Enfer et Tentations – Alixia Egnam

Synopsis :
Au Royaume Céleste, Gabrielle a beau se classer parmi les Anges les plus respectés et adulés, sa boulette la conduit tout droit en Enfer. La voilà condamnée à passer les deux cents prochaines années dans cet horrible endroit où tous les vices sont permis. Déterminée à purger sa peine sans se laisser corrompre, elle s’arme de courage, la tête haute. Mais l’Enfer regorge de tentations, dont la première porte le nom de Damian.
Lorsqu’on jette des paillettes dans les flammes, il ne faut pas s’étonner de créer des étincelles.

Mon avis
Me revoici avec le 3e livre dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2022, catégorie Imaginaire.
En effet, ce livre fait partie des 5 sélectionnés parmi plus de 70 extraits et il a été ma lecture du mois d’août pour le prix.
Enfer et Tentations n’est malheureusement pas dans mes lectures habituelles rien qu’à la lecture du pitch. Je n’étais donc pas très enthousiaste au début de ma lecture.

Un classement en Imaginaire qui n’a quasi pas lieu d’être
Enfer et Tentations, c’est une romance (enfin romance ++) mais clairement, au bout de 10 p, on sait plus ou moins ce qu’il va se passer, pas dans les détails, mais on sait très bien comment ça va finir (comme dans le téléfilm de 14 h sur TF1 ou M6)… La SEULE et UNIQUE raison pour laquelle le livre est classé en Imaginaire, c’est que les personnages sont des êtres célestes ou démoniaques (donc, ont une vie quasi-éternelle)… Il y a UN chapitre où on aborde un peu l’univers des Enfers et, on a une vague description du monde d’en haut… Des pouvoirs ? Limite inutiles et peu utilisés… Bref, le background est super lacunaire et c’est dommage, car ça aurait pu être intéressant à suivre.

Des clichés !
Pardon, mais c’est bourré de clichés !
Elle, Ange, blonde, plantureuse, un peu (beaucoup) naïve au début. Lui, Démon Tentateur, beau gosse, grand brun ténébreux. Déjà, là, j’ai soupiré. On ne parlera pas des autres personnages (tout à fait secondaires voire tertiaires sont toujours dans la veine des principaux) Ça joue au chat et à la souris et ensuite, au bout de 7 longs chapitres, ils se passent ce qui doit se passer… (oui, vous avez bien compris de quoi je parle.)
D’ailleurs, sur ce point, on est en 2022… la « sacro-sainte P » (je tiens à rester polie, il y a des enfants qui passent par ici), n’est pas l’unique chose qui produit du plaisir… (Je vais parler romance TV adaptée de livres… même dans Outlander ou dans Bridgerton (dont j’ai lu le 1er tome), c’est plus… enfin… Bref vous avez compris ! ) Parce que oui, ils font beaucoup la chose… Et chaque scène est quasiment identique (C’est lassant, pourtant, je croyais qu’un démon tentateur glissait à l’oreille d’une autrice de romances des scènes toujours plus… torrides…) désolée, mais même ça, c’est cliché de n’en rester que là-dessus…

Des personnages « plats » et des actions prévisibles
Les personnages sont assez prévisibles (même si Gabrielle est une « féministe » et veut changer des choses), ils n’ont, selon moi, pas assez de consistance. Comme dit plus haut, on sait ce qui va se passer, on sait comment ça va finir…
Le peu de rebondissements présents donne une impression de remplissage…
D’ailleurs, la relation entre Gabrielle et Damian est aussi plate… Ok, ils sont amoureux, mais la relation entre eux n’a l’air de se limiter qu’à coïter, bref, ce n’est pas développé du tout et encore une fois, c’est dommage, car une histoire d’amour ne se limite pas à vivre d’amour et d’eau fraîche pour traverser les siècles Clairement, la lecture n’a pas été un moment de plaisir. Alors certes, je n’aime pas spécialement la romance en littérature, mais s’il y avait eu, un petit truc en plus, ça serait sans doute mieux passé.

En conclusion,
Enfer et Tentations est une romance, elle aurait pu se passer dans le monde réel, que ça aurait été, pour moi, pareil. Il y a de grosses lacunes au niveau du background (univers, magie) comme des personnages (passé, pensées, interactions…)
Le livre se lit tout de même facilement, est relativement court (309 p en format papier) et est un one-shot. C’est peut-être un des rares points positifs, l’écriture de l’autrice reste fluide, mais elle mériterait de créer un peu plus de matière autour de son univers et de ses personnages.
Bref, si vous aimez les romances, ça pourrait vous plaire !

Pour aller plus loin : Le livre chez son éditeur, l’instagram de l’autrice

Tous les liens pour retrouver le PAI en cliquant sur les petits logos

D’autres avis chez mes copinautes du jury : Khufu, Mavilyly, Nancy, Voyage au cœur des livres

Publicité

Le Dernier Hiver – Jean-Luc Marcastel

Synopsis : 
Un ciel de sang.
De la neige à perte de vue.
Et une forêt de pins. Des pins qui dévorent tout.
Demain, l’Hiver engloutira le monde.
Johan refuse de s’agenouiller devant le sort.
Par amour, il décide de retrouver celle qu’il aime
Par amour, son frère, Théo, va lui ouvrir la voie.
Par amour, ses amis laissent tout derrière eux pour l’accompagner.
Pour cela, ils devront pénétrer jusqu’au cœur des ténèbres…
Au cœur de leur propres ténèbres.

