L’arpenteuse de rêves – Estelle Faye

Synopsis :
Myri est une Arpenteuse, elle a le pouvoir de s’immiscer dans les rêves des autres. Ce pouvoir est aussi une malédiction qui a causé la mort de sa jeune sœur, quelques années auparavant. Depuis, Myri se tient à l’écart des rêves grâce à la nerfolia, une plante interdite.
Mais dans le royaume de Claren, quand on est une habitante de la ville basse, on n’échappe pas facilement à son destin. Une pollution inquiétante se répand autour des ateliers, le long du fleuve. Elle coïncide avec l’apparition d’étranges fantômes qui s’introduisent dans les rêves et les transforment en cauchemars. Alors, quand le petit Miracle est à son tour frappé par le Mal des fantômes, Myri n’a pas d’autre choix que de redevenir une Arpenteuse.

Mon Avis
J’ai enfin terminé mon 1er livre de l’année ! J’aurais mis un peu de temps… J’avais commencé Les Contes Détraqués, mais malgré un roman court et jeunesse, je n’ai pas accroché, j’ai tenu jusqu’à la moitié du livre mais ça ne voulait pas coller ! Je me suis donc dirigée vers une valeur sure pour reprendre la lecture sur de bonne base ! En plus, si vous ne le savez pas (encore), j’apprécie fortement « l’oniro-punk » / fantasy onirique, en plus d’apprécier fortement les écrits d’Estelle Faye !

Des personnages riches
Myri est notre personnage principale. La vie ne l’a pas épargnée. En plus, elle est Arpenteuse mais est mal née, elle ne doit pas se faire prendre (son don est normalement un privilège), mais son don est différent des autres… Toutefois, malgré le sort qui s’est acharné sur notre jeune Arpenteuse, Myri s’est construit une famille éclectique mais attachante.
La famille de Myri commence par Riod, un triton, même sil n’est pas entièrement intégré au départ à la famille, du fait de sa condition de… triton.
On retrouve aussi Colombe, une jeune fille muette, excellente jardinière et sans doute la personne la plus raisonnée.
On craquera aussi pour le très jeune Miracle, bébé/bambin adopté par la maisonnée alors qu’il n’était qu’un nourrisson.
Armand et Lelio m’ont aussi beaucoup plu.

Un univers classique
On retrouve dans ce livre, un univers assez « classique » de la fantasy avec, Claren, une cité-royaume sous forme de colline. On découvre la pègre dans la pollution qui habite les bas fonds proches du fleuve. Les riches et privilégiés (mais pas toujours des plus sympathiques) vivent dans des palais propres en haut de la colline.

Une réflexion écologique et sociale
Tout au long de l’intrigue, un message écologique mais aussi social passe discrètement.
En effet, qui pollue ? Selon les privilégiés, ce sont les pauvres… sauf que les pauvres ne font que travailler, sans contrepartie…, pour que les riches puissent continuer d’avoir leur privilèges en toute insouciance !
Idem pour le mal des Fantômes.

En conclusion,
Ce livre est une petite pépite… Déjà regardez moi cette couverture ! Ensuite, on est, comme toujours, happé par la plume d’Estelle Faye (lisez Estelle Faye, c’est d’la bonne ! ) Ce livre est à glisser dans les mains de jeunes lecteurs (à partir de 9-10ans) pour partir dans un monde plein de rêves à réaliser.

Pour aller plus loin : un extrait du livre, Le site de l’autrice
D’Autres avis chez : Phooka, Les Lectures de Mylène, Elessar
De la même autrice sur le blog : Widjigo, Porcelaine, Un Reflet de Lune, La Voix des Oracles : tome 1, tome 2, tome 3

Publicité

Érèbe – Rozenn Illiano

Synopsis :
Un château pris dans la glace, un monde féerique couvert de neige, un ami rien qu’à elle… Et si le rêve n’était en réalité qu’un cauchemar ?
Paris, 1888. Jeune fille de bonne famille, avide de liberté, Lisbeth se sent piégée dans une vie dont elle ne veut pas. Sa mère est morte quand elle était enfant, son père est froid et autoritaire, une étrange malédiction accable sa famille depuis toujours…
Alors que l’automne s’installe, des songes enchanteurs troublent son morne quotidien : elle entre dans un monde envahi par l’hiver éternel, un ailleurs où trône un splendide château blanc peuplé d’un unique habitant, Elliot, qui lui en apprend plus sur son pouvoir naissant, celui des rêves. Ainsi, chaque nuit, ils explorent Érèbe et ses merveilles, comme dans un conte de fées.
Mais les contes de fées, tout comme les rêves, peuvent vite tourner au cauchemar, et les malédictions rattrapent toujours ceux qui cherchent à les fuir…

Des rêves mystérieux, des secrets de famille, une romance fantastique, un affrontement millénaire… Entrez à Érèbe !

Mon avis
J’ai déjà lu un livre de Rozenn cette année (enfin c’était un peu court 😛 ) et voilà qu’Érèbe m’a appelé ! Sérieusement ! Les Marcheurs de Rêves sont « mes préférés » de l’univers du Grand Projet, ajoutons à ça la mention d’hiver éternel… c’est bon ! Ce livre était bien pour moi 😀

Un décor magnifique !
Érèbe, le monde d’Érèbe, ce monde du Vide, c’est avant tout un décor magnifique dans ce qu’on construit Eliott et Lisbeth ! L’autrice a réussi à retranscrire un monde magique tout en nuances de blanc (si si c’est possible), et si, comme moi, vous appréciez les charmes de l’hiver, vous pourrez aller jusqu’à sentir cette odeur, caractéristique du froid, de l’hiver glacé.

Un air de Roméo et Juliette
Oui, bon d’accord, en vous disant ça, je résume une grande partie de l’histoire. Sauf que l’histoire entre Lisbeth et Elliot est un peu plus complexe que la tragédie de Shakespeare.
L’histoire qui s’écrit entre Lisbeth et Eliott est vraiment belle et difficile… D’une part parce que Lisbeth ne sait rien de ce qu’elle est et qu’elle est sous la coupe d’un père difficile auquel elle ne peut se confier, d’autre part parce que l’histoire des deux familles s’étale sur des siècles de mésentente.
Toutefois, n’ayez pas peur de pousser votre lecture jusqu’au bout pour en comprendre tous les tenants et aboutissements !

Un pièce du Grand Projet… ou pas !
Comme toujours, avec Rozenn Illiano, il y a ce tour de force impressionnant qui fait que si on ne connait rien du Grand Projet, on peut lire ce livre sans problème (Et je vous le conseille fortement). Et si on le connait, qu’on y a déjà gouté, on peut s’amuser à chercher des références de-ci, de-là pour essayer de relier les pièces d’un puzzle aussi grand que l’Univers

En conclusion,
Érèbe est un roman qui m’a touché, qui m’a fait rêvé et que je n’avais pas envie de quitter. Ce monde du Vide m’a happé, tout comme l’histoire de Lisbeth et Eliott, de leurs familles maudites et de leur histoire commune. Si vous cherchez un livre pour un temps glacial, n’hésitez pas à vous lancer dans ce roman !

Une magnifique couverture par Coliandre !

Pour aller plus loin : Le site de l’autrice, Erèbe sur Onirography, Une ITW récente de l’autrice
D’autres avis chez : Mes Reflets SF, Tigris Leonum, Tasse de thé et Pile de Livres, L’ourse bibliophile
D’autres articles dans le même univers : Midnight City, Le Rêve du Prunellier, Le Phare au Corbeau