Alice au Pays des Merveilles – Lewis Caroll & Daniel Cacouault

Synopsis :
Alice s’ennuie près de sa sœur aînée. Elle rêve alors d’un lapin blanc qu’elle suit dans un terrier. Il l’entraîne dans des aventures vertigineuses qui défient toutes les lois de la logique. C’est l’occasion pour Alice de bavarder avec des animaux qui l’interrogent sur son existence.

Mon avis :
Tout le monde connait Alice. Tout le monde connait l’histoire de Lewis Caroll. Mais je ne sais pas pourquoi, j’aime tellement cette histoire et voilà un moment que je ne l’avais pas relu. Ce magnifique livre était l’occasion de le relire et de profiter d’une nouvelle traduction (de Maxime Le Dain, traducteur chez Bragelonne) et des très jolies illustrations

Un très bel objet
Je ne connaissais absolument pas Daniel Cacouault mais la vue de la couverture m’a mise en amour ! Et quand j’ai reçu mon exemplaire, j’ai un peu halluciné de la taille de l’objet ! Parce que oui il est immense ! (Je vous avais d’ailleurs posté une petite photo sur le compte instagram du blog avec en référence un critérium bic pour échelle 😉 ) Mais c’est pour mieux pouvoir l’admirer

Et avant même de lire réellement le livre, j’en ai profité pour le feuilleter en long, en large et en travers pour pouvoir admirer les illustrations, les mises en pages, les passages mis en valeur, la qualité du papier et les tirés à part 💖 rohlala qu’ils sont beaux eux aussi ! Mais aussi la douce couverture, les dorures, le dos tissé comme un livre ancien… Bref, un très bel objet !

L’histoire d’Alice
Comme je disais en intro, tout le monde connait Alice et son histoire merveilleuse que j’ai lu déjà plusieurs fois. Mais ça doit bien être la première fois que je ne la lis pas simplement comme un conte avec des yeux d’enfants. En effet, la préface d’Alex Alice nous ouvre les yeux sur le fait qu’Alice est encore une enfant, mais qu’elle se pose des questions sur une question fondamentale par laquelle on passe tous : Qui suis-je ? En aillant cette question principale en tête, on se rend compte qu’en effet Alice se cherche au travers de son voyage extra-ordinaire.

Les « à côtés »
En fin d’ouvrage, lorsque l’histoire est terminée, il ne faut pas s’arrêter de lire.
En effet, il y a une sorte de « making-off » sur certaines des illustrations du livre avec des explications de l’illustrateur. J’ai vraiment apprécié cette partie sur ces travaux de recherche afin d’avoir l’image qui lui semblait la plus juste pour cet ouvrage. Il nous donne ses sources d’inspirations, ses réflexions, ses idées, ses confusions… le tout en 4-5 étapes pour quelques illustrations. De plus ce sont des toiles, et non pas des illustrations numériques, donc que le travail est sans doute beaucoup plus long sur une toile que sur un écran avec une palette quasi infinie et facile d’accès, même si la difficulté d’arriver au plus juste est identique quelque soit la technique.
Le mot du traducteur m’a aussi beaucoup intéressé car il explique en quoi c’est difficile de passer après moult traduction et la difficulté de traduire certains passages afin de les rendre compréhensible par le lecteur français tout en gardant l’essence même du jeux de mots anglais.

En conclusion, 
Pour les fans d’Alice (ou ceux qui voudraient la découvrir), ce livre est juste magnifique avec plein de petits détails qu’on remarque à chaque nouveau feuilletage. Par contre il va falloir lui trouver une place vu sa taille, il ne rentre vraiment pas dans une bibliothèque « standard » (aka style Billy 😉 )
Un livre à regarder mais aussi à lire pour en découvrir un peu plus sur son origine, enfin surtout celles des illustrations

Pour aller plus loin : Le Blog de l’illustrateur (non alimenté depuis 2018, mais pour le plaisir des yeux 😉 ), le site de l’éditeur

Le Prophète et le Vizir – Yves et Ada Remy

Synopsis : 
Rien ne destinait Kemal bin Taïmour à devenir prophète. Sans doute est-ce là une des mystérieuses interventions d’Allah, Clément et Miséricordieux, qui guida la main de l’Emir Nour al-Din Malek le jour où il le recruta pour lire l’avenir. D’homme ordinaire, voici que l’humble reçoit un don puissant mais bien incontrôlable. C’est sur la route qu’il tentera de faire entendre la voix d’Allah, qui lui parle des hommes d’autres temps.
Le Vizir Fares Ibn Meïmoun quant à lui ne croit pas au Destin et se moque des prophéties. A-t-il raison ou tort ? Qui du Prophète ou du Vizir détient la vérité ? Les protagonistes sont en place pour jouer leur rôle, il ne reste plus aux événements qu’à se dérouler. Inch Allah.

Mon avis : 
Voilà un long moment que ce tout petit livre trainait dans ma PAL (au moins 5ans puisque je l’avais déjà au programme de la 1ère édition du S4F3). Je me souviens combien les chroniques étaient enthousiastes, comment les auteurs ont été apprécié et j’avoue que ça me faisait un peu peur… L’été étant de nouveau présent et ayant envie de lire des livres courts (merci le S4F3 pour ça 😛 ) j’ai dépoussiéré mon livre et j’ai entrepris la lecture en ne pensant plus à ce que je connaissais déjà (et même en oubliant la 4è de couverture 😉 ).

 

J’ai vraiment apprécié ce format conte qui m’a rappelé un peu les contes philosophiques de Voltaire avec une morale pas forcément limpide à la première lecture.
Le côté oriental nous permet de voyager aussi bien à travers les époques que les civilisations. J’ai aimé les prophéties qui paraissent lointaine pour notre prophète mais tellement récentes pour nous puis se rapprochent doucement de notre personnage.
Je ne sais si c’est l’aspect oriental ou non mais j’ai trouvé le 1er conte très poétique même dans les moments les plus durs.

Le second conte suit au final l’histoire du 1er. Le prophète aura-t-il raison ? Le Vizir va tout faire pour le contredire. Quelqu’en soit les conséquences. Le Vizir ruse de toutes les façons possibles. On se retrouve là dans une nouvelle plus fantastique alors que la première était plus une histoire de voyage.

Je ne connais pas très bien la culture arabe et orientales mais j’ai aimé retrouver ce que je connaissais déjà (les appellations de Dieu, les djinns…) ces petits détails font encore plus voyager que le texte en lui même 😉

En conclusion,
Un court livre qui me faisait un peu peur par toutes les critiques superpositives et qui m’impressionnaient mais au final tous les écrits sur ce livre sont amplement mérité. Je recommande ce magnifique petit livre qui nous fait voyager et nous fait réfléchir à la manière des contes philosophiques.

D’autres avis chez : Blackwolf, Julien Naufragé, Vert, Tigger Lilly

Psssst c’est ma 1ère participation pour le S4F3 de cette année 🙂