Mon avis:
On est en décembre, la neige commence à tomber (enfin au moins sur le blog) et j’avais envie d’un livre dans le thème du froid et de l’hiver (à défaut de me trouver une lecture de Noël bien chaleureuse). Ça tombait bien, j’avais ce livre qui « trainait » dans ma PAL depuis les Imaginales 2012 donc bon il était tant de l’en sortir

J’ai aimé / J’ai adoré :
– Khalid et ses sempiternelles « Mon grand-père, il faisait des babouches… » suivi d’une phrase sur les babouches transposables à la vie, c’était la touche d’humour du livre.
– frissonner de peur en voyant les « monstres » même si c’est le coup des grandes et vilaines radiations (cf Je n’ai pas aimé)

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 
– le manichéisme gros comme une maison du roman… En gros, on est dans un roman post-apocalyptique. Nos héros, ils sont gentils, ils ont la foi en l’humanité et tout ce qui va bien avec, mais malheureusement pour eux, 90% des gens qu’ils croisent (soit quand même pas tant que ça, sauf à la fin) c’est tous des gros méchants qui pensent qu’à leur gueule et ont des idées survivalistes ou alors ce sont des gros moutons qui suivent un mec pas net du tout qui se prend pour un presque dieu… mwéwéwé -_- …
– l’hypothèse des « pins anthropophages »… mwé… Une évolution aussi rapide d’un végétal aussi inoffensif (enfin pas pour mon pare-brise , oui la sève de pin, ça a du mal à partir évite de te garer en dessous >.< ) en une plante carnivore… Et la touche bonus… des pins qui poussent en une nuit grand comme un bon gros vieux pin, même si tu leur crames les aiguilles ou que tu les découpes violemment à la hache (oui n’oublions pas que c’est un post apo, donc plus d’essence ou peu), nan mais t’as déjà vu un pin dans la forêt mon coco? vu la taille, même du lierre ça pousse pas aussi vite -_- Tu me prendrais pas un peu pour n’importe quoi? Pardon, mais là, j’ai du mal, mais vraiment, à trouver ça crédible quelque part -_- Certes c’est un roman, c’est inventé, j’ai une imagination débordante, mais là ça veut vraiment pas.
– oh et puis… le coup des grandes et vilaines radiations… mais ça, ça marche que dans la bonne vieille SF d’avant la bombe nucléaire quand on avait vraiment peur de ce que ça pourrait créer… même si ok, ça fait des sacrés ravages… Franchement dans un roman actuel, les vilaines radiations de l’espace, ça fait tache
– l’amour à la chaîne… je m’explique… J’ai trouvé ça un peu (beaucoup) too much le coup du A est amoureuse de B qui est amoureux de C mais qui n’est plus là et D, le frère de B, il est amoureux de A… et au final personne ne voit qui est amoureux de qui… sauf à la fin -_- (oui lecteur, tu sais que je ne suis pas fan des romances, oui ça sonnait déjà romance en lisant la 4è, mais comme on dit, ya que les c**s qui changent pas alors des fois j’essaie, mais regarde, Saskia [fais gaffe c’est le T2], ya de la romance et c’est juste magnifique ^^)
– la difficulté de me faire une image de certains personnages… exemple avec Fanie… au début du livre on nous parle de jolie petite fée alors moi, je vois ça, puis on nous parle d’arc eurasien, là c’est la fille qui aime les cartes qui comprend pas… ah pis elle est jolie, elle fait femme (comprendre elle a des formes avantageuses la veinarde), puis enfin on apprend qu’elle a une chevelure noire comme un étendard et des yeux aux reflets fauves, puis on « l’insulte » d’être une mousmé (google m’a bien aidé), une chinetoque… ah bah oui mais là on a dépassé la moitié du livre et j’ai enfin plus ou moins une idée de la demoiselle… Ne parlons pas des garçons… Parce que Johan, c’est le mec en noir, en plus il est 2 dans sa tête, Théo c’est le grand militaire avec un regard de môme et Khalid c’est le maghrébin marrant (mwé…). Limite les « monstres » sont plus facilement imaginables -_-
– les répétitions… Pu….rée, j’ai compris que « A est amoureuse de B qui est amoureux de C », j’ai compris que Johan il est bizarre, j’ai compris que … ça devient lourd franchement pas la peine de nous le ressortir 25x

Je regrette :
– qu’on ne sente pas plus le froid, parce qu’on s’attend à frissonner, à avoir les membres engourdis avec les personnages… mais non en fait, pourtant il fait facile -40°C. Et puis les doudounes en mode bibendum ça n’a pas l’air de trop les gêner dans leur déplacement ou leur combat
– qu’on ne développe pas plus la Malesève (les pins dévoreurs). J’ai juste l’impression qu’elle est là pour décorer, certes, ça fait peur mais c’est pas hyper crédible… avec plus d’explications, peut-être que aurait pu être un peu plus crédible.
– la fin, enfin l’avant fin… avec un magnifique Deus ex Machina comme on en fait presque plus sauf que c’est pas un dieu c’est un, enfin il y a… qui fait… et puis  ya cette…, nan je vais pas le dire, ça va spoiler… mais là encore une fois j’ai envie de faire -_-

En conclusion,
Je partais plus ou moins à reculons avec ce livre, j’ai essayé de ne pas le juger trop vite… mais au final pas mal de choses ont fait que j’ai eu du mal, que ce soit au niveau des personnages, du manichéisme un peu trop radical (ok Johan il a une part sombre, on pourrait croire à un Terminator, mais bon… hormis lui…), des répétitions de situations…
Heureusement, ce qui a sauvé le navire, c’est que ça se laisse lire tout seul malgré l’épaisseur du bouquin.

D’autre avis chez Sia (qui comme moi n’a pas vraiment apprécié), Cajou (qui est un peu plus mitigé) et vous trouverez en fouillant sur la toile, des gens qui ont eu un véritable coup de cœur pour ce roman…