tome était, pour moi, un peu cryptique ne sachant pas ce qu’est une Ordalie (N.B.: Une épreuve judiciaire datant de l’Antiquité qui consiste à soumettre un ou des accusés au jugement de Dieu par le biais d’épreuves. , évidemment c’est expliqué dans le livre ! )
Une fois ce point éclairci, ça donne le ton ! On est au 3è tome, le tome « charnière » des 5 tomes de cette pentalogie ! Donc ça va barder. Comment ? Pourquoi ? Je ne peux rien dire sans dévoiler l’intrigue. Mais ça commence à chauffer sérieusement. Le prochain tome (qui n’arrivera pas l’an prochain 😥) va être tendu !

En conclusion,
Un tome excellent comme les deux précédents. Un univers foisonnant sans être fouilli. Une foule de personnages évoluant à travers les tomes, des rires, des pleurs, des moments de tensions… mais purée une super histoire !

Le Visage de Yuri se dévoile !
Toujours par l’incroyable Zariel !

De la même série : Dans l’Ombre de Paris (T1), L’Héritage du Rail (T2)
D’autres avis chez : Book’n’Geek, Dup, …
Pour aller plus loin : Le site de l’autrice, une ITW récente par Yuyine, et le Mois de… chez BookenStock