Détective Lachance, Tome 1 : Les cartes musicales – S.L. Pennyworth

Synopsis :
Paris. 1909.
Le détective Lachance est bougon, fatigué, et pressé de prendre sa retraite de la Préfecture de Paris. Malheureusement, impossible de se reposer car une nouvelle affaire terrible lui tombe dessus : des femmes de bonne famille sont retrouvées assassinées aux quatre coins de la capitale. Et sur elles, on retrouve systématiquement une carte musicale pour un orgue de Barbarie. Qui pourrait s’en prendre à ces demoiselles ? Et pourquoi ? Lachance va devoir mettre de côté sa mauvaise humeur pour espérer résoudre ces meurtres sordides !

Mon avis :
J’aime beaucoup les enquêtes dans des univers steampunk, c’est donc naturellement que j’ai été attiré vers ce court roman avec sa couverture explicite 😉

Un Détective loin de mes habitudes
En effet, le Détective Gustave Laffanaire dit LaChance est un vieux « schnock », il voudrait prendre sa retraite mais sa Commissaire l’en empêche. Il a un (léger) penchant pour la bouteille et les fumeries d’opium et il est loin de s’en cacher, ça change clairement de « d’habitude ». Il est aussi très ouvert (en matière de diversité ethnique) mais pas vraiment féministe ^^’

Une enquête assez simple mais un fil rouge qui débute
L’enquête est assez classique même si les victimes sont de diverses ethnies, on se laisse quand même bien prendre au jeu de l’enquêteur. Toutefois, ce tome ouvre un fil rouge que j’ai trouvé plus intéressant sur le passé (et donc le futur) de LaChance.

Une esthétique « steampunk » agréable
On se retrouve dans le Paris du début du XXè siècle où vivent de nombreuses créatures magiques au milieu des humains. Les monuments, les évènements historiques sont donc « redessinés » avec leur présence ce qui rend l’univers bien agréable (avec un petit côté Paris des Merveilles 😉 )

En conclusion,
Un court roman de gaslamp fantasy (j’ai retenu 😛 ) avec une enquête intéressante mais simple. On se laisse vite prendre au jeu mais on voit surtout qu’il y a un fil rouge tout au long du livre et qu’il va se continuer dans des tomes prochains ce qui me donne envie de poursuivre avec le Détective Lachance

Skin Trade – G.R.R. Martin

Synopsis : 
Il fut un temps où cette ville était au centre du monde. Un temps où sa puissance se nourrissait du sang et du fer. Mais aujourd’hui elle n’est plus que rouille et elle attend la ruine. C’est un territoire parfait pour Willie Flambeaux et Randi Wade. Lui est agent de recouvrement, elle, détective. Mais lorsqu’une série de meurtres particulièrement atroces ensanglante cette ville qu’ils croyaient si bien connaitre, ce n’est plus dans le labyrinthe des rues qu’ils auront à mener l’enquête, mais dans les recoins les plus sombres de leurs propres passés. Là où se cachent leurs plus grandes peurs.
Auteur du Trône de Fer, George R. R. Martin signe avec Skin Trade un roman policier dans lequel se mélangent flics, fantastique et loups-garous. Un suspens haletant et grandiose, qui a reçu le World Fantasy Award.

Mon avis : 
Voilà un livre à mille lieues de mes lectures habituelles, mais le pitch, l’auteur et soyons francs, l’objet livre m’ont donné envie d’en savoir plus.
En effet G.R.R. Martin est un auteur qui m’intéresse mais au delà de son Trône de Fer que je n’ai pas envie de découvrir (et ce même je suis sure que c’est formidable 😉 ). Ayant déjà lu le recueil Dragon de Glace du même auteur, j’avais envie d’explorer, une nouvelle fois, son univers foisonnant et bien loin de Jon Snow !

L’objet livre.
Avant de commencer à vous parler de ma lecture, je tiens à faire un point sur cette belle édition collector. Le livre est superbe ! Avec des dorures très « art déco » 💖, un signet contrasté et une jolie couverture « effet cuir » tout en étant « juste » en carton. Le papier est aussi épais et légèrement crème. En gros, il fait l’illusion d’un livre ancien en étant tout ce qu’il y a de plus moderne.

Une enquête sans repos
Dès les premières pages, on est absorbé par cette histoire qui commence comme n’importe quel épisode d’Esprits Criminels (mais sans Pénélope Garcia ^^’ )… avec un crime inexpliqué bien dégueux.
On ne sait rien d’où se trouve la ville, on en apprend peu sur cette ville étrange en plein déclin et l’ambiance est vraiment sombre voire glauque.
Dès les premières pages (bis), on se retrouve donc happé par ce qui se passe dans la ville où vivent Willie Flambeaux et Randi Wade. Pas le temps de s’ennuyer, ils vont mener l’enquête ensemble avec les pistes et relations. La présence des loups garous est discrète jusqu’au dernier tiers de la novella où tout s’accélère.

Des anti-héros
Clairement, on est loin des héros policés et moi j’aime bien ça, voir des « héros tout pourris ». Oui parce que sérieusement William Flambeaux n’a de flamboyant que son nom : il est agent de recouvrement (tu sais le mec qui vient essayer de faire que tu couvres tes dettes en te dépouillant… s’il le peut), il est asthmatique (et pas qu’un peu vu le recours à sa ventoline) et un peu beauf sur les bords (purée les répliques pourries envers Randi pour essayer la chopper…). Mais j’ai trouvé que ça ajoutait une touche de « fraicheur » dans l’ambiance sombre et glauque. Randy, quant à elle, n’a pas eu de chance dans la vie et a une revanche à prendre pour apaiser son esprit.

En conclusion, 
Une novella thriller – fantasy urbaine vraiment intense, avec des touches que j’ai trouvé humoristique. Tout va vite, pas de fioriture et un final qui fait sourire. En bref, une lecture rapide, intense et vraiment bien ficelée. J’aurais presque envie de retrouver notre duo plus tard 🙂

D’autres avis chez : Dup, Xapur, Lhisbei, …