Les Enfants du Préventorium – Fabien Clavel

Synopsis :
Article 2048. Tout enfant présentant un caractère potentiellement déviant devra, dès l’âge de 3 ans, être retiré à ses parents pour être interné au Préventorium. Il y sera mis à l’isolement et recevra un traitement approprié.
Ce que la loi n’avait pas prévu, c’est que les traitements administrés doteraient les enfants de pouvoirs psychiques étonnants…
Anaël, Miklos, Untu, Léana et Jão ont grandi ensemble dans le Préventorium. Mais, quand ils découvrent que le plus jeune d’entre eux, Jão, est atteint d’un cancer incurable, ils commencent à remettre en question le discours des adultes qui les encadrent.
Et si les médicaments qu’on leur donnait étaient responsables de la maladie de leur ami ? ou responsables de ces étranges aptitudes qu’ils ont développées ?
Les adolescents sont désormais prêts à tout pour percer les mystères de l’institut et tenter de s’évader.

Mon avis :
Voilà un synopsis accrocheur, et le nom de l’auteur ne m’était pas inconnu (j’ai lu 2-3 nouvelles par-ci par-là), du coup j’ai été tenté. De plus la couverture est aussi accrocheuse. Bref, le livre promettait beaucoup.

Un roman qui va vite sans trop se poser de questions
Dans ce roman, on suit une bande 6 enfants/ados, tout en étant toujours du point de vue d’Anaël.
On y découvre le monde clos du Préventorium où les enfants ont grandi sans trop savoir ce qu’ils font là, ni pourquoi. Un élément déclencheur va perturber leur quotidien réglé comme du papier à musique et ENFIN, ils vont se poser des questions sur leur présence ici et comment en sortir.
Tout va très vite, peut-être trop.

Un monde peu développé
J’espérais un développement plus important de cet univers. En savoir comment on en est arrivé là, comment sont récupérés les enfants (on l’entre-aperçoit). Mais ce roman est centré sur le groupe qui est tout aussi ignorant (voire plus) que le lecteur

Un fin qui laisse sur la faim
Le roman est entrecoupé par une interview/un interrogatoire et ce termine sur cet interrogatoire qui nous laisse sans réelle fin. Une suite de prévue ? Une explication ? Non rien, un twist qu’on aura pu comprendre par avance sur le personnage d’Anaël (si on fait bien attention), mais une fin qui ne donne pas l’air d’en être une. (L’éditeur parle d’une collection les Enfants du Préventorium… peut-être une suite alors ! )

En conclusion,
Un roman très rapide à lire, des chapitres courts, un rythme entrainant mais une fin qui laisse à désirer et un univers qui reste à développer pour être plus consistant.

Pour aller plus loin : Le livre chez l’éditeur (avec un extrait)
D’autres avis : sur Babelio

Publicité

L’Académie du Disque d’Argent, tome 1 : Vagabond 21 – L.P. Hurel

Synopsis
Vous avez déjà imaginé Poudlard sur la lune ? Rejoignez L’Académie du Disque d’Argent et devenez Citoyen de l’Espace !
D’aussi loin qu’elle se souvienne, Emma a toujours rêvé d’explorer l’Univers.
Alors quand une agence secrète lui propose d’intégrer une école sur la Lune pour devenir astronaute et faire partie des premiers Citoyens de l’Espace, elle accepte sans hésiter ! Au programme : astronomie, exploration, terraformation, pilotage, diplomatie extraterrestre…
Mais à son arrivée, une révélation inattendue fait tout basculer.
Rattrapée par son passé, Emma se retrouve peu à peu entraînée dans un complot spatial dont l’enjeu la dépasse et pourrait bien menacer le sort de l’humanité…

Mon avis
Après avoir lu Les Oubliés d’Astrelune, j’ai voulu découvrir un peu plus Explora Éditions, et voilà que l’opportunité de lire L’Académie du Disque d’Argent s’est présentée. Opportunité que j’ai saisi après avoir lu le pitch qui m’a tenté. Sérieusement, Poudlard sur la Lune, c’était trop tentant !

Une école secrète sur la Lune
L’idée de base est super intéressante. Le background n’est pas si mal puisqu’on arrive 50 ans après la création de l’école qui est déjà bien évoluée. On a tout de même des explications plausibles sur sa création et les difficultés engendrées (je pense qu’il faudrait un tome préquel pour un max de détails). L’admission à cette école est assez floue (puisque la principale façon d’être recruté reste d’avoir un parent qui y a été aussi). Comme le synopsis nous le vend, on se retrouve avec une sorte de Poudlard spatial : 4 branches, quelques frictions, des cours très spécialisés dans les domaines de l’école et évidemment des secrets bien planqués au fond des placards.

Des élèves bien curieux
À l’instar d’Harry Potter, on se retrouve avec une héroïne qui ne connaît pas grand-chose de son passé (enfin, surtout celui de son paternel qui était, sous couverture, un scientifique explorateur et non un membre d’une organisation internationale spatiale), contrairement à ses camarades qui en savent beaucoup plus sur son père… Tout cela va donc entraîner une enquête sur la mystérieuse disparition du père d’Emma Lorgeais, toute nouvelle initiée de l’ISA entre 2 cours sur la Lune. Cela nous mène à découvrir ce que l’organisation a fait durant les 10 dernières années.

Une lecture facile et rapide.
La plume de l’autrice est agréable à lire sans trop de fioritures et à l’air plutôt bien renseigné sur ce qu’il se passe là-haut. On est vite entraîné dans les péripéties que vivent nos 4 amis de Cassiopée (les initiés vivent dans des sortes de suite au nom de constellations.) On établit les hypothèses avant ou avec eux. Les caractères et connaissances des 4 colocs se complètent plutôt bien et… il n’y pas de romances superflues dans ce premier tome ! (Les étudiants de l’Académie doivent avoir entre 14 et 18-19 ans en première année, donc vu l’âge et les hormones, on aurait pu assister à quelques romances, mais non et youpi ! )

En conclusion,
Si vous aviez aimé Harry Potter, si vous aimez ce qu’il se passe dans l’Espace (tout en ayant une pointe d’imaginaire, après tout, on reste dans la science-fiction 😉 ), que vous cherchez une lecture rapide et prenante, ce livre est fait pour vous !
J’ai le tome 2 qui m’attend dans ma PAL, je pense qu’il n’y restera pas très longtemps (bon j’ai quelques lectures plus urgentes à faire passer mais il ne restera pas longtemps dans ma PAL quand même 😉 )

Pour aller plus loin : Un extrait, le site de l’autrice