Journal d’un marchand de rêves – Anthelme Hauchecorne

Synopsis :
J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe. Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais. Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance. M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m empêchent de tourner la page… La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance. Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament…

Mon avis :
Après avoir lu Midnight City de Rozenn Illiano, j’avais encore envie de littérature « onirique ». Autant dire qu’avec un titre pareil, ce titre m’a tapé dans l’œil sur Netgalley où je tente régulièrement ma chance (mais sans grand succès avouons-le). De plus, le nom de l’auteur ne m’était pas inconnu mais je n’avais jamais osé découvrir un de ces livres malgré le bien que j’ai de nombreuses fois entendu parlé. Et enfin, le prix Imaginales m’a bien parlé, donc c’était le moment où jamais.

Un anti-héros
Soyons honnête, j’ai commencé ce livre dans l’espoir de retrouver un peu la magie des rêves et clairement Walter me soûlait, j’ai eu du mal à m’accrocher à son histoire de fils presque né avec une cuillère en argent dans la bouche et même à ses malheurs… Toutefois, lorsqu’il est arrivé à Brumaire… Je n’ai pas vraiment pu décrocher.
En effet Walter Krowley nous conte sa vie dans le monde réel et dans le monde des rêves. Dans la vie réelle, il m’agaçait sérieusement (surtout au début) mais dans le monde des rêves, il est novice, il ne sait rien, il doit apprendre mais il a franchement du mal avec les « règles » de ce monde ou plutôt de ceux qui le contrôle. On le suit alors dans ses aventures pleine de rebondissement mais aussi d’apprentissage et d’introspection pour lui.
Juste un petit bémol, j’aurais vraiment apprécié découvrir plus les Ça, ils sont à peine effleurés, et pourtant, je suis sure, pleins de potentiel !

Un monde fourni
Notre héros se plonge donc dans le monde des rêves, mais comme ceux-ci, ce monde est énormément fourni, parfois fouillis (enfin c’est une impression) à vous en donner le tournis si vous ne vous perdez le fil. J’ai vraiment beaucoup apprécié de visiter ce monde sans fin, avec ses « peuples », sa « politique », ses « traditions » et ses mythes.
Et clairement j’ai largement préféré les passages dans cet univers que dans le monde de l’Eveil (qui heureusement pour moi ne sont pas nombreux 😉 )
On croise donc de nombreux personnages dans l’Ever (le monde des rêves) et j’ai particulièrement apprécié Banshee et le mystère qui l’entourait dans l’Eveil (et j’avais presque juste 😉 )

Des rêves mais pas que ça
Ce roman ne nous parle pas que de rêves, il parle aussi du processus de création, des allusion à la drogue (d’ailleurs vu le pitch je pensais que le marchand de rêves était un marchant de drogue ^^’ ), d’amour (si si ! ), du fait d’être bien né avec des relations qui ont le bras long, de possession de pouvoir, et encore tant d’autres sujets !

Une fin ouverte
Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je ne suis pas particulièrement fan des fins ouvertes. J’ai appris par la suite, en lisant les chroniques des blogopotes, que c’est parce que ce livre est potentiellement un tome 1 dont la suite n’est pas encore parue. De plus, la 1ère édition de ce livre existe chez une maison d’édition dont je n’ai pas trouvé d’info à part qu’elle était jeune et d’ors et déjà disparue.
La fin est donc ouverte mais pour une fois, elle ne m’a pas posé trop de soucis. Si une suite parait un jour, je serai surement tentée (j’avoue qu’explorer d’autres rêves ça donne quand même envie ;)) et si jamais rien n’arrive, le livre peut se suffire à lui même.

En conclusion
Un livre qui se lit tout seul (malgré « l’épaisseur »), un monde très rempli qui pourrait vous perdre en chemin si vous n’êtes pas happé par le voyage dans l’Ever, et un narrateur intéressant malgré un début un peu mitigé à mon goût. En Bref, une lecture qui m’a donné envie de découvrir plus d’écrit du même auteur (et ça devrait être possible grâce à Lynnae 😛 )

D’autres avis chez : MarieJuliet, Elhyandra, Célindanae, Dup, Acr0, Galleane
Pour aller plus loin : Le site de l’auteur, le mois de l’auteur sur BookenStock, un extrait du livre 😉

