(Magie Grise, tome 1) Le Phare au Corbeau – Rozenn Illiano

Synopsis :
 Agathe et Isaïah officient comme exorcistes. L’une a les pouvoirs, l’autre les connaissances ; tous deux forment un redoutable duo. 
   Une annonce sur le réseau social des sorciers retient leur attention. Un confrère retraité y affirme qu’un esprit nocturne hante le domaine d’une commune côtière de Bretagne et qu’il faut l’en déloger. Rien que de très banal. Tout laisse donc à penser que l’affaire sera vite expédiée.
   Cependant, lorsque les deux exorcistes débarquent sur la côte bretonne, le cas se révèle plus épineux que prévu. Une étrange malédiction, vieille de plusieurs générations, pèse sur le domaine de Ker ar Bran, son phare et son manoir.
   Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, il leur faudra ébranler le mutisme des locaux et creuser dans un passé que certains aimeraient bien garder enfoui…

Mon avis :
Je continue dans ma lancée fantastique avec la lecture de ce livre qui dort depuis un an dans ma PAL (un an c’est un chanceux, c’est pas beaucoup 😛 ).
J’ai eu comme toujours le plaisir de retrouver un pan du Grand Projet de l’autrice.

Agathe vue par Xavier Collette

Ambiance, ambiance
On suit, comme nous le dit la 4è, un duo d’exorcistes donc ambiance fantômes très tourmentés, portes qui claquent, et vieilles légendes bien flippantes en Bretagne au programme. Le livre baigne donc dans cette ambiance qui donne des frissons en y ajoutant une dose de magie hoodoo (mélange de sorcellerie issue du vaudoo et prières catholiques. À cela se mèle une enquête pour résoudre cet exorcisme plus compliqué que prévu.


Des thèmes récurrents
J’ai retrouvé dans ce livre des thème qui reviennent régulièrement dans les écrits de l’autrice ; comme le syndrome de l’imposteur (coucou Jean-Mi ! ) dont est victime Agathe pour diverses raisons (ce qui peut rendre cette jeune femme parfois un peu exaspérante, mais je compatis et comprends) ou encore le manque de confiance en soi, thème qui me parle assez bien, ou même la quête de soi dans notre monde.
Ces thèmes reviennent régulièrement avec des personnages toujours différents par leur caractère. Ainsi Isaïah, le dandy, sorcier mec parfait et Agathe, la brisée ont des façons bien différentes de gérer les mêmes sujets.

Oxyde par Xavier Collette

Des liens avec les autres livres de l’autrice
En lisant ce livre, qui même si comme chacun des livres de Rozenn Illiano est indépendant (sauf multilogie clairement annoncée), j’ai reconnu avec plaisir des personnages (oui j’ai souri très fort en croisant certain nom) croisés au détour d’autres nouvelles* comme Francesca, Côme et surtout, surtout Oxyde (roh oui Oxyde ! va vraiment falloir que j’investisse dans Town ! ) ! C’est toujours un plaisir pour moi de rattacher les morceaux entre eux (alors que clairement je lis les morceaux du Grand projet dans un désordre complet)
Si vous n’avez jamais lu de livres de cette autrice, certains personnages peuvent vous titillez, parce qu’on a envie d’en apprendre plus sur eux, parce qu’ils sont énigmatiques, comme Alpha, mais sachez que l’on peut les recroiser ailleurs et en apprendre plus sur eux 😉
*liens en fin d’articles

En conclusion,
J’ai une nouvelle fois pris beaucoup de plaisir à lire un roman de Rozenn Illiano qui me fait aimer le fantastique comme personne (même si ce livre est plus de l’urban fantasy ésothérique, j’invente rien 😉 ). Découvrir de nouveaux personnages comme Agathe la torturée et Isaïah le dandy mais aussi relié le tout à un plus vaste univers que je suis depuis quelques années maintenant.
Une excellente lecture pour Halloween si vous voulez frissonner et découvrir la légende de Ker ar Bran.

Encore une magnifique couverture de Xavier Collette

Articles associés : 18.01.16, Félures,
Pour allez plus loin : Le site de l’autrice, dont la page du livre, un extrait (2 chapitres ! ), …
D’autres avis chez : Chut Maman lit, Yuyine, L’ourse bibliophile,…

Ghost Love – Loïc Le Borgne

Synopsis :
La vie de Mathis a pris un tournant bien sombre depuis que son frère s’est tué en voiture. Oscillant entre soirées alcoolisées avec sa bande d’amis et job étudiant au journal du coin, son été s’étire dans la chaleur et la culpabilité.
Il dérive jusqu’à Éléonore, jeune femme pleine de charme et de mystères. Ses goûts, ses paroles, ses passions s’accordent à merveille à ceux du jeune homme, bien qu’elle refuse tout contact physique…
Sans cesse ramené au manoir abandonné du coin, Mathis s’embarque dans une histoire qui le dépasse, mais qui pourrait bien l’aider à panser quelques plaies
.

Mon avis :
Quoi de mieux qu’une histoire fantastique pour une lecture d’automne surtout à l’approche de Samain ! Ce livre tombait donc à pic pour lancer ma saison « fantastique » (bon en vrai, j’ai pas tant de livre que ça en stock mais pour une fois que je lis « de saison »)

Une romance impossible
Le roman part sur une romance relativement claire pour les lecteurices, mais j’ai aimé voir par où elle allait passer, quand l’annonce serait faite, comment allait réagir les concerner … Bref, j’ai été prise au jeu dans les sentiments de Mathis. D’ailleurs j’ai fortement apprécié son comportement, ses interrogations… Tellement réel

Le frisson de l’inconnu
Mathis s’est engagé dans une histoire qui le dépasse, qui pourrait le rendre fou. Et pourtant il s’accroche car il a besoin de réponse. Cette inconnu et ce qui l’entoure est intéressant. Le frisson monte en intensité au fur et à mesure jusqu’à son apothéose pour finir en beauté mais pas dans un happy end tel qu’on pourrait s’y attendre

Un soupçon de réalité
L’auteur nous le confie à la fin du livre. Il s’est appuyé sur une petite histoire dans la grande Histoire pour créer certains personnages et le « background » de l’histoire, surtout pour les lieux et cela donne une certaine « palpabilité » au roman !

En conclusion,
Ghost Love est une romance, un roman fantastique mais traité différemment de ce que j’ai déjà eu l’habitude de lire. Un roman plein de questionnements sur l’amour, la vie, la mort, l’après… mais avant tout une lecture sympathique

D’autres avis chez : Livropathe, …
Pour aller plus loin : Un article sur le livre