Delirium, tome 2 : Pandemonium – Lauren Oliver

Synopsis : 
Lena vit dans un monde où le gouvernement impose aux jeunes de 18 ans une opération pour les immuniser contre l’amour. A la veille de son opération, Lena découvre ce sentiment interdit avec Alex et ensemble ils décident de s’enfuir. Mais seule Lena y parvient. Après s’être échappée de Portland dans le Maine, Lena rejoint une communauté d’Invalides – les résistants au système – réfugiée dans la Nature. Là-bas, elle se transforme en guerrière de la résistance. Un futur sans Alex semble d’abord inimaginable, mais Lena va de l’avant. Elle combat pour lui et pour un monde où l’amour ne serait plus considéré comme une maladie. Entraînée dans un mélange explosif de révolution et de contre-insurrection, Lena doit lutter pour survivre et croire encore que l’amour est possible, et plus encore : souhaitable…

Mon avis :
En cherchant une nouvelle lecture a entamé, j’ai fait le tour de ma liseuse et… je me suis dit que ça pourrait être bien sympa de continuer une série entamée et… pas continué… J’ai donc ouvert ce livre et j’ai commencé à lire quelques pages alors que j’étais fatiguée ! Mais j’ai continué et Merle ! il était déjà tard j’ai du mettre mon livre de côté pour dormir… Mais j’ai continué rapidement les soirs suivants 🙂

J’ai aimé / J’ai adoré : 
– les passages « avant » / « maintenant ». Même si certains passages sont de tailles inégales. Toutefois à un moment, les avant et maintenant finissent par se rejoindre et ne forment plus que le maintenant. J’ai vraiment apprécié les passages dans la Nature même si celle-ci est très dure. Ces passages marquent vraiment la différence entre les « deux mondes »
– le cheminement de Lena entre sa vie d’avant et sa vie d’après la Nature
– ce tout petit moment de ouf à la toute fin de ce tome. Alors qu’on pense que Lena a enfin réussi à passer à autre chose… revoilà le passé (bon ça va clairement puer dans le 3è tome, je vais surement bouder là dessus mais je reste curieuse…[Merle ! deviendrais-je fleur bleue ? ])

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :

Je regrette :
– que le deuil de Lena soit aussi « long » parce que personne ne l’y accompagne. Le monde dans lequel elle vit n’est pas des plus sympas mais quand même un peu de soutient n’aurait pas été de refus

En conclusion, 
Un second tome intéressant qui me donne envie d’en savoir plus et donc de lire le 3è tome.

Article associé : Tome 1

Publicités

La Voie des Oracles, tome 1 : Thya – Estelle Faye

Synopsis : 
La Gaule, au début du cinquième siècle après Jésus-Christ.
Cerné par les barbares, minés par les intrigues internes et les jeux malsains du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement.
Dans une villa d’Aquitania, perdue au milieu des forêts, vit Thya, seize ans, fille du général romain Gnaeus Sertor. À cinq ans, elle a manifesté pour la première fois des dons de devin. Mais dans l’Empire chrétien, il ne fait plus bon être oracle, et à cause de ce secret qu’elle doit garder, Thya est devenue une adolescente solitaire, à l’avenir incertain.
Lors d’une des visites en Aquitania, Gnaeus tombe sous les coups d’assassins à la solde de son fils Aedon qui souhaite s’emparer de son siège au sénat. Il est ramené à la villa entre la vie et la mort et Thya cherche dans ses visions un moyen de le sauver. Son don lui permet d’apercevoir la forteresse de Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a obtenu sa plus grande victoire contre les Vandales. Elle comprend alors qu’elle doit s’y rendre et s’enfuit dans la nuit.
Sa route sera pavée de rencontres, Enoch, un jeune et séduisant barbare, ou encore un faune, un être surnaturel issu du monde païen, et Thya va évoluer et découvrir un monde en mutation qui n’est pas exactement celui que lui décrivait son père…

Mon avis :
Après ma précédente lecture, pas moyen de me décider sur la suivante… C’est alors que les vénérables Phooka et Dup de Bookenstock ont commencé à publier les 1ères réponses aux questions du « Mois de » Estelle Faye… Et là , la lumière fut ! J’ai quelques livres d’Estelle Faye dans ma PAL N(umérique), mais pas forcément l’envie de me plonger dans un « gros » livre… Dame Dup m’a donc fortement encouragé à lire Thya et comme je le possède, je n’ai pas cherché plus loin que ça 🙂

J’ai aimé / J’ai adoré :
– me retrouver à l’époque gallo-romaine même si c’est la fin. En effet, la fantasy a cette époque est relativement rare. La dernière fois que j’ai lu un livre à l’époque gallo-romaine, c’était pfiou… Lavinia ! J’ai donc vraiment apprécié raviver mes souvenirs de latiniste et de me plonger dans cet univers que j’ai tant apprécié durant mes 7 ans de latin scolaire !
– Thya. Cette jeune fille, oracle de son état mais aussi jeune adolescente et pleine de verve ! J’ai aussi apprécié son physique. En effet, Thya est assez loin des clichés de la YA, elle n’est pas « belle plante » en extérieur, il faut gratter, il faut des artifices pour la « rendre désirable » physiquement
– