Les Enigmes de l’Aube, tome 2 : Les Quatre Vérités – Thomas C Durand

Synopsis :
Anyelle a un don très particulier, du genre de ceux qu’il lui faut apprendre à maîtriser de toute urgence. Mais les écoles de magie sont des endroits peu ouverts aux filles, surtout si elles ne viennent pas de familles riches. Pourtant, pas de quoi remettre en cause sa détermination à rentrer dans le collège de magie qu’elle souhaite intégrer !

Mon avis :
Après un premier tome truculent, j’avais hâte de retrouver les aventures de la (très) jeune Anyelle dans son univers quasi exclusivement masculin

Un petit côté Harry Potter en mieux
On retrouve avec plaisir Anyelle qui a changé d’école de magie à la rentrée (parce que son don a besoin d’un meilleur enseignement). Elle est une fois encore la seule fille de l’école (enfin côté élève ! ) Aucun obstacle pour elle ou presque. Elle se fait des amis mais aussi des ennemis. de nouvelles énigmes à résoudre… Bref, une année somme toute ordinaire dans une école de magie.
Petit point qui me fait tiquer parfois lors de ma lecture. Anyelle a 9-10ans mais parfois on dirait bien plus ! Sans doute l’école de magie l’a changé.

Un humour toujours bien présent
On retrouve bien la patte du précédent tome, avec comme toujours des petites pics par ci ou par là et des notes de bas de pages indispensables pour la compréhension du texte 😉

Un sport incompréhensible pour le commun des mortels
Il y a comme dans toute école de magie qui se respecte, un sport national. Ici c’est le Métaball, et bien clairement je n’y saisi rien et on suit un match durant tout un chapitre… que j’ai lu avec beaucoup de mal… ce fut long et laborieux, parce que je n’y entends vraiment rien !

Conclusion,
Un tome 2 toujours aussi savoureux. On suit avec plaisir l’évolution d’Anyelle (et on sent bien qu’elle grandit ! ) dans un univers totalement décalé où les hommes sont le centre du monde et où une petite fille doit faire sa place et résoudre des énigmes toujours plus complexes

Article associé : Tome 1 : Premier Souffle
D’autres avis chez : Les Pipelettes en Parlent,
Pour aller plus loin : Le livre chez l’éditeur, une ITW de l’auteur sur ce second tome

Porcelaine, la légende du tigre et de la tisseuse – Estelle Faye

Synopsis :
Chine, vers l’an 200.
Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans.
Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.
Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

Mon avis :
Cet été j’ai un peu du mal à lire, du coup j’ai été fouillé dans les « archives » de ma PAL pour en sortir une valeur sure niveau auteurice et un truc assez sympa. C’est là que j’ai retrouvé au fin fond de ma PAL, ce joli livre.

Un conte théâtral
Ce roman est plus ou moins construit comme une pièce de théâtre dans laquelle se joue diverses pièces de théâtre.
En effet, le roman est en 3 parties comme 3 actes à 3 époques différentes. Toutefois, on est aussi sur le registre du contes avec sa magie, ses petites pincées d’extraordinaires… juste ce qu’il faut pour faire rêver et voyager.

Un voyage en Chine
Ce roman est un véritable voyage en lui-même. On y découvre la Chine à diverses périodes mais toujours à l’époque médiévale. La magie, la féerie, les dieux… sont très présents au départ et s’effacent doucement au fil du temps. On ne croit plus à toute cette magie pourtant elle est toujours présente et puissante.

Une « réécriture » de la Belle et la Bête
On retrouve un semblant de la Belle et la Bête dans cette histoire avec quelques variations. La quatrième de couverture nous annonce « rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice » et c’est bien ce qu’on y trouve grâce à une sorte de triangle amoureux.
J’ai beaucoup aimé les divers personnages (peu nombreux ce qui permet de ce concentrer sur eux) qui sont intrigants, passionnés et passionnants.

En conclusion,
Une lecture qui m’a sorti de mon « ordinaire » de lecture, qui m’a rappelé que l’autrice est douée dans chacun des genres littéraires auxquels elle s’essaie (et m’en fait une valeur sure). Si vous aimez les contes, alors vous pouvez prendre ce livre les yeux fermés !

D’autres avis chez : BlackWolf, Cornwall, Xapur, Vert, Shaya, …
Pour aller plus loin : Le mois d’Estelle Faye chez Bookenstock, le site de l’autrice,
Les livres de la même autrice sur le blog : La Voie des Oracles : tome 1, 2 et 3, Un éclat de Givre, Un reflet de Lune