Les Dieux Sauvages, tome 1 : La Messagère du Ciel – Lionel Davoust

Synopsis :
Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.
Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Mon avis :
Dans le cadre du Mois de Lionel Davoust (qui malheureusement approche de la toute fin), j’ai eu la chance de recevoir et de lire le 1er tome de la nouvelle trilogie nommée Les Dieux Sauvages (merci 😀 )
Et j’ai pris le temps de lire ce livre (ptet un peu trop… bon les évènements du mois de juin ont fait que j’ai failli ne pas rendre ma copie à temps ! )

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– me retrouver plonger dans une nouvelle époque de l’univers d’Evanégyre que je n’avais pas encore eu la chance de croiser ! et donc de découvrir de nouvelles terres, de nouveaux personnages… et de continuer à découvrir la religion du Dieu Wer que je n’avais que touché du doigt dans La Route de la Conquête !
– Mériane ! Ah lala, je pourrais en écrire des paragraphes sur cette charmante jeune fille ! Une sorte de Jeanne d’Arc évanégyrienne avec un sacré bagou ! Une femme forte qui n’a pas vraiment envie de se faire marcher sur les pieds et qui a un sacré répondant… que ce soit envers un homme élevé dans la pure tradition religieuse ou même Dieu en personne 😛 J’étais donc super contente quand venait « son tour »
– Chunsène, c’est une personnage secondaire mais je l’ai apprécié dès les premier mot. Elle a ce « je-ne-sais-quoi » de touchant malgré son côté sauvage !
– ce côté très important (en taille) du livre qu’est la conquête du pouvoir, les stratégies, la politique… C’est bête à dire mais j’aime ce genre de chose dans les livres de l’imaginaire mais pas dans notre monde ^^’
– les interludes où les dieux Wer et Aska conversaient. Ce sont des moments presque hors de tout (pas hors du temps donc 😉 ) où les dieux, entités éthérées, communiquent entre eux. Ils se « chamaillent » mais les répercussions ne sont pas les mêmes sur la vie des humains.
– retrouver une part de la magie Artech, même si elle a perdu de son « majestueux » et s’est très clairement assombri !

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 
– la fin ! Autant commencé par ça 😛 En effet, c’est une trilogie, j’aurais du à m’attendre à ce genre de fin de 1er tome. Ça n’empêche que merde quand j’ai lu la dernière page je me suis exclamée un « quoi on nous laisse LÀ COMME ÇA !  » (c’est presque inadmissible ! )
– Juhel… Bon en fait, si au début je l’aimais pas trop mal et quand il a commencé à manigancer… bah… voilà quoi ^^’

Je regrette : 
– de ne pas en savoir plus sur Nehyir / Mange-Doigts. Elle est très mystérieuse, j’espère la recroiser dans la suite et en apprendre plus sur elle.
– Un certain passage du livre où Mériane et ses accolytes sont affamés, affaiblis et endoloris, et même s’ils sont un peu aidé par Dieu, j’ai trouvé que pour des gens qui n’avaient rien avalé depuis 5 jours ils étaient extrêmement combatifs (je sais pas, mais je serais surement tomber dans les pommes ou alors l’adrenaline est vraiment une drogue puissante ^^’ )

En conclusion,
Un premier tome très prenant avec des personnages intéressants et surtout des personnages avec du caractère (enfin sauf peut-être Dàren, mais on ne peut pas lui en vouloir ^^’ ), une intrigue assez classique mais qui change un peu (pour une fois ce n’est pas UN mais UNE élue, ça change tout 😛 ) un univers « connu » mais à redécouvrir. En somme, un très très bon livre et … vivement la suite 😉

D’autres avis chez : Blacky, Dup et Phooka
Et si vous avez loupé le Mois De Lionel Davoust, vous pourrez toujours lire les questions réponses par ici 😉 (entre autre vu la quantité de questions et donc de réponses 😉 )

Publicités

Plaguers – Jeanne-A Debats

Synopsis : 
La terre est épuisée écologiquement, les animaux se sont éteints et l’air est à peine respirable. Seul atout de l’humanité : les réacteurs Alyscamps qui puisent l’énergie dans les dimensions non exprimées de la réalité.
Dans ce monde, les adolescent sont victimes d’une étrange maladie, la Plaie, qui les rend capables de créer ex nihilo, semble-t-il, toutes sortes de créatures, voire de commander aux éléments.
Le monde les rejette.
Quentin est un Plaguer, sous ses pieds jaillissent des sources, et celle qu’il aime, Illya, fait fleurir les orchidées partout où elle passe. Ils se rencontrent lors de leur incarcération dans la Réserve parisienne…

Mon avis :
Après avoir découvert Jeanne-A Debats avec ses nouvelles et novella adulte, j’avais depuis un moment repérer Plaguers, qui, il faut l’avouer, au départ ne me disait pas trop… jusqu’à ce que je me lance dedans !

J’ai aimé / J’ai adoré :
– suivre Quentin parmi les Plaguers, découvrir des bouts de son histoire et le voir construire sa nouvelle vie en tant que Plaguers
– les autres personnages. En effet, ils sont loin de n’être que de simple personnage secondaire. Ils ont tous une sensibilité différentes mais sont tous suffisamment développé pour que l’on puisse s’y attaché aussi ou pas : Le cas d’Illya est assez complexe, je n’ai jamais su si je devais l’aimer ou la détester. J’ai beaucoup apprécier à la gouaille de Fred et Leila… et j’ai été fasciné par la beauté décrite des Uns et des Multiples
– les divers sujets traités. Ici on nous parle d’écologie (la Terre se meurt), d’identité sexuelle (filles, garçons, garçons, filles, les deux, aucun…), de recherche de soi, sans tabou, sans jugement avec la simplicité que cela devrait être…
– les deux mondes différents… enfin c’est le même avec d’un côté une bulle d’Eden (ou presque) et le reste du monde

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 

Je regrette :
– très légèrement la fin… j’ai du relire le passage final plusieurs fois, ce moment est tellement intense qu’il m’a paru très complexe et que j’ai eu du mal à m’y retrouver.

En conclusion,
coup de coeur

Un roman haletant ne laissant jamais place à des temps morts… Quasi impossible de lâcher le livre durant la lecture tant les évènements s’enchaînent de façon naturel et de façon à ce qu’on veuille toujours en savoir plus. Nous menant du début à la fin sur le chemin parfois sinueux des Plagueurs dans ce monde à la fois si beau et si effrayant.
Un très beau et bon moment passé avec ce livre ne peut être qu’un coup de cœur

D’autres avis chez : Lelf, Blacky,

Pour finir en beauté aujourd’hui le S4F3… une dernière chronique 🙂

S4F3

  • Au Cœur de la Neige

    484 p

  • Challenge en cours !

    Lien direct vers les articles des organisateurs

  • Dans la Bulle

  • Dernières Neiges

  • Neiges éternelles