Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1 : Étiquette et Espionnage – Gail Carriger

Synopsis : 
C’est une chose que d’apprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à faire une révérence en lançant un couteau. Bienvenue au Pensionnat de Melle Géraldine. Angleterre, début du 19e siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre môman : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mrs Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady… aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Melle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de Qualité. Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.

Mon avis : 
Je m’étais dit que je continuerai bien certaines de mes séries avant d’en commencer d’autre, mais Mypianocanta m’a fait craqué en me rappelant que j’avais ce 1er tome dans ma PAL… Et je sais, oh combien, la plume de Gail Carriger est irrésistible ! J’ai donc commencé cette nouvelle série !

J’ai aimé / J’ai adoré :
– retrouver l’univers du Protectorat de l’Ombrelle, quelques années plus tôt ! En effet, dans ce premier tome, même si on suit les aventures de la jeune Sophronia, 14 ans, on retrouve des personnages connus (Lefoux, Maccon…) mais plus jeunes !
– Découvrir un pensionnat très atypique ! J’aurais adoré avoir des cours dans ce genre de lieu avec ce genre de cours 🙂
– retrouver un peu le schéma du Protectorat de l’Ombrelle avec Sophronia et son amie excentrique Domity. Ça m’a amusé
– le personnage de Sophronia qui n’a rien d’une fille bien comme il faut à l’époque où elle vit. C’est adorable et j’ai hâte de voir dans les prochains tomes comment elle va s’en sortir avec sa nouvelle éducation particulière 🙂

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :
– Je n’aime pas Monique, mais je pense que c’est l’effet voulu ^^

Je regrette :
– la fin du tome est un peu brutale. Autant le début du livre prend bien son temps pour installer le décor et les personnages, autant j’ai trouvé que la dernière partie était un peu beaucoup rapide. Mais c’était hilarant 😛

En conclusion,
Une lecture divertissante, certes moins explosive que le Protectorat de l’Ombrelle, mais bien sympathique et qui se lit toute seule. Sans prise de tête et vraiment amusant. J’ai vraiment adoré retrouvé l’univers steampunk de Gail Carriger 🙂

D’autres avis chez : Mypianocanta (attention, il y a les 4 tomes 😉 ), Phooka, MarieJuliet, Sia …

Et une lecture de plus pour le Défi Diversité et SFFF (ça faisait longtemps tiens 😛 )
Ce livre entre donc dans les catégories suivantes (non déjà comptabilisée) :
– Un roman YA : 6
– Le premier livre d’une série SFFF que vous n’avez jamais lu : 16
– un livre SFFF traduit : 18
Ce qui m’amène à 9/20 ! 😀 (on se rapproche de l’objectif minimum 😀 )

SFFFD

 

Le Guide de l’Uchronie – Karine Gobled & Bertrand Campeis

Synopsis : 
Et si… ?
Et si Christophe Colomb n’avait jamais découvert l’Amérique ?
Et si les nazis avaient remporté la Seconde Guerre mondiale ? 
L’uchronie joue avec l’histoire pour créer des réalités différentes, explorant des possibilités infinies.
Est-ce là l’expression d’une simple nostalgie rêveuse d’un passé jamais advenu ou une arme de réflexion philosophique ?
Karine Gobled et Bertrand Campeis, membres du prix ActuSF de l’uchronie, vous proposent d’arpenter avec eux les sentiers où réalité historique et fiction s’entremêlent. À travers des conseils de lecture, des interviews d’auteurs, des escapades dans le cinéma, la bande dessinée ou le jeu vidéo, ces deux spécialistes offrent un panorama d’un genre qui séduit de plus en plus.
Et si vous vous laissiez tenter par ce voyage dans les méandres du temps ?
L’histoire n’a jamais été aussi imprévisible…

Mon avis :
Coché lors de la dernière Masse Critique de Babelio, j’étais curieuse d’en savoir plus sur l’uchronie mais aussi du travail qu’avait pu fournir Karine Gobled connu aussi sous le pseudo de Lhisbei (et tenancière du RSF blog).

J’ai aimé / J’ai apprécié : 
– la 1ère partie qui permet de définir l’uchronie. Même si je connaissais plus ou moins ce que c’était, je ne pensais pas que cela pouvait être si large.
– la partie sur la littérature. J’ai pu y trouvé des titres que j’ai déjà lu et avoir des noms d’auteurs et/ou des titres qui me semblent intéressant
– que l’ouvrage traite de toutes les possibilités de l’uchronie dans les diverses médias (livres en général, cinéma/TV, jeux ou même musique)
– les diverses interview. Même si j’en ai survolé une ou deux parce que l’auteur m’intéressait moins, j’ai trouvé intéressant d’avoir leur point de vue sur la chose 🙂 J’ai d’ailleurs été amusé de lire la même référence revenir sur chacune des interviews

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :
– je m’intéresse peu aux jeux donc j’avoue avoir un peu délaissé cette partie que j’ai quand même survolé histoire de voir si par le plus grand des hasards je connaissais quelque chose.

Je regrette : 
– d’avoir trouvé une (très) grande majorité d’auteurs masculins… Les femmes ne savent-elle donc pas écrire de l’uchronie ?

En conclusion, 
Un guide très complet et vraiment intéressant permettant de mieux appréhender l’essence même de l’uchronie grâce à sa première partie « théorique » et enfin de la découvrir concrètement grâce à une foultitude d’exemple dans tous les domaines possibles (littérature, art graphique, cinéma et télévision, jeux…).

D’autres avis chez : Xapur, Lynnae

Rentre dans le cadre du Défi SFFF et Diversité pour l’item « Lire un essai ou un article traitant de science, de science-fiction, de fantasy ou de fantastique. (3) »
Ce qui monte ma note à 8/20 🙂

SFFFD