Sortir du trou / Lever la tête – Maïa Mazaurette

Synopsis : 
Mal en point, la sexualité contemporaine ? Désenchantée, tout au moins.
Perturbée par les questions soulevées par le mouvement MeToo, mais aussi par la baisse internationale de libido, les enjeux de pouvoir, les injonctions irréalistes. Avec, pour résultat, une immense lassitude.
La faute à qui, à quoi ? À une sexualité pensée comme une affaire d’orifices, à un imaginaire qui réduit les femmes à un vide à combler, alors qu’elles possèdent un sexe, pulsant, puissant. La première partie de cet essai, « Sortir du trou », analyse comment l’Histoire, la culture et la psychanalyse ont réduit nos pratiques à des peaux de chagrin.
Mais parce qu’un pamphlet ne nous fera pas retrouver le chemin de la joie et du plaisir, la seconde partie, « Lever la tête », propose une ars erotica optimiste, pratique, ambitieuse, centrée sur la fantaisie et l’éthique. Au programme : une sexualité solaire, radieuse, à la portée de chacun.
Une autre sexualité est possible, il suffit de la faire advenir. « Sortir du trou » explique pourquoi. « Lever la tête » révèle comment.

Mon avis :
J’ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique Babelio non fiction. On est d’accord que ce n’est pas le genre de livre que je lis habituellement mais je suis une lectrice sporadique des chroniques de l’autrice et j’aime sa façon de parler de ce sujet. J’étais donc curieuse de lire ce double livre.

Un livre en « tête à queue »
Comment faire un beau livre parlant de sexualité ? en faisant un double livre en tête à queue évidemment. Ce livre est donc un livre double avec Sortir du trou le « pourquoi » et Lever la tête le « comment ».

Sortir du trou
Cette partie est la plus courte mais j’ai été impression par le nombre de fois où l’on trouve l’occurrence « trou » et tous ses synonymes. Ce point a d’ailleurs un peu coincé ma lecture : clairement c’est lourd même si je comprends l’intérêt de la chose 😉
Le texte en plus de la répétition du mot « trou », est forte, violente, sans fard… Brut de décoffrage en somme. Mais elle se lit vite et bien.

Lever la tête
Cette partie m’a beaucoup plu. On y trouve des choses qui me semblent normales, logiques… mais qui ne doivent pas encore l’être pour l’ensemble de la société. Cette partie est toute en bienveillance, en douceur, en conseil (sans vraiment en être) et même en humour puisque j’ai souri de nombreuses fois en le lisant. Un moment à grignoter tranquillement pour mieux l’apprécier

Un livre féministe
Ce livre nous parle sans fard de la position de la femme au sein de la société mais aussi de sujets « chauds » harcèlement, viol, sexisme, mais aussi charge mentale (mais aussi sexuelle 😉 )

En conclusion, 
Un double livre très « yin & yang », indissociable mais différent l’un de l’autre. Autant le 1er est dur, incisif, le 2nd est plus doux, plus en « rondeur » et se lit tranquillement.
Un livre très intéressant à lire pour changer notre vision étriquée de la sexualité et redécouvrir le plaisir de la chose 😉

Pour aller plus loin : un extrait, l’autrice sur Le Monde, GQ

T’as pensé à… ? – Coline Charpentier

Synopsis : Coline Charpentier propose une ouverture au dialogue  sur la charge mentale. Comment en mesurer l’importance dans son propre couple ? Comment répondre aux scep-tiques qui pensent que les femmes « n’ont qu’à mieux  s’organiser » ? Comment s’en sortir et retrouver un équilibre, dans son couple et dans la société ?
Coline Charpentier est professeure en histoire-géographie en Seine-Saint-Denis, féministe festive et militante convaincue.

Mon avis :
Je suis depuis mon arrivée sur « Insta » le compte « T’as pensé à… ? » un compte qui regroupe des témoignages de « bout de charge mentale » sous forme de vignettes et j’ai donc vu l’annonce d’un livre qui m’a fortement intriguée. Puis en fouillant sur Netgalley, j’ai vu qu’il était proposé pile pour la sortie. J’ai donc postulé et Le Livre de Poche a accepté ma demande et je les remercie 🙂

J’ai donc commencé ce livre en plein quand ma propre charge mentale a fait péter les scores… aka la veille de notre déménagement et oui je pensais à plus d’un billiard de choses à faire, à organiser, à ne pas oublier, à penser… Bref, j’ai peu dormi la nuit là et j’ai donc lu…

Ce livre est donc divisé en 3 parties : Diagnostic, Argumentation et « Réponses ». Un peu comme une dissert avec Intro, argumentation, conclusion, ça m’a bien fait sourire. Mais c’est surement le côté « prof » de l’autrice qui veut ça 😉

La partie Diagnostic fait un rappel conséquent sur ce qu’est la charge mentale. C’est parfait si tu refiles le livre à « Jean-Michel » ou même à Pierre-Pol et Jacqueline 😉 Par contre, si t’es assez au point sur le sujet, ça donne l’impression d’enfoncer des portes ouvertes avec des exemples concrets. Toutefois, j’ai grandement apprécié « l’échelle » proposée pour mesurer son « taux » de charge mentale

©coline charpentier – T’as pensé à… ?

La seconde partie est plus intéressante, selon moi, que la première car elle permet d’avoir des arguments (avec biblio à l’appui SVP ! ) face aux personnes qui nient l’existence de cette charge mentale. L’autrice les nomme les « Jean-Michel » (et elle s’excuse auprès des gens qui s’appellerait vraiment Jean-Michel et qui ne serait pas comme ceux du livre ^^’)

Enfin la dernière partie donne des réponses ou plutôt des pistes à suivre pour alléger la charge mentale, pour mieux la répartir, pour mieux la contrôler. Alors ces conseils ont parfois déjà été entendu mais là ils sont développés et paraissent parfois plus réalistes que le « mais mesdames… lâchez prise » qui me fait rire jaune ^^’

En conclusion,
Un livre intéressant (et peu cher) à glisser dans les mains des personnes qui disent ne plus s’en sortir avec tout ce qu’il y a à penser tous les jours. Une bonne piqûre de rappel pour les personnes qui sont déjà sensibilisées à la charge mentale et qui essaient d’y remédier.