Les Ombres d’Esver – Katia Lanero Zamora

Synopsis :
Amaryllis a 16 ans et n’a jamais connu que la maison où elle est née, le domaine d’Esver, reculé, magnifique, mystérieux. Dans ce manoir qui tombe en ruines où elle vit seule avec sa mère austère, elle étudie la botanique avec l’espoir d’en faire son métier… Le jour où elles reçoivent une lettre du père annonçant la vente du domaine et le mariage forcé d’Amaryllis à un de ses associés, tout bascule. Pour échapper à ce destin, malgré les ombres qui hantent ses nuits, la jeune fille répondra-t-elle à l’aventure fantastique qui se cache derrière les portes fermées d’Esver ?

Mon avis :

Après m’être plongé dans un univers fantasy, j’avais envie d’autres choses et du plus court. Les Ombres d’Esver m’a intrigué avec son synopsis. Les lecteurices réguliers de ce blog savent déjà que le fantastique n’est pas forcément mon « genre » préféré en imaginaire, même si depuis quelques années j’essaie de m’y remettre par petite touche.

J’avoue donc avoir du mal avec le fantastique, surtout celui qui fait « peur » (oui trouillarde pour toujours et j’assume), mais Esver m’a happé, les pages ont défilés sous mes doigts (enfin plutôt sous les touches de la liseuse). L’ambiance gothique n’y est pas pour rien. J’apprécie de plus en plus ces décors, l’époque et l’ambiance toujours en mode « sépia » 😛

On suit donc l’histoire d’Amaryllis à 16ans, il existe un certain nombre de zones d’ombres qui vont s’éclairer (ou pas) au fil des chapitres qui nous explique pourquoi elle vit seule avec sa mère austère qui veut faire d’elle une éminente botaniste, qu’elle ne connait rien du monde extérieur à Esver et quelle est cette maladie étrange qu’elle a…

Le roman s’organise donc sur la vie de cette jeune fille. On navigue entre réalité et imagination… à en douter très fortement. Je me suis demandée parfois à la fin d’un chapitre si Amaryllis était folle, si c’était moi qui l’était, si je n’avais pas tout compris… J’étais parfois triste en apprenant les révélations, parfois heureuse mais toujours à me poser des questions sur la réalité ou le conte et l’autrice tient le bout entre la réalité et la folie jusqu’au bout.

Le roman est aussi résolument féministe en parlant de la place de la Femme dans la société. En effet, on y parle de leur droit à étudier, de pouvoir déposer un brevet, d’être sous la coupe d’un homme (que l’on aime ou pas) du « qu’en dira-t-on ? ». Je lis de plus en plus de livres avec ce genre de réflexions non dissimulées mais toujours intéressantes et j’aime voir que la place de la femme change doucement (ou enfin qu’on en parle réellement même dans les livres d’imaginaire 😉 )

En conclusion,
Un roman dans une magnifique ambiance gothique remplie de plantes diverses et variées, une histoire entre réalité et folie qui ont parfois du mal à se démêler, et des pointes de féminismes bien dosé. En Bref, une petite pépite qu’il fait bon lire 😀
P.S.: Il parait que c’est du Young Adult parce que la protagoniste principale est une ado de 16ans, … bah franchement ça a aussi sa place en lecture adulte 😉

D’autres avis chez : OmbreBones, Julien Naufragé, Chut Maman Lit !,

Psssst ce livre rentre dans le cadre du S4F3 😉

L’arrache-mots – Judith Bouilloc

Synopsis : 
La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.
Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !
Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

Mon avis : 
Après avoir été attiré par la couverture que j’ai trouvé solaire, puis la 4è de couverture intrigante et quelques comparaisons avec Cœurs d’Encre dans des chroniques, j’ai voulu me lancer dans cette lecture qui me semblait « rafraîchissante »

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– le pouvoir d’Illiade, ce magnifique pouvoir de conteuse que peu de gens doués possèdent (et aimant lire des histoires à voix haute, j’adorerais réellement avoir ce joli pouvoir 🙂 )
– la jeune femme est une perle, elle est à l’opposé des « clichés » de la future princesse. Bibliothécaire, ne vivant que pour la lecture et sa famille, amoureuse de ses romans, un joli tempérament qu’elle tient de sa mamie Cassandra de feu 😉
– Le prince Adil, il m’a en quelque sorte fait pensé à La Bête de la Belle et la Bête avec son côté taciturne et renfermé
– Je me suis laissée entrainé très facilement dans cette histoire avec amour et roman à la clé 🙂
– les diverses citations / références de littérature qui sont bien placés au moment M et qui ne font que renforcer le discours du moment de l’histoire
– les critiques de la Cour 😉 En effet, Illiade est une roturière mais même pas bourgeoise, elle se retrouve à découvrir un monde qui est loin de lui ressembler. Entre badineries, robes extravagantes et commères… Ces petits moments où elle nous raconte comment cela s’y passe m’ont rappelé avec amusement Les Lettres Persanes dont j’avais lu quelques extraits il y a longtemps.

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 

Je regrette : 
– que parfois certains points de l’intrigue soit cousu de fil blanc 😉 Ce roman est à destination des ados / Young Adult (vu l’âge de l’héroïne 😉 ) et c’est parfois un peu facile même si on se laisse porter par le livre

En conclusion, 
Une lecture très prenante même s’il existe quelques petits défauts substantiel qui ne gênent en rien la lecture 🙂 Une parenthèse dans un monde enchanté où la lecture peut devenir magique. Un petit page turner comme on les aime avec une jolie histoire. Ce n’est pas un roman feelgood (quoique 😉 ) mais ça pourrait être une excellente lecture d’été 🙂

L'arrache-mots

Pour aller plus loin : Lire un extrait 😉