Imaginales 2022

J’ai eu la chance de participer à l’édition des 20ans des imaginales cette année. D’en profiter tout le weekend avec dodo sur place (l’avantage d’avoir un parent à 10min de voiture du festival).

1ère partie… mon ressenti.
TW : Ce bilan de festival sera certainement le moins joyeux de tous ceux qui sortiront si vous le lisez. Si vous ne souhaitez pas déprimer… passer à la seconde partie.

Cette édition est en demi teinte, voire un peu tristoune de mon côté. J’étais plus que « hypée » de pouvoir retourner dans ma ville, dans ce festival que j’ai vu grandir en même temps que moi (mes premières Imas datent de l’édition 2005 ou 2006, j’étais alors encore lycéenne et les Magic Mirror n’étaient pas encore de mise (ou alors juste le Idolize)… Il y avait même la présence de feu Bottero que mon impatience d’ado n’a pas pu/su attendre et je regrette encore aujourd’hui de ne pas avoir attendu pour lui dire tout le bien que je pensais de ses écrits).
J’avais envie de retrouver cette ambiance magique digne des Imas.
Cette ambiance où les auteurices et les lecteurices passent un agréable moment où on croise fée, dragon et anachronismes en série. Bref l’insouciance.
Et bien pour tout vous dire… Je n’ai pas retrouvé cette magie… Je ne sais pas, j’ai du perdre mon mojo ou quoique ce soit… J’ai pourtant intérieurement essayer de me convaincre que si tout les ingrédients étaient là pour que ça soit un excellent moment…
Mes meilleures Imaginales restent celles où j’avais l’impression de faire partie du paysage, où j’avais l’impression de faire parti d’un tout… Et cette année, ce ne fut plus le cas. Pas de resto à méga grande tablée pour moi, pas de gros fou rire à longueur de journée, pas de…
Alors certes le plaisir d’aller « en terrain conquis » qui ne l’est plus tant que ça, de revoir des têtes connues ou rencontrer des personnes qu’on connait depuis +/- longtemps sur le web, d’aller voir les « habitués »/mes chouchous, pas mal de rdv râtés… mais je n’ai pas retrouvé l’allégresse que j’avais dans la première moitié des années 2010.
Je sais que j’ai grandi, que j’ai changé mais je ne pensais pas à ce point et j’ai clairement l’impression de ne pas être à ma place, d’être un fruit véreux au milieu des bonbons… Sentiment imposant qui m’a décidé à partir plutôt que prévu, après avoir grignoté un truc vite fait le dimanche midi… Quasi sans dire au revoir.

2ème partie (ça devrait être plus sympa à lire) les rencontres/retrouvailles/dédicaces.
Cette année, j’ai acheté très peu de livres (ma bibliothèque physique n’étant pas extensible et minimale… et le fait que je lise à 90% en numérique pour pallier à la première raison), 2 pour tout vous dire ! J’ai aussi fait peu de dédicaces (moins d’une 10aine en comptant les livres apportés au festival) mais chacune des discussions furent agréables et de qualité. J’ai aussi pu rencontrer quelques membres de la Selko (communauté autour de Morgan of Glencoe. La communauté la plus arc-en-ciellesque et à paillettes que je connaisse) et participer au concert sur la Dernière Geste de Morgan Of Glencoe qui fut le moment du festival qui m’a apporté le plus d’émotions ! J’ai aussi pris plaisir à revoir des têtes connues comme celles des « couzines » (elles se reconnaitront)

Mes achats du weekend
Les livres que j’ai apporté pour dédicaces et mon (joli) carnet à dédicaces

