Le Tour du Monde en 80 jours – Jules Verne

Synopsis : 
Le roman raconte la course autour du monde d’un gentleman anglais, Phileas Fogg, qui a fait le pari d’y parvenir en 80 jours. Il est accompagné par Jean Passepartout, son serviteur français. L’ensemble du roman est un habile mélange entre récit de voyage et données scientifiques comme celle utilisée pour le rebondissement de la chute du roman.

Mon avis : 
J’ai acheté ce livre, il y a un moment pour même pas une bouchée de pain dans un vide grenier… J’avoue avoir surtout craqué pour l’objet livre… qui malgré une édition relativement récente fait un peu « vieux livre ». De plus, même si dans ma « jeunesse » (bah oui je ne suis pas si vieille 😛 ) j’ai lu des Jules Verne, je n’ai malheureusement lu que des versions « enfants » donc simplifiées. Il était donc tant de corriger cela et de me lancer dans les vraies versions 🙂

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– le flegme un peu robotique de Phileas Fogg quelque soit la situation bonne ou mauvaise
– suivre les aventures de Passepartout qui pensait avoir trouvé une bonne planque bien tranquille en arrivant chez Mr Fogg ^^
– Voyager dans plein de pays mais comme Passepartout d’avoir toujours l’impression de trouver un bout d’Angleterre
– les embûches de Fix qui finira évidemment par arriver à ses fins malgré tout…
– le happy ending ! J’aime bien quand tout finit bien, en plus c’est de saison, comme dans les films de Noël ^^
– les quelques illustrations dans mon livre. Je les ai trouvé un peu rares mais j’ai aimé leur style qui sont « comme des gravures » (après une recherche rapide sur Gallica de la BNF, je me suis rendue compte que mon livre ne contient que très peu d’illustrations par rapport à leur version)

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 

Je regrette : 

En conclusion, 
Un roman d’aventure bien sympathique et même en ayant déjà lu une version plus simple, j’ai douté de la réussite de Phileas Fogg.
Je pense donc que je continuerai à (re)découvrir les écrits de Jules Verne en 2016 (mais cette fois en ebook, après tout, des classiques pareil, c’est gratuit 🙂 )

Petit Bonus parce que l’image de ma couv est toute pourrite ^^’ , si comme moi tu aimes les cartes, clique ici tu trouveras une chouette carte retraçant le périple de Mr Fogg 😉

Les Voies d’Anubis – Tim Powers

Synopsis :
Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d’or? Comment deviner que l’attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ?
Voyez plutôt: à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou … Et, nul doute, quelqu’un cherche à l’enlever sinon à le tuer !
Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu’en 1685 puis sera projeté dans l’Égypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis.
Traqué, maintes fois capturé et toujours s’échappant, il cherche à corps perdu la « brèche » du retour.

Mon Avis : 
Après avoir eu un bon rythme sur mes dernières (parce qu’elles étaient rapides ^^) je me suis lancée dans ce livre qui traînait dans ma PAL après un petit moment de ploufage ! De plus, il est considéré comme le livre « fondateur » du steampunk et j’avoue que ça me tentait de voir à quoi pouvait bien ressembler ce livre ^^ !

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– le mélange SF / Fantasy… même si le steampunk est un courant de SF, ce livre me fait aussi pensé à de l’urban fantasy. En effet, on y croise à la fois du voyage dans le temps (SF) mais de la magie et des êtres assez étranges (Fantasy), même si parfois on frôle avec le fantastique… ok on est bien dans un livre de SFFF ^^
– le personnage de Brendan Doyle… Parmi tous les personnages que l’on croise, il est le « principal » et j’ai réussi tant bien que mal à m’attacher à lui au point de vouloir avancer plus vite dans ma lecture lorsqu’on passait à d’autre personnage. De plus, il évolue vraiment beaucoup dans ce livre : un peu paumé au début, de plus en plus débrouillard (tout en se foutant toujours dans le pétrin) jusqu’à accepter son destin.
– découvrir le vieux Londres d’une autre façon ! Dans les autres romans que j’ai lu, c’est souvent en surface qu’on découvre Londres. Or ici, on découvre une autre facette de cette ville, avec ces bohémiens (qui parlent le « gitan »), ces clochards et les autres

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :
– Les changements de suivi de personnage qui m’ont paru parfois brutaux, même si certains sont nécessaires, ça m’a beaucoup perdu (peut-être est-ce du à la mise en page qui ne laisse qu’un interligne entre un changement)

Je regrette :
– qu’on ne suive pas plus certains personnages, je me doute que cela ait été utile mais par exemple, j’aurais aimé en savoir plus sur Jacky et moins sur Horrabin (qui m’a fichu les j’tons !)
– de ne pas avoir eu les connaissances littéraires, les poètes cités avaient l’air vraiment connu mais pas de moi ^^’

En conclusion,
J’ai lu ce livre jusqu’au bout même si le prologue m’a bien laissé perplexe… la suite s’est avérée meilleure jusqu’à me rendre à nouveau perplexe… puis j’ai retrouver Doyle et encore après, je n’ai à nouveau plus su si j’appréciais ou non… Tout au long du livre, je voulais savoir la suite tout en voulant abandonner ma lecture… Je suis un peu perdue face à ce livre…
Après avoir lu d’autres avis, j’ai vu que ce livre avait tendance à être un tout ou rien… j’ai réussi à taper pile au milieu ^^’
Le monde est intriguant à souhait, les personnages principaux sont assez développé mais d’autres sont oubliés, la magie est étrange, à la limite du fantastique (enfin…)
Bref, je reste mitigée !

D’autre avis chez : Taliesin, Lynnae, Blackwolf

  • Au Cœur de la Neige

    484 p

  • Challenge en cours !

    Lien direct vers les articles des organisateurs

  • Dans la Bulle

  • Dernières Neiges

  • Neiges éternelles