Un éclat de givre – Estelle Faye

Synopsis :
Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris.
Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles.
Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.

Mon avis :
Après avoir découvert l’auteure dans des nouvelles, puis dans des romans plus jeunesse (La Voie des Oracles), et après avoir discuté avec elle lors de salons ou lors du « mois de… », elle m’a convaincu de me lancer dans ses écrits « adultes » (et puis bon avec un titre pareil, une couverture pareille, clairement, ça me faisait de l’œil 😉 )

J’ai aimé / J’ai adoré :
– Chet. Alors oui c’est facile d’apprécier le personnage principal, mais zut ! Au 1er chapitre, il m’a intrigué (je pense que la tournure du chapitre est faite pour ^^ ). Ensuite, il y a eu comme un crush entre lui et moi (même s’il ne le sait pas 😛 ) Ses conquêtes me faisaient sourire, ses peines me faisaient aussi de la peine, son « androgynité » m’intriguait… Alors certes, je n’étais pas lui mais j’ai aimé l’accompagner dans toute cette histoire. J’ai eu un vrai coup de cœur pour lui.
– Ce Paris. Je ne suis pas parisienne (ça me gène, ça me gène ♫ ) du coup, j’ai parfois été un peu perdu géographiquement et puis zut ! Mais j’ai aimé le voir comme il n’est pas, j’ai aimé ce Paris post apo à cheval entre le Paris d’aujourd’hui et un Paris du futur qui ressemble à un Paris du XVIIè, ce Paris envahit par tout ce qui peut l’envahir… humain, animal, végétal, hybride…

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :

Je regrette :

En Conclusion,
Une lecture très agréable, j’apprécie de plus en plus la plume de l’autrice (oui je vais m’y mettre aussi à utiliser le bon mot 😉 ) que ce soit version « adulte » ou version « jeunesse ». Estelle Faye arrive à nous faire voyager, sourire et même pleurer avec sa plume (et elle a une sacrée tchatche sur les salons, c’est super sympa, n’hésitez pas à aller discuter avec 😉 )

 

P.S. : Cette chronique est « un peu inachevée », je l’ai laissé un peu trop trainé, je ne prends pas de notes, donc j’oublie certains détails mais le souvenir de cette lecture de début d’année méritait que j’en parle même juste un peu tellement je l’ai apprécié 😉

D’autres avis chez : Blackwolf, Le Naufragé, MarieJuliet, Jae_Lou, Lune, Cornwall

Publicités

Fêlures – Rozenn Illiano

Synopsis :
Ce n’est pas tant la nostalgie qui guide ces mots, mais bien quelque chose qui s’apparente plus à une blessure ancienne, de celles qui s’imposent à vous dès que le temps change, qui font vriller vos os sous l’humidité de l’air ou la tension des tempêtes. Je crois que c’est pour cela que je guette, à la fin de l’été, le moment où les journées raccourcissent. Parce que le jour se couche tôt, parce que la nuit s’empare du paysage alors que le soir n’a pas encore sonné. Un rythme d’ailleurs, un rythme d’autrefois posé sur les méridiens du Pacifique. Si j’attends la venue de l’automne et la promesse de l’hiver, c’est pour rejeter en bloc la chaleur et le soleil. Pour noyer dans le froid ces souvenirs doux-amers de jour mourant, de montagnes baignées d’orage. — La Boussole
Huit nouvelles parcourues de failles et de rêves sans issue, d’inévitables séparations et de retrouvailles au pied des tombes.

Mon avis :

Echos du Froid
Comment mieux commencé un recueil… une nouvelle basée sur le VRAI conte de la Reine des Neiges (qui accessoirement est un de mes contes préférés). On se retrouve donc avec une sorte de suite à ce conte… qui ne finit pas comme on le souhaiterait (c’est pas toujours, tout beau tout rose ! ) mais qui reste une jolie entrée en matière dans ce recueil !

Poe
J’avais déjà lu cette nouvelle il y a un moment (elle fut dispo seule et gratuitement), je l’avais beaucoup apprécié et la relire m’a bien plu. L’histoire basée sur une histoire vraie, m’a touché. J’ai aimé suivre les quelques moments de l’admirateur de Poe.

Le Corbeau et l’écrivain
Une nouvelle en rapport direct avec Poe cette fois. Une nouvelle très bien écrite sur la folie, la dépression de Poe

Amélia des Tours
Encore des corbeaux, j’ai l’impression qu’ils sont le fil conducteur de ce recueil. Une nouvelle qui nous ouvre un univers qui promet et que j’espère retrouver dans d’autres écrits de l’auteur. Même si cette nouvelle m’a semblé pleine de mélancolie, elle s’ouvre sur un monde différent qui n’attend que d’être découvert.

L’attrape-rêves – Un parfum de pluie et de rouille – La Boussole
Une nouvelle en 3 parties. La première partie m’a bien plu, la seconde aussi et la dernière m’a dérouté. On découvre « Lili » une jeune femme hantée par les rêves des gens mais aussi les siens au point que dormir devient un calvaire / une épreuve.

Souvenirs d’encre
Encore un nouvel univers, loin des corbeaux cette fois-ci. Un univers que je ne demande qu’à découvrir aussi, avec un Oxyde qui m’a largement fait penser à cette demoiselle. Une nouvelle qui m’a beaucoup plu.

En conclusion, 
La dernière page de ce recueil m’a rappelé où j’avais déjà lu certaines nouvelles. En effet, plusieurs d’entre elle ne m’était pas inconnu.
Ce fut donc un plaisir de relire les nouvelles (surement améliorée et dont certains titres ont changé) présentent dans Le rêve du prunellier lu en 2013, tout comme d’en découvrir de nouvelles.
J’apprécie toujours autant l’univers fantastique de Rozenn (et pourtant je ne suis pas une fan de ce genre 😉 comme quoi 😉 )

 

Pour aller plus loin :
Le site de Rozenn Illiano
Articles associés
Le Rêve du Prunellier
Notre Dame de la Mer

  • Au Cœur de la Neige

    484 p

  • Challenge en cours !

    Lien direct vers les articles des organisateurs

  • Dans la Bulle

  • Dernières Neiges

  • Neiges éternelles