Mémoires, par Lady Trent, tome 2 : Le Tropique des Serpents – Marie Brennan

Synopsis :
« Bien que peu de gens soient assez âgés pour s’en souvenir, et encore moins assez impolis pour en parler, je fus autrefois vilipendée dans les feuilles à scandales. […] C’est à cette époque de mon existence que je fus accusée de fornication, de haute trahison et d’être la plus mauvaise mère de tout le Scirland. C’est plus que la plupart des femmes peuvent réaliser en l’espace d’une vie et j’admets que j’éprouve une sorte de fierté perverse à y être parvenue.
Ce livre est également, bien entendu, le récit de mon expédition en Érigie. Les avertissements de ma première préface s’appliquent toujours : si les descriptions d’actions violentes, de maladies, de mets étrangers au palais des habitants du Scirland, de religions étranges, de nudité en public ou de gaffes diplomatiques idiotes sont susceptibles de vous gêner, fermez ce livre et passez à quelque chose de plus plaisant.
Mais je peux vous assurer que j’ai survécu à tous ces événements ; il est donc probable que vous survivrez à leur lecture. »

Mon Avis : 
J’avais gardé un bon souvenir du 1er tome et voilà un moment que je l’avais déjà lu, j’ai donc eu envie de retrouver les aventures palpitantes de Lady Trent.

Un livre un peu moins croustillant selon moi

Clairement, j’avais envie de retrouver le côté « délicieux » que j’avais trouvé au tome 1 (lien en fin d’article), mais j’avoue ne pas l’avoir retrouver de la même façon.
En effet, les évènements du tome 1 font qu’on ne peut retrouver ces moments dans le tome 2. Toutefois on retrouve quelques autres moments délectables puisque Lady Trent est à elle seule un nid à embrouille (pour rester polie ^^’ ) et n’est pas toujours très à l’aise dans les convenances dues à son rang et ça, ça reste vraiment un truc amusant 🙂 Même si ces fameuses convenances sont clairement inutiles dans l’Enfer Vert

Les Dragons à l’écart, les relations humaines avant tout

J’ai trouvé fort peu présent les dragons (et associés) dans ce tome. En effet, on les voit rarement et ils sont peu étudiés même si on a la chance d’avoir quelques jolies illustrations de ceux-ci.
Il faut dire aussi que les lieux s’y prêtent peu. C’est alors que les relations humaines avec les locaux sont plus travaillés. Ainsi Lady Trent et ses compagne/ons, sont immergés dans un monde à part… qui m’a clairement fait pensé à un long épisode de Rendez-Vous en Terre Inconnue (l’ancienne version, pas la nouvelle 😉 ) et j’ai beaucoup apprécié qu’iels se plient aux diverses coutumes, qu’ils participent à la vie des campements, certes pour arriver à leur fins mais pour s’intégrer un minimum quand même.

Des Tabous et des Réflexions

Il y a tout un chapitre où il est question d’un « tabou » bien féminin, osons le mot : les menstruations… Pour rappel, nous sommes dans une époque similaire à l’époque victorienne et même en 2019 de toute façon, la vue d’une vulve (cf la dernière pub de Nana [j’suis trop gentille c’est la version longue 😉 ]) ou la vue du sang menstruel reste encore un certain tabou. Donc là, j’ai apprécié ce sujet. Voir comment Lady Trent traite ça, et comment on traite ça dans le pays où elle va… Bon « Spoiler », on met les femmes à l’écart… Pour Lady Trent c’est casse pied, mais pour les femmes bien loties ce sont des vacances, pas dit que ça soit le cas de toutes…
Il y a aussi toutes les réflexions sur la religion / les croyances. Lady Trent n’est pas athée ou agnostique mais elle n’est pas très pratiquante. Elle remet en question sa vision des choses dans le monde qu’elle découvre et se rend compte par certains points que les croyances peuvent se rejoindre.

En conclusion,
Un second tome que j’ai trouvé intéressant mais un peu en dessous du 1er qui m’avait vraiment diverti au plus haut point. Toutefois je suis curieuse de connaitre la suite donc je continuerai cette série, mais sans doute avec un peu moins d’enthousiasme

Lecture associée : Tome 1
Pour aller plus loin : un extrait

Les Faucons de Raverra, tome 2 : L’Héritière Rebelle – Melissa Caruso

Synopsis :
À la frontière raverraine, le Vaskandar se prépare à la guerre. Mais avant de déclencher les hostilités, les dix-sept Hauts Ensorceleurs ont convenu de se réunir pour un Conclave où chacun devra prendre position sur la question. Amalia Cornaro sait que cet événement sera sa seule chance d’étouffer les flammes menaçantes des affrontements, et elle est prête à tous les sacrifices pour sauver Raverra de la destruction.
Amalia et sa sorcière du feu Zaira devront alors s’aventurer au-delà des lignes ennemies et user de toutes leurs ressources d’intelligence et de ruse pour parvenir à détourner le Vaskandar de ses sombres projets.
Si elles échouent, ce sera au tour du feu et de l’acier de parler…

