Terres Obscures : Chroniques du jour pâle – Sylvie Kaufhold

Synopsis :
Dans la lumière mourante du jour pâle, les dernières tribus humaines cèdent peu à peu au désespoir du grand sommeil. Au cœur des terres obscures, la cité des Nilaks perdure pourtant, grâce à l’énergie de la roche-mère.
Lorsqu’un autre peuple, au bord de l’épuisement, vole la roche magique, l’univers des Nilaks bascule dans les ténèbres. Aidé par l’une des voleuses aux étranges pouvoirs, le jeune Tyee doit alors affronter les dangers de la montagne pour extraire une nouvelle source de lumière, tandis que dans la cité, les partisans des représailles crient vengeance. Les factions se déchirent. Les Nilaks éviteront-ils la guerre ?

Mon avis
Toujours dans le cadre du Mois De Sylvie Kaufhold sur Bookenstock, j’ai lu ce roman assez court dont le pitch me tentait bien.

Opposition et Complémentarité
Terres obscures est tout en opposition et complémentarité. En effet, Les Nilaks et les Aputis sont diamétralement différents, que ce soit via leur physique ou leur mode de vie. Toutefois toutes ces oppositions / différences permettent de créer une complémentarité qui permet de tisser des liens et de faire avancer l’histoire. Effectivement, chaque personnage à sa place dans la quête qu’ils les lient et ils peuvent plus facilement assembler le puzzle en faisant fi de leur différence et en réunissant tous leurs atouts.

Un air de déjà vu
Après avoir lu Sol, Les réfugiés du froid, j’ai eu une grosse impression de déjà vu lors des premières pages de ce roman. En effet, on y trouve un environnement hostile, froid et obscur d’un côté, une cité lumineuse et chaude de l’autre, mais aussi une paire de jumeaux fille-garçon et même des descriptions de personnages « ressemblantes ». J’ai donc ronchonné facilement sur 2-3 chapitres (ils sont cours donc ça passe vite) avant de vraiment me prendre dans cette nouvelle histoire en la trouvant plus aboutie que la précédente. En effet, certains défaut que je trouvais présent dans Sol ont disparu. On y trouve plus de relations entre les personnages, plus de « substances » qui manquait parfois dans Sol.

En conclusion,
Un roman agréable et rapide à lire grâce à des chapitres courts, des thèmes chers à l’autrice (environnement, amitié…) malgré la sensation de déjà vu qui finalement passe assez vite.

Article écrit dans le cadre du Mois de Sylvie Kaufhold sur Bookenstock !

Pour aller plus loin : Le site de l’autricel’éditeur principal de l’autrice
D’autres avis chez : Phooka, …

Sol, Les Réfugiés du Froid – Sylvie Kaufhold

Synopsis :
De dangereux changements climatiques ont profondément modifié la vie des habitants de l’Intérieur. Au cœur de l’hiver permanent, seule la cité bulle de Sol détient le secret de l’éternel printemps. Elle réserve cet incroyable privilège à une population d’élus, descendants des premiers bâtisseurs. Mais tout manquement aux règles édictées par les conseillers et les prêtres conduit au bannissement. Et la première règle est d’ignorer les souffrances des exclus, de ceux qui, exilés des territoires glacés, sont condamnés à choisir entre la mort par le froid ou le supplice des mines de pierre noire.
Au sein de la cité comme dans les rangs des exclus, la colère gronde. Marqué par la mort des siens, Inok n’a plus rien à perdre. Il décide de tout faire pour percer le secret du printemps et détruire l’ordre établi par les maîtres de Sol.

Mon avis :
Le mois de mai a été désigné comme le mois de Sylvie Kaufhold sur Bookenstock qui a l’habitude de nous faire de chouette mois de…
Intriguée par les titres, j’ai souhaité participé (et ça faisait longtemps que j’avais pas participé à un mois de ! )
En effet, je suis le blog de nos vénérables Dup et Phooka depuis aussi longtemps qu’il existe mais je n’avais pas particulièrement fait attention à cette autrice parce que bah… je ne connaissais ni son nom, ni son éditeur et ce mois de mai, me permettra d’y remédier 🙂

Un post apo / dystopie
Dans ce court roman, on se retrouve dans une sorte de dystopie à l’intérieur de Sol et d’un post apo de l’autre côté de la bulle qui contient Sol.
En effet, à l’intérieur de Sol tout est beau, tout le monde vit en harmonie ou presque… De légères tensions commencent à émerger. À l’extérieur de Sol, le monde vit dans un hiver sans fin qui s’étend de plus en plus loin sans possibilité de le contrer. Deux solutions s’offrent à ce monde : aller découvrir un autre monde au delà des mers ou découvrir le secret du printemps éternel

Un roman court
Même si l’histoire est prenante, j’aurais aimé parfois plus de « longueur » pour développer un peu plus le background afin de rendre le roman « plus dense ». En effet, j’ai beaucoup apprécié suivre Inok et les autres mais j’ai manqué d’un peu de matière pour entièrement être à fond dedans pour mieux visualiser certaines scènes et j’aurais tellement apprécié un petit épilogue pour savoir ce qu’adviennent nos personnages … quelques mois/années après ce qu’ils ont vécu.

En conclusion,
Un roman sympathique adressé aux ados/jeunes adultes de par ses jeunes protagonistes. Mais un roman a glissé entre toutes les mains. Un récit riche, qui nous laisse réfléchir à notre monde tout en nous faisant voyager dans un univers différents.

Article écrit dans le cadre du Mois de Sylvie Kaufhold sur Bookenstock !



Pour aller plus loin : Le site de l’autrice, l’éditeur principal de l’autrice
D’autres avis chez : Phooka, …