Sol, Les Réfugiés du Froid – Sylvie Kaufhold

Synopsis :
De dangereux changements climatiques ont profondément modifié la vie des habitants de l’Intérieur. Au cœur de l’hiver permanent, seule la cité bulle de Sol détient le secret de l’éternel printemps. Elle réserve cet incroyable privilège à une population d’élus, descendants des premiers bâtisseurs. Mais tout manquement aux règles édictées par les conseillers et les prêtres conduit au bannissement. Et la première règle est d’ignorer les souffrances des exclus, de ceux qui, exilés des territoires glacés, sont condamnés à choisir entre la mort par le froid ou le supplice des mines de pierre noire.
Au sein de la cité comme dans les rangs des exclus, la colère gronde. Marqué par la mort des siens, Inok n’a plus rien à perdre. Il décide de tout faire pour percer le secret du printemps et détruire l’ordre établi par les maîtres de Sol.

Mon avis :
Le mois de mai a été désigné comme le mois de Sylvie Kaufhold sur Bookenstock qui a l’habitude de nous faire de chouette mois de…
Intriguée par les titres, j’ai souhaité participé (et ça faisait longtemps que j’avais pas participé à un mois de ! )
En effet, je suis le blog de nos vénérables Dup et Phooka depuis aussi longtemps qu’il existe mais je n’avais pas particulièrement fait attention à cette autrice parce que bah… je ne connaissais ni son nom, ni son éditeur et ce mois de mai, me permettra d’y remédier 🙂

Un post apo / dystopie
Dans ce court roman, on se retrouve dans une sorte de dystopie à l’intérieur de Sol et d’un post apo de l’autre côté de la bulle qui contient Sol.
En effet, à l’intérieur de Sol tout est beau, tout le monde vit en harmonie ou presque… De légères tensions commencent à émerger. À l’extérieur de Sol, le monde vit dans un hiver sans fin qui s’étend de plus en plus loin sans possibilité de le contrer. Deux solutions s’offrent à ce monde : aller découvrir un autre monde au delà des mers ou découvrir le secret du printemps éternel

Un roman court
Même si l’histoire est prenante, j’aurais aimé parfois plus de « longueur » pour développer un peu plus le background afin de rendre le roman « plus dense ». En effet, j’ai beaucoup apprécié suivre Inok et les autres mais j’ai manqué d’un peu de matière pour entièrement être à fond dedans pour mieux visualiser certaines scènes et j’aurais tellement apprécié un petit épilogue pour savoir ce qu’adviennent nos personnages … quelques mois/années après ce qu’ils ont vécu.

En conclusion,
Un roman sympathique adressé aux ados/jeunes adultes de par ses jeunes protagonistes. Mais un roman a glissé entre toutes les mains. Un récit riche, qui nous laisse réfléchir à notre monde tout en nous faisant voyager dans un univers différents.

Article écrit dans le cadre du Mois de Sylvie Kaufhold sur Bookenstock !



Pour aller plus loin : Le site de l’autrice, l’éditeur principal de l’autrice
D’autres avis chez : Phooka, …

RC 2722 – David Moitet

Synopsis :
Dans un monde où une infime partie de la population a survécu à une épidémie, Oliver est le réfugié climatique RC 2722. Il fait partie des chanceux. Du moins c’est ce qu’il croit…
Depuis le grand effondrement, Oliver a grandi dans une ville souterraine, hypersécurisée, où la population se protège des virus et des ondes radioactives extérieuresEntre un père et un frère, tous deux haut gradés, il a du mal à trouver sa place. Mais quand l’un meurt mystérieusement et que l’autre est condamné à l’exil, son univers vacille.
Et si ces deux évènements cachaient un secret bien plus grand ? En quête de réponse, Oliver n’a pas le choix : Il doit remonter à la surface !

<p class="has-text-align-justify" value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80"><strong><span class="has-inline-color has-luminous-vivid-orange-color">Mon avis : </span></strong><br>Je connaissais l'éditeur Didier Jeunesse pour ses superbes albums jeunesses. Et le pitch de ce livre m'a intrigué (bon le fait qu'on soit en pleine pandémie a pas mal joué)Mon avis :
Je connaissais l’éditeur Didier Jeunesse pour ses superbes albums jeunesses. Et le pitch de ce livre m’a intrigué (bon le fait qu’on soit en pleine pandémie a pas mal joué)

Un post apo pas si lointain
On se retrouve dans ce roman dans un monde post apocalyptique qui me semble assez réaliste : Une pandémie (et une très mauvaise gestion du gouvernement…), des bunkers géants, un désert du au réchauffement climatique intense, des réfugiés, des villes controlées par les puissants, ya même des zombies ^^’ … Mais aussi de bons côtés : des adaptations climatiques, des villes souterraines, un renouveau super ingénieux… Le tout nous permet de réfléchir à notre vie avec des thématiques très actuelles : réchauffement climatique, surconsommation, pandémie, nucléaire…

Des personnages intéressants
On suit Oliver dans sa quête (le livre est principalement de son point de vue), il rencontrera Tché, son opposé complet, tant par leur caractère que leur vécu. Ils vivront ensemble des moments riches en émotions. J’ai fortement apprécié la relation entre les deux jeunes. Elle se crée certes rapidement, mais c’est un premier amour, des premiers émois, des interrogations mais surtout du respects entre les deux (même si ça se frite un peu 😉 )
On croise aussi d’autres personnages un peu « cliché » comme le commandant privilégié et sexiste ou un grand méchant (qui ne l’est peut-être pas tant).

En conclusion,
Un roman prenant, parfait pour faire plonger un·e jeune lecteurice dans le post-apo, le tout est bien ficelé, les personnages attachants, les réflexions sont présentes et une lueur d’espoir brille sur la fin du roman.
J’ai découvert David Moitet et je pense que si l’occasion se représente, je me pencherai de nouveau sur un de ses livres

<p value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80"><br>D'autres avis chez : <a href="https://lespagesquitournent.wordpress.com/2021/02/09/rc-2722-de-david-moitet-plib2021/">Saiwhisper</a&gt;,
D’autres avis chez : Saiwhisper,