Paris des Merveilles, tome 2 : L’Elixir d’Oubli – Pierre Pevel

Synopsis :
Quelques mois après l’épilogue des Enchantements d’Ambremer, notre mage préféré va se voir confronté de nouveaux à un tourbillons d’événements tous plus incompréhensibles les uns que les autres. Cela commence par l’état de santé détérioré d’Edmond Falissière, historien et meilleur ami de Griffont, qui doit partir en Auvergne faire une cure. Puis par la découverte d’une colonie de minimets inconnue en plein coeur de ce Paris de la Belle Époque. Et enfin par la présence d’un mage noir, Giacomo Nero dont tout le monde semble avoir peur …
On découvrira également ce qu’il advint très secrètement dans le royaume de France durant l’hiver 1750, on fera également connaissance avec un mystérieux personnage, le Lys pourpre, d’une baronne de Saint-Gil et d’un chevalier de Castelgriffe …

Mon avis :
Après une petite panne de lecture (d’envie de faire quelque chose à vrai dire…), me voilà à me plonger de nouveau dans le Paris des Merveilles pour retrouver Griffont et Isabel de Saint Gil pour une nouvelle aventure. Toujours en lecture commune avec Lynnae (qui malheureusement lâche l’affaire pour la suite et on ne lui en voudra pas 😉 )

Des ficelles similaires au 1er tome
On retrouve notre équipe de chic et de choc quelques mois après leur précédente aventure. Ça commence l’air de rien par un évènement qui semble minime mais qui se retrouve complémentaire d’un complot plus compliqué mêlant humains, mages, outremondiens et dragons renégats.
Comme dans le précédent tome, la fin est un peu précipité, va un peu trop vite alors qu’on a pris notre temps de démêler l’entrelacs d’intrigues diverses.
Même si une nouvelle fois, la résolution de l’intrigue me semble un peu décousue (mais bon c’est magique).

Un gros flashback
Pile a des moments « clé », (enfin surtout des moments où on n’a pas envie de lâcher la vie de Griffont ou d’Isabel de Saint Gil), on quitte la Belle Epoque et on se retrouve durant l’hiver 1750 à suivre une autre intrigue qui parait de prime abord sans rapport. Ce FlashBack nous permet de découvrir l’origine des Cercles de mages ou encore de la rencontre entre Griffont et la baronne donc ce sont des moments très intéressants 🙂

Toujours un peu plus loin dans la magie
Si j’avais aimé le 1er tome pour ça, le second m’a réjouis en nous faisant découvrir un peu plus le monde magique : Dragons renégats, ogre intelligent, minimets (qui m’ont fait pensé au dessin animé « Minipouss« ). On ne visite pas trop Ambremer ou l’Onirie rencontré dans le 1er tome mais on y découvre Sepulcra. On apprend aussi l’ultime punition que peuvent subir les êtres magiques.

En conclusion, 
Un tome qui m’a plus plu que le précédent même si les ficelles sont très semblables, l’esthétisme, les caractères des personnages et la nouvelle intrigue m’ont bien plu et je me plongerais avec plaisir dans le 3è et dernier tome de cette série (et si le cœur m’en dit dans les nouvelles associées 😉 )