3ème partie, les bons et mauvais points du festival
Je ne reviendrai pas sur les diverses polémiques qui ont eu lieues ce weekend, j’en ai compris une partie des tenants et aboutissants tout étant à moitié à l’ouest.
J’ai aimé l’extension, de plus en plus présente, du festival sur l’ensemble du Parc du Cours. Plus d’exposants, plus de compagnies pour animer… C’est fort agréable de pouvoir flâner dans les allées du festival (surtout pour respirer un peu hors de la bulle du livre ! )
La Multiplication des points buvette/restauration est aussi agréable (celleux qui ont connu l’unique buvette de la Bulle ne peuvent qu’apprécier ! ) surtout que j’ai trouvé que ça avançait bien plus rapidement… Seul ombre au tableau, certains plats/sandwiches disparaissent bien trop vite ! Alors que je saluais les options végéta*ienne… elles étaient un peu rare à avoir 😉 (heureusement pour moi, je suis toujours omnivore)
J’ai trouvé le livret du festivalier, avec les conférences, un peu mal foutu au niveau de la mise en page des conférences (au niveau de l’emplacement des horaires, notamment).
Toujours sur un sujet similaire, le site a été modifié et certains exposants (notamment des auteurices indépendant) n’étaient pas annoncé (déjà que pour elleux, c’est compliqué en terme de visibilité… si en plus on ne les annonce pas sur le site officiel… ) et il était parfois compliqué de trouver des infos sur des auteurices en particulier, même en passant par la barre de recherche qui au lieu de vous donner l’occurrence tapée en toute lettre vous donne d’abord des choses approximatives avant la bonne… Peu pratique pour se repérer en amont.

La fresque dimanche vers 11h30

En conclusion, Une édition au goût doux amer de mon côté et j’espère que ce sentiment est passager car je voudrais encore profiter longtemps des Imaginales.

Quelques mois avec Blue – Bookeen Saga.

J’avais dit que je ferai un article après la réception de mon cadeau d’anniversaire en septembre, mais … Non je n’ai pas oublié, disons plus tôt que j’ai pris le temps de bien tester la bête 😉 (et surtout de comparer avec ManEl 😉 )

Donc depuis septembre, j’ai largement eu le temps de tester Blue puisque 90% de mes lectures sont numériques. Ce passage à la lecture en numérique quasi exclusif me laissent donc le temps de faire joujou avec Blue (oui j’ai honteusement délaissé ManEl, même si je le garde précieusement car il fonctionne toujours 🙂 )

Mini comparatif Bookeen Cybook vs Bookeen Saga
Donc comparativement, Blue est un appareil plus lourd et un peu plus grand que ManEl. Tout en restant dans le très supportable puisque Blue est une liseuse de « petite taille » puisque comme on peut le voir sur une des photos (plus bas), elle est à peine plus grande que ma petite main 😉 Blue possède aussi la lumière intégrée qui me manquait vraiment sur ManEl mais aussi d’autres fonctionnalités comme le Wi-Fi, le dictionnaire, les notes… (mais j’en parlerai plus loin).
J’ai aussi apprécié ne plus devoir « reconvertir » les livres pour réduire leur poids numérique : ManEl avait beaucoup de mal avec les très gros livres donc je devais les passer « à la moulinette » sur Calibre pour les reconvertir en epub plus léger.

Blue Bookeen saga
1- La couverture protectrice
Blue possède une protection intégrée directement sur la liseuse (on ne peut pas l’enlever). J’ai trouvé l’idée sympa et permet d’éviter de devoir en racheter une et donc de rajouter un coût supplémentaire. Je possède donc la version bleu (ahah j’ai été originale en l’appelant Blue ! ), mais il existe d’autres couleurs (rouge, jaune, vert d’eau, bleu, noire…)

Cette protection est d’ailleurs douce et « élastique » ce qui permet des chutes sans casse (testé et approuvé plus d’une fois avec les flocons  😉 )

Cette protection est en forme de « livre » donc la couverture permet de passer la liseuse en veille en un clin d’œil. De plus, elle est très souple donc elle permet de lire comme un livre ou de replier la couverture au niveau de la 4è. Elle est d’ailleurs aimantée ce qui fait qu’elle ne s’ouvre absolument pas quand elle est entièrement ouverte ou fermée.

C’est dans cette couverture que sont intégrés les différents boutons (menu, page avant, page arrière, lumière et allumage) mais aussi le branchement (chargement batterie / ebook) avec sa diode de chargement. Donc en fait, seul l’écran tactile est visible en dehors de la « coque ».