Les Brigades du Steam – Cécile Duquenne et Etienne Barillier

Synopsis :
1910. Un mystérieux complot frappe la France en plein cœur. Solange Chardon de Tonnerre, l’un des meilleurs éléments de la treizième Brigade mobile d’Aix-en-Provence, perd un ami et un bras. En convalescence dans une clinique secrète, elle doit affronter les fantômes du passé comme les assassins du présent. Auguste Genovesi, jeune recrue et nouveau coéquipier, se retrouve plongé avec elle dans une infernale course contre la montre… un véritable bras de fer entre la France et la Prusse. L’honneur du pays et sa raison d’être sont en jeu. Heureusement, les deux agents peuvent compter sur les prodiges de la science pour affronter les manigances de l’ennemi, ainsi que sur le soutien du Tigre lui-même : Clemenceau…

Mon avis
Après un passage dans le monde science fantasy d’un de mes auteurs favoris, il me fallait un changement radical de décor. Ce livre tombait donc à pic 🙂

Un contexte historique bien réel

Je l’ai donc commencé sans prendre le temps de relire la 4è que j’avais déjà oublié, donc je me suis jetée dans ce livre ne sachant pas ce que j’allais y trouver à part de la « vapeur ». Et bien m’en a pris ! En effet, j’ai eu la joie de découvrir une période historique française que je ne connais que très peu :  le début du XXè siècle connu comme « La Belle Epoque ». L’après affaire Dreyfus et les Brigades du Tigres (erm pour moi c’était « juste » une vieille série et un film… voyez mon inculture de l’Histoire). Seul point qui diffère de la réalité, (après recherche) la 13è brigade est dans le roman à Aix en Provence (et ça sent bon le Sud, même entre les pages du livres) alors qu’en réalité la 13è était bien plus bretonne puisqu’à Rennes 😉 (merci Wiki) et donc la prolifération du crime (et pas juste des petits voleurs à la tire)

Une touche de vapeur et de rouage
Le côté steampunk de ce livre est très sympathique, il est là, discret mais présent. Que ce soit avec ce qui est arrivé à Solange ou avec les hippomobiles avec leur moteur à eau et charbon, les cerveaux mécaniques… C’est donc très plaisant à lire et juste ce qu’il faut pour entendre les rouages cliquetés

Une enquête sur les chapeaux de roues
La 1ère partie de ce livre met bien en place le contexte, donc peut paraitre un peu longuette par moment, mais il faut bien mettre le décor en place, les personnages, comprendre leur sentiments… Donc j’ai trouvé ça parfait de « diviser » le roman en deux parties. Une fois cette 1ère partie, tout va beaucoup plus vite, tout s’accélère qu’on ne peut plus lâcher le livre pour savoir comment va se terminer toute cette histoire. On passe de rebondissement en rebondissements avec des ficelles qui me font penser au films d’espionnages avec courses poursuites, grosse bastons ! (et moi j’aime bien ça, c’est super visuel du coup 😀 )

Un duo original pour l’époque avec des résonances dans notre époque
Le top du top dans ce livre, c’est que notre duo mobilard est féminin et masculin ce qui change car vu l’époque, ça pourrait bien coincer un peu mais non justement, on peut lire toutes les réflexions qu’une femme peut se prendre quand elle pense à sa carrière, qu’elle ne veut pas être juste une bonne épouse et qu’elle souhaite s’élever dans la société à l’époque du livre mais qui résonne toujours à notre époque. Il n’y a aucune histoire d’amour, juste une entente pas toujours) cordiale qui finit par se transformer en amitié pour former un duo intéressant entre la vétérante (mon dico ne connait pas vétérante -_-) et le bleu qui entre chez lui « au pays ».

En conclusion,
Un livre qui sort un peu de ce que j’ai l’habitude de lire mais qui m’a franchement plu avec des idées intéressantes et des ficelles très visuelles qui font penser aux anciens films d’espionnage que j’aimais beaucoup regarder avec mes parents. Une touche de vapeur et de rouages pour le côté steampunk  et des moments aussi très amusant (je vais pas spoiler mais j’ai ri comme une baleine quand ils étaient à « fond la caisse ») mais aussi un contexte historique presque totalement réels qui permet de s’intéresser à un bout de l’Histoire de France.
Et franchement, je ne serai pas contre une autre aventure de cette 13è Brigade mobile 🙂

Pour aller plus loin, un petit extrait 😉
D’autres avis chez : Vampires et Sorcières,