D’autres avis chez : Sia, Elhyandra, …

Fées et Automates – Anthologie dirigée par Jean-Claude Vantroyen

Synopsis : 
Le thème de l’anthologie des Imaginales 2016 ose le face à face entre deux personnages archétypaux provenant de mondes différents. La fée, figure principale de la rêverie médiévale, du fantastique, de la fantasy, et l’automate, un produit de la culture quasi industrielle, de la pensée scientifique, de la science-fiction. Deux univers qui s’opposent sans doute, mais dont la rencontre est propice à l’imagination et fait jaillir des étincelles. Cette anthologie va vous étonner et vous passionner.
Les auteurs : Paul Beorn, Pierre Bordage, Charlotte Bousquet, Fabien Cerutti, Lionel Davoust, Jean-Claude Dunyach et Mike Resnick, Estelle Faye, Pierre Gaulon, Gabriel Katz, Nabil Ouali, Benoît Renneson, Adrien Tomas, Cindy Van Wilder
Partenaires de longue date des Imaginales, le festival des mondes imaginaires d’Épinal, les éditions Mnémos ont accepté le principe d’éditer chaque année, avec l’appui du festival, une anthologie thématique de fantasy.
Jean-Claude Vantroyen dirige cette huitième anthologie des Imaginales. Il est journaliste au Soir, à Bruxelles depuis 1973, et aujourd’hui responsable du supplément littéraire du quotidien, Les Livres du Soir. Depuis ses 15 ans, il s’intéresse aux littératures de l’imaginaire. Il a beaucoup écrit, dans son journal, à leur sujet. Voici sa première anthologie.

Mon avis
Une nouvelle année, une nouvelle antho, une nouvelle LC. Cette année, je remercie particulièrement MJ et Blacky pour m’avoir offert l’antho de l’année alors que j’étais absente des Imaginales… et toute dédicacée en plus !
Cette année (bis), 2 nouvelles participantes à la LC ce sont rajoutée, c’est donc avec plaisir que nous avons accueilli Ptitetrolle et Rose 🙂 et comme d’hab, il aura fallu combiner les différents emploi du temps de ministre de chacun. Et il aura aussi fallu faire avec les discussions annexes très axées bonbons, gâteaux, pizzas et parfois même démaquillant et rat infusé ! (C’est vraiment funny les LC 😛 )

IMG_20160704_213407

Mon compagnon de LC le plus proche 🙂

Préface – Jean-Claude Vantroyen
Une préface peut-être un peu « creuse », surtout quand on a l’habitude d’avoir des indices un peu consistant à se mettre sous la dent dans les antho des années précédente. La 1ère fois de l’anthologiste ?  Alors ça passe 🙂

Smoke and Mirrors – Estelle Faye
C’est un plaisir de retrouver la plume de l’auteur qui nous embarque dans un univers fantastique. On y croise diverses héroïnes à différentes époques mais toutes plus ou moins reliée malgré les sauts dans le temps. Plus l’époque avance, moins la magie de la fée ou de l’automate ne fait son effet… moins de magie, plus d’égoïsme pour toucher son rêve du doigt.

Le Rouet Noir – Charlotte Bousquet
J’y suis allée à reculons… parce que je sais que j’ai du mal avec la plume de l’auteur…
Clairement, je me suis endormie sur cette courte nouvelle. L’écriture est joli, l’univers à l’air passionnant (mais je ne connais pas Jadis…) et si mes compagnons de LC n’aurait pas été là, je n’aurais pas saisi où sont l’automate et la fée. En Bref, je suis passée à côté !

Le Crépuscule et l’Aube – Fabien Cerruti
Une nouvelle assez prenante où les fées sont en périls et où un maitre ébéniste italien peut aider la dernière Fay. Une ambiance un peu façon Pinocchio dans la naissance de l’automate. Une écriture entraînante. Seul bémol… 2 méchants… soit peut-être un de trop (je me serai largement passer du sorcelier)
Et même si on est dans l’univers de Kosigan (apparemment pas à la même époque que les romans) ça ne m’a plus dérangé 🙂

Le Comte et l’Horloger – Benoît Renneson
Une nouvelle sympathique mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable. Des personnages un peu trop « faciles » mais une jolie écriture. J’espère que le 1er roman de l’auteur sera plus tentant que cette 1ère nouvelle

L’Énergie du Désespoir – Adrien Tomas
Une nouvelle pleine de rythme et de tension. des personnages intéressants et une « symbiose » fée/automate plaisante 🙂 On plonge directement dans l’action de la nouvelle avant de comprendre peu à peu le pourquoi du comment… Et surtout… je n’avais pas vu venir la chute qui m’a bien surprise et qui est juste comme il faut 😀

L’Étalon – Paul Béorn
J’ai trouvé l’écriture sympathique et l’idée de fée/automates sympathique. J’ai trouvé le début mélancolique jusqu’à la révélation mais la chute m’a un peu « désenchanté » : Je ne m’attendais absolument pas à ça.