2- Une utilisation simplissime
2-1- Général

Ayant déjà eu une liseuse Bookeen, je me suis vite faite à l’utilisation de la Saga qui est très simplissime avec les boutons qui permettent de passer les pages avant ou arrière et le menu.
J’ai d’ailleurs apprécié l’idée de pouvoir inverser la liseuse en inversant les boutons gauche-droite en fonction de si l’ont est gaucher ou droitier.
L’interface d’ouverture est aussi très simple en 3 parties : lecture en cours, bibliothèque (avec un aperçu de quelques livres) et la librairie. Comme vous pouvez le voir, Blue est affiliée Espace Culturel, ce qui n’empêche en rien d’acheter ses livres ailleurs 😉
Pour accéder à quelque chose, il suffit de le toucher.

Pour la lumière, il suffit d’un long appui sur le bouton en forme de soleil ou de passer par le menu.
La luminosité est donc réglable mais à part si on est en plein soleil , il est loin d’être utile de mettre la luminosité très fort (même dans le noir ! )

En appuyant sur la touche Menu puis de nouveau sur le bouton Menu, on a accès à diverses fonctionnalités :

  • À propos… : les diverses licences, les rattachements à Adobe Reader…
  • Orientation de l’interface : pour mettre en fonction de si l’ont est droitier ou gaucher mais aussi l’accéléromètre (si l’on veut lire en portrait ou en paysage)
  • Langue des menus : en français chez moi 😛 mais il y a une foultitude de langues
  • Dictionnaires disponibles : j’en possède 4 : 1 français, 2 En-Fr et un anglais
  • Wi-Fi : J’ai peu utilisé le Wi-Fi qui est un pur bouffe batterie car c’est très long pour charger une page, même sur la librairie intégrée que j’ai testé une fois pour télécharger des nouvelles gratuites.
  • Avancé :
    • Connexion USB : pour savoir que faire quand on connecte l’appareil à un ordinateur
    • Rafraîchissement écran : toutes les pages, 5 ou 10 ou jamais
    • Mise en veille : Délai de mise en veille, choix ou non de l’image de veille (j’ai choisi l’image de ma lecture en cours 😉 mais il y a des images par défaut ou le choix d’une image précise)
    • Arrêt de l’appareil on peut aussi arrêter la liseuse en appuyant « longtemps » sur le bouton on/off, (mais l’écran reste celui en cours, c’est un peu bizarre)
    • Réinitialisation

La batterie tient assez longtemps, je dirais facilement une semaine en utilisation intensive avec +/- la lumière allumée. Je n’ai jamais été jusqu’à la vider car je sais que les Bookeen freezent quand la batterie est presque vide donc j’évite d’aller au bout 😉
D’ailleurs, la liseuse s’éteint toute seule au bout de 48h de veille.

2-2- La bibliothèque
La bibliothèque est sans doute un peu bordélique chez moi (je n’ai pas vraiment de système de classement et tout n’est pas rangé ^^’ ) et malgré plusieurs mois d’utilisation, je n’ai pas cherché à optimiser mon rangement plus que ça car je m’y retrouve comme ça mais je vais tenter de développer au mieux 😉

Donc quand on va dans la partie bibliothèque en touchant « afficher plus », on tombe sur un 1er écran avec plusieurs « dossiers » :

