Dilué·e·s – Collectif

Synopsis :
Te souviendras-tu de moi et de tous ces jours où la passion a triomphé ?
J’ai pris toutes les formes et ai voyagé à toutes les époques. J’ai exploré toutes les régions, toutes les silhouettes. Je suis changeant, mobile, fluide et langoureux. Les amours qui m’honorent sont diverses, elles l’ont toujours été.
Laisse-moi te guider au creux de mes souvenirs, prends les formes que j’ai prises, salue les corps que j’ai enlacés. Me suivras-tu à ton tour ? Me rencontreras-tu dans cette vie-là ?

Mon avis :
🍑 Attention, réservés à un public averti 🍑
J’étais curieuse de ce nouveau recueil. un recueil queer, même si de nos jours on voit de plus en plus de romans et nouvelles LGBT+, ce recueil va plus loin en nous proposant diverses histoires d’amours… et de sexes en dehors du cadre « hétéronormé » que nous connaissons tous

Ereshkigal – Morgane Stankiewiez
Avec cette nouvelle, on met les pieds dans le plat ! Avec les premières lignes, on sait pourquoi on est là. On est dans le « trash ». Toutefois, le thème est surtout sur l’amour de soi et en relation avec le mythe mésopotamien dont est nommée la nouvelle.

Couleur d’Ecume – Morgan of Glencoe
Vous aimez les pirates ? vous appréciez les amours saphiques ? Cette nouvelle est pour vous. La plume de Morgan of Glencoe est reconnaissable, on retrouve avec bonheur sa passion pour les relations et les personnages divers et variés. J’ai découvert une autre facette de son écriture qui est tout aussi jouissive !

Vœux Électriques – Karine Rennberg
J’ai adoré cette nouvelle toute douce ! Ici notre narrateur est une fée, la fée électricité lors de l’exposition universelle ! Ici on nous conte une jolie histoire romantique. J’ai apprécié retrouver la plume de l’autrice découverte avec Meute !

Bouches d’Incendie – Cordélia
On passe maintenant à de la SF, légère mais SF quand même. On se retrouve dans une manifestation de grande ampleur où deux personnes totalement différentes vont se rencontrer et vivre une jolie histoire qui leur permet de retrouver confiance.

Vieilles connaissance – Nadège da Rocha
Retour en fantasy, cette fois-ci en fantasy médiévale. On y suit des chevaleresses. J’ai bien aimé cette nouvelle même si l’univers prend plus le pas sur l’histoire entre les personnages. Toutefois, j’ai apprécié le petit message passé 🙂

Alpha Beauty – Théodore Koshka
Cette nouvelle a été pour moi assez malaisante. L’histoire est surtout une histoire de domination et de crime… Le petit cours de grammaire en début de nouvelle ne m’a pas dérangé plus que cela mais la relation entre les deux protagonistes m’a paru malsaine et dérangeante.

Comme un Soleil – J.-M. Corrèze
Cette dernière nouvelle est une conclusion parfaite pour ce recueil. On y suit une « divinité » qui suit les gens de son peuple dans son périple d’exploration. Cette divinité sans nom vit des amours diverses sous des formes diverses et son essence est comme le titre de ce recueil… diluée. J’ai trouvé la nouvelle très agréable et douce.

En conclusion,
Un recueil plus qu’intéressant. 7 petites nouvelles (enfin 6) qui m’ont plu à divers niveaux, permis de découvrir de nouvelleaux auteurices. Et pour celleux qui aurait peur des relations trash, à part dans la première nouvelle et la 6è, ça va 😉

Retrouvez ce livre chez son éditeur 😉 et chez tous les bons libraires physiques ou numériques

Publicité

Mordew – Alex Pheby

Synopsis :
« Les bas-fonds situés au sud de la grande ville de Mordew tremblaient sous les assauts répétés des vagues et des phénix qui s’écrasaient contre la Digue… » Ainsi commence Mordew, le nouveau roman d’Alex Pheby. Aussi épique que magique, il narre les aventures d’un jeune garçon, Nathan Treeves, né dans les bidonvilles de l’énigmatique cité de Mordew, qui se découvre un étrange pouvoir, celui de Foudroyer tout ce qui a le malheur de le contrarier. Il va se lier d’amitié avec une bande de jeunes voyous ayant élu domicile dans les égouts avant de se confronter au Maître de Mordew, un démiurge faussement philanthrope qui règne sans partage sur la ville, et qui nourrit de noirs desseins en exploitant les larmes des enfants…

Mon avis
Voilà un livre qui me tentait bien et dont le pitch me semblait bien différent de ce que j’ai l’habitude de lire… Comme souvent, j’ai lu en numérique, donc je n’avais vraiment capté le pavé que c’était (736p, plus de 100 chapitres ! )

Un monde impressionnant
La construction de ce monde est vraiment impressionnant. Les descriptions sont donc nombreuses mais nécessaires pour rendre l’univers consistant. Mordrew est une ville boueuse, une ville étrange où la magie est rare mais présente avec un Maître équivalent à un Dieu, avec Nathan un jeune garçon qui semble insignifiant, mais possédant un étrange pouvoir. On y croise des êtres nés de ventres et d’autres nés de la boue féconde, une boue étrange

Une histoire assez lente.
Le tome est divisé en 4 parties. la première met en place l’environnement de Mordrew, la seconde, la vie dans le palais du Maitre, la 3è et la 4è résolvent l’intrigue de ce tome, même si j’ai été un peu perdu sur la fin. La première partie est particulièrement lente. Les moments d’actions sont selon moi assez rares et passent trop rapidement. Le livre est assez « contemplatif »

Une ambiance à la Dickens.
Ce roman nous dépeint donc un univers boueux, sale, pauvre, sombre. N’espérez pas y trouver de la joie et de la lumière. Rarissime sont les moment où on peut entrevoir un peu d’espoir et de compréhension de la part de Nathan Treeves. Je ne sais trop où classé ce livre qui n’est pas vraiment de la Dark Fantasy, pas vraiment du roman gothique, pas vraiment… mais un peu tout ça.

En conclusion,
Mordrew est un roman particulier, qui malgré un moment assez plaisant à la lecture, n’a pas su trouver son public avec moi. J’ai apprécié mais sans plus, j’y ai passé un (trop) long moment (en cause la panne de lecture, la charge mentale de fin d’année et compagnie ! )

Pour aller plus loin : Le livre chez son éditeur