Magie de Noël – Gabriel Katz
Avec un titre pareil, j’avais de grosses attentes (ndlb: j’adore Noël ). L’idée d’un Paris post-Apo m’a un peu surprise dans le bon sens. (je connais mal Paris, mais il parait que le XVIè est réputé classe non, ce n’est pas le cas ici ^^ ) L’idée de la « fée-automate » m’a plu, mais j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose… La chute est trop brutale et manque un peu de réflexion (genre tu fais ça comme ça, tu réfléchis même pas 😮 )

Al’Ankabût – Nabil Ouali
Une nouvelle qui fait penser à certains évènements actuels (scène de guerre incompréhensible par des enfants), mais j’ai été toutefois un peu perdue. L’automate était identifiable, pas la fée… et j’ai eu du mal à situer l’âge de la petite fille… Même si la parenthèse enchantée entre Nadjia et l’automate était plaisante.

La Tour de Vanderville – Pierre Gaulon
Une écriture sympathique, mais une nouvelle que j’ai trouvé trop simple dans un univers qui manque un peu de profondeur (avec un poil plus de détails et j’aurais presque pu entendre la musique de ces fêtes foraines un peu « creepy » décrite dans la nouvelle.) Le début était intéressant, mais une fois arrivée à la venue de la fée, le soufflé est retombé et la chute était trop « facile ».

AuTOMate – Pierre Bordage
Comme je m’y attendais, la nouvelle ne m’a pas convaincue (Pierre Bordage en nouvelle, ça ne veut pas toujours). J’ai trouvé la nouvelle pleine de clichés sexistes (aussi bien masculin que féminin) ce qui a rendu la lecture peu agréable… C’est dommage car l’idée de fond aurait pu être intéressante et sans doute mieux traité

Son dernier coup d’échec – Jean Claude Dunyach & Mike Resnick
Une nouvelle sympathique avec une petite touche d’humour bien agréable. On n’y croise pas l’ombre d’une fée (enfin si en cherchant bien 😉 ) mais ça n’a posé aucun problème à la nouvelle qui fut très agréable à lire du début à la fin.

Tsimoka – Cindy Van Wilder
Une nouvelle intéressante. J’ai beaucoup apprécié l’idée des Fés. Un univers sympathique et bien maîtrisé qui m’a happé dans son histoire entre les deux personnages et j’ai beaucoup apprécié la chute 🙂

Le Plateau des Chimères – Lionel Davoust
Autant vous dire… en bonne fan girl, cette nouvelle je l’ai attendu ^^
J’ai été ravie de retrouver le monde d’ Evanégyre. Comme toujours la nouvelle est indépendante des autres et permet de découvrir une nouvelle fois un nouvel endroit dans le vaste univers créé par l’auteur. J’ai bien apprécié l’histoire de la fée et celle du soldat. La façon dont s’est déroulé l’histoire et comment elle s’est finie ^^ Les apparences sont souvent trompeuses dans l’Empire du Dragon !

Un peu flou, mais mon second compagnon de LC le plus proche :)

Un peu flou, mais mon second compagnon de LC le plus proche 🙂

En conclusion,
Une anthologie assez disparate avec, cette année, peu de nouvelles réellement marquantes. Beaucoup de « nouveaux auteurs » qui ne maîtrisent peut-être pas encore parfaitement l’art de la nouvelle ou un thème qui n’a peut-être pas assez inspiré…
On notera toutefois la superbe couverture d’Hélène Larbaigt qui a su retranscrire le thème de façon magnifique 🙂
En Bref, un anthologie sympathique mais pas inoubliable. J’espère que celle de l’an prochain sera plus inspirée 🙂

D’autres avis chez mes compagnons de LC : Blacky, MarieJuliet, Ptitetrolle et Rose.

Articles Associés : Magiciennes et Sorciers, Victimes et Bourreaux, Reines et Dragons, Elfes et Assassins, Bardes et Sirènes, Trolls et Licornes.