  • Mes Collections : permet de créer des sortes d’étagères pour classer les livres donc on retrouve encore d’autres fichiers encore à l’intérieur. Le seul soucis c’est qu’on ne peut pas créer de « sous collection » donc je n’ai pas pu créer de collection « séries » avec toutes les séries avec leur tome dans des sous-collection. Mais sinon la création de collection est super simple, soit en allant dans directement dans ce menu, soit en allant dans n’importe quel dossier et appuyant sur le petit logo qui ressemble à une étagère avec des livres en haut à droite
  • Nouveaux :  tous les livres qu’on a transféré entre la liseuse et le logiciel calibre. Ce sont ces livres là qui apparaissent dans l’aperçu de la bibliothèque s’il y en a dans ce dossier
  • En cours de lecture : tous les livres ouverts au moins une fois. Donc même si c’est juste pour regarder la couverture, ils se retrouvent dans « en cours » (je trouve ça un peu « chiant » parce que là on croit que j’ai 14 livres en cours alors que je dois à peine en avoir 2 : 1 sur le long cours et 1 autre 😉 )
  • Terminés : tous les livres dont la lecture arrive à 100%. Une fois que j’ai terminé mes livres et que je les ai chroniqué, j’ai tendance à les supprimer de la liseuse pour « gagner de la place », seul le manuel de la bookeen reste 😉
  • Tous les livres : regroupe donc l’ensemble des livres déposés dans la liseuse « en vrac »
  • Ma bibliothèque : les livres qu’on télécharge depuis la librairie affiliée
  • Annotations : toutes les notes que l’ont prend pendant la lecture (c’est pas trop mon genre de prendre des notes, mais c’est assez simple à faire. Il suffit lors de la lecture de sélectionner une partie du texte en le selectionnant au doigt et une case « note » s’affiche avec un clavier tactile)
  • Images
  • Dossiers : quand on l’ouvre on retrouve tous les documents comme dans une clé usb (c’est donc là que j’ai laissé traîné mes dossiers séries tout bien trié ^^)

Dans chacun de ses dossiers, on peut trier les livres par nom, par date d’ajout… et les afficher soit en mosaïque de couverture, soit en liste avec couverture et quelques infos comme le titre, l’auteur, la maison d’édition et… le nombre de page (indispensable)

2-3- La Lecture
Et Enfin le vif du sujet… la lecture !
Hey bien, rien de plus simple ^^ On ouvre un livre et on le lit 😛 on change de page soit en frôlant (c’est hyper sensible ! ) la droite du livre, soit en appuyant sur la pression « droite » (perso j’ai une préférence pour le bouton, mais c’est l’habitude de ManEl 😉 )
Quand on veut mettre en pause le livre, on peut soit fermer le clapet, soit pressé une courte fois le bouton « on/off »
Lorsqu’on presse un mot, on a accès au dictionnaire (Fr, En-fr, En) et ça c’est super chouette. En général, quand je « cale » sur un mot, je passe en me contentant d’avoir une idée du mot, là je peux prendre quelques secondes pour avoir la signification 😉
Si on presse un ou plusieurs mots, on accède à la fonction « annotations » (dont je me sers vraiment peu)
Quand on presse la touche « menu » en pleine lecture, on a accès en haut, à quelques petites stats sur l’avancement de la lecture. C’est pratique pour savoir quand arrive la fin du chapitre. (N.B : Si le chapitre est coupé en « sous chapitre », c’est la fin du sous-chapitre qui est compté comme fin du chapitre… je me suis faite avoir sur mon livre en cours 😉 )
Et en bas à une barre avec divers boutons. Le bouton « Menu » permet d’avoir accès à d’autres fonctionnalités

  • Atteindre : une page précise grâce à un curseur qui s’ouvre en bas de l’écran
  • Table des matières (quand l’ebook est bien fait 😉 ) : le sommaire du livre avec ses chapitre et si un « > » apparait c’est qu’il y a des sous chapitres
  • Annotations
  • Recherche : pour rechercher un mot, un terme, une phrase…
  • Paramètres du texte : pour régler l’affichage à l’écran : taille, police, épaisseur, interligne…
  • Affichage : pour savoir ce qu’on affiche à l’écran lors de la lecture : titre, numéro de page ou encore inversé le noir et le blanc (donc texte blanc sur écran noir … ça ne me viendrait même pas à l’idée ^^’ )

En conclusion, J’adore Blue ma nouvelle liseuse, je la trouve suffisamment légère pour lire coucher sous la couette et très intuitive et aussi assez solide pour survivre à des chocs grâce à son enveloppe-couverture
Les seuls bémols que je lui trouve c’est la partie « collection » qui n’est pas assez malléable car impossible de créer des sous collection qui pourraient être super pratiques

Si vous avez tout lu, félicitations 😀 et j’espère que je vous aurais éclairer sur le Bookeen Saga 😉