L’Assassin Royal, tome 4 à 6 : Assassin’s Quest – Robin Hobb

Synopsis (Tome 4 uniquement) : Royal, l’usurpateur monté sur le trône des Six-Duchés, est persuadé que Fitzchevalerie, son ennemi intime, est mort. Mais celui-ci, caché à l ‘écart de la cour avec Burrich, prépare sa vengeance…

Mon avis : Retrouvant le plaisir de lire, j’ai eu envie de continuer cette saga que j’ai découvert sur le tard, j’ai donc commencé par prendre le tome 4 et… le découpage français étant hyper frustrant, j’ai enchainé jusqu’au tome 6 pour conclure cette 1ère partie. Oui j’essaie de suivre scrupuleusement le découpage VO ET cette liste de lecture pour pas me perdre dans l’ordre de lecture des diverses parties 😉

J’ai aimé / J’ai adoré :
– retrouvé Fitz, surtout après ce qui lui est arrivé dans les tomes précédents. J’ai vraiment apprécié de le voir grandir et développer de nouvelles capacités et suivre ses aventures
– en savoir un peu plus sur l’Art et le Lignage (aka le Vif) même si j’aurais aimé en apprendre encore plus, parce que même si on en apprend un peu, ça reste flou (surtout sur le Vif)
– découvrir les fameux Anciens, même que très peu (j’en saurais surement plus quand je serai à la série qui leur est consacrée 😛 )
– voir certains personnages différents (je pense notamment à notre ami le Grêlé) et évidemment en découvrir d’autres comme Caudron ou Astérie
– que finalement la 1ère trilogie (VO) se suffise à elle même 🙂 Même si j’ai envie de replonger dans cet univers, je sais que j’ai déjà bouclé un bout (évidemment, j’en veux encore 😉 )

Je n’ai pas aimé /J’ai détesté : 
– le découpage VF, c’est limite une hérésie… j’ai été chanceuse d’avoir les 3 tomes VF sous la main parce qu’à la fin du tome 4, on n’a qu’une envie, tourner la page pour continuer la suite… Idem à la fin du tome 5. Alors oui ça coupe en fin de chapitre mais limite en plein dans une action, donc un conseil à ceux qui n’ont pas encore lu, prévoyez de suivre le découpage VO où les 3 tomes VF n’en forme qu’un ^^’

En conclusion, 
Malgré l’hérésie du découpage français, j’ai vraiment apprécié cette dernière partie de l’histoire de la jeunesse de Fitz. En effet, dans cette partie de l’histoire, il devient réellement un homme, on sent que pour lui la page de l’enfance s’est tourné définitivement.

Youhou, une de plus en moins 😉 
Faudrait que je mette à jour la page ^^’ 

Le Pensionnat de Mademoiselle Géraldine, tome 4 : Artifices et Arbalètes – Gail Carriger

Synopsis : 
Apprendre l’art de l’espionnage au sein de l’école volante de Mlle Géraldine est devenu fastidieux pour Sophronia, privée de la présence de Savon à ses côtés. Elle préfèrerait utiliser ses talents pour contrarier les plans des Vinaigriers, mais ses maints avertissements au sujet des lâches intentions de ces derniers sont encore et toujours ignorés et Sophronia ne sait plus à qui se fier. Quelles informations détient le bourru dewan de Sa Majesté ? Dans quel camp se place l’élégant vampire Lord Akeldama ? Une seule chose est certaine : un complot d’envergure se trame, et Sophronia doit se préparer à sauver ses amis, son école et Londres tout entier du désastre à venir – sans jamais se départir de son spectaculaire raffinement, bien évidemment.

Mon avis :
Après avoir lu le tome 3, je n’ai pu me résoudre à lire autre chose que le quatrième et dernier tome du pensionnat de Mademoiselle Géraldine. En effet, j’étais absolument dans l’ambiance et je ne voulais pas la quitter tout de suite ! J’ai donc patienté quelques jours (des fois que l’envie me passerait) et j’ai jeté mon dévolu sur ce dernier tome.
Attention risque de spoil sur cet avis !

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– comme toujours retrouvé le monde alternatif créé par Gail Carriger ! J’ai eu une petite pensée émue en me disant que flûte c’est le dernier tome !
– la relation entre Sophronia et Savon qui évolue encore et toujours pour mon plus grand plaisir. Bon, je m’en doutais, un peu gros comme une école dirigeable ! De plus, suivant le pinterest de l’auteur, j’ai sans doute été un peu spoilé par des images un peu révélatrice (du coup je n’attendais que ça en gloussant sous ma couette [oui quand je peux, je lis dans mon lit ou sur le canapé couverte d’une couette… même par 40°C !]).
– J’ai été bluffé par les révélations sur la fameuse Mademoiselle Géraldine que je trouvais un peu… gougourde (pour être gentille)
– la révélation, un peu tardive sur Lord Mersey. Je me doutais d’un truc mais pas ça ! 😮
– L’épilogue. J’ai du le relire 2x pour bien comprendre ce que j’avais lu… En effet, si j’ai bien compris, il serait un « lien » clair entre Le Pensionnat et Le Protectorat 😮 En effet, il y a des éléments connus et d’autres qui m’ont fait faire « mais 😮 « 

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté : 
– Les Vinaigriers… mais quelle plaie ceux là !

Je regrette : 
– que les titres des tomes en VF colle un peu moins bien que ceux en VO… J’ai remarqué ça sur toute la série… Peut-être est-ce parce que ça microspoile ?
– je suis un peu triste de la façon dont se termine ce tome… même si des choses bien sympathiques y arrivent, c’est tout de même dommage pour le Pensionnat.

En conclusion, 
Une série et surtout un dernier tome, riche en rebondissement, qui donne la part belle à Sophronia qui se débrouille presque toute seule dans ce tome, qui découvre aussi que le métier d’espionne n’est pas qu’un simple amusement et qu’il peut entrainer des choses pas très propre.
Un univers toujours aussi agréable à visiter et des personnages riches qu’on apprécie de retrouver ailleurs que dans cette série (l’avantage d’avoir des immortels 😉 )
Je suis un peu triste de quitter cette série, mais je sais qu’il me reste encore le dyptique du Protocole de la Crème Anglaise à lire et je sens que je vais apprécier les aventures de Prudence Maccon 😉

Articles associés : Tome 1, tome 2, tome 3Le Protectorat de l’Ombrelle, tome 1, tome 2, tome 3, tome 4 et tome 5
D’autres avis chez : Mycoton, Mypianocanta