Mon avis :
Autant j’ai laissé un peu trainé le tome 1 lors de son arrivée dans ma PAL (bon ok, il a pas trainé si longtemps, mais quand même), surtout à cause de sa taille impressionnante (enfin pas tant, mais ça faisait for longtemps que je n’avais pas lu un Grand Format), je me suis presque jetée sur le second tome qui est sorti très rapidement. Et pour ça, je remercie grandement les éditions Bragelonne et leur collection Big Bang pour ne pas nous faire languir trop longtemps avec les série (la série est déjà sortie intégralement en VO 😉 )

Une nouvelle exploration
Autant le 1er tome se concentrait sur Ardence, une ville du Nord de l’Empire Sérénissime et où le Vaskandar était à peine effleuré. Ce tome se concentre justement sur le Vaskandar, qui n’est pas un royaume lissé comme l’Empire mais une sorte de capharnaüm amélioré entre les « états violents » et les plus posés. D’ailleurs, on découvre aussi que le Vaskandar est très éloigné de l’Empire par sa « construction » mais aussi par sa physionomie. Exit les grande ville, ce « pays » est très sauvage, on n’y trouve pas de villes dans lesquelles sont à l’aise Amalia et Zaira
En effet, on croise les Hauts Ensorceleurs qui sont donc les dirigeants des diverses contrées du Vaskandar. Chacun possède une affinité qui le caractérise, ainsi le Seigneur Freux est vivomancien (magicien des êtres vivants) dont l’affinité est envers les corbeaux

Des personnages haut en couleurs
On retrouve bien évidemment notre duo du 1er tome avec Amalia et Zaira qui tente toujours de s’apprivoiser l’une et l’autre et ça donne des moment cocasse voire hilarant !
Marcello est toujours là, même si on le voit bien moins mais du coup, sa relation (trop) toute mignonne et un peu plan plan est mise à l’écart au profit d’une cour très détonnante avec Kathe le Seigneur Freux du Vaskandar… D’ailleurs, que dire de ce charmant corbeau. Il est vraiment mystérieux, on ne sait jamais à quel jeu il joue mais il est très intéressant (même s’il a quasi le double de l’âge d’Amalia à qui il fait une cour assidue 😮 )
On retrouve aussi l’horrible Ruven encore plus horrible que dans le tome précédent… et on s’attend à encore pire dans le prochain tome !
On rencontre aussi les nombreux seigneurs et régnantes (sérieux, c’est quoi le féminin de seigneur ? ) du Vaskandar. Ils sont tous aussi intéressant les un que les autres, avec une mention spéciale pour la Dame des Araignées qui m’a fichu froid dans le dos, elle m’a fait pensé à une Morticia Adams couverte d’araignées vivantes… Alors autant j’apprécie Morticia, autant tant d’araignée sur aussi peu de mètre carrés….

Une intrigue « basique » mais avec un déroulement plein de rebondissements.
Oui alors certes, on y voit un enchainement linéaire avec le tome précédent : conflit à X endroit, envoi d’Amalia et Zaira pour tout crâmer si ça va pas, négociations et tout le monde il est beau, tout le monde il est content.
MAIS, même si l’idée linéaire est là, il y a toute une foultitude de rebondissements qui font qu’on est bien loin de s’ennuyer une fois de plus dans ce tome. On se dit « oh bah c’est bon, ils ont la clé » et bam! voilà que ça recoince. L’autrice sait nous faire prendre des chemins détournés et pas toujours les plus faciles pour aller du point A au point B et c’est là tout le tour des tomes. On n’a pas le temps de s’ennuyer, on veut toujours savoir quel sera le prochain obstacle à surmonter. Mais au final, on obtient les réponses aux questions et on pose les jalons pour le prochain et dernier tome.

En conclusion, 
Un second tome qui monte en puissance alors que le 1er posait bien les personnages et l’univers. Ici la tension monte d’un cran avec la menace de la destruction de tout l’Empire, les nouveaux personnages sont intéressants, ceux qu’on connait déjà s’approfondissent et on découvre un peu plus l’entièreté du continent d’Eruvia. Il me tarde d’avoir le dernier tome à lire !
RDV au premier trimestre 2020 pour la suite 😉

D’autres avis chez : Dup, …

Articles associés : Tome 1

Pour aller plus loin : Les 1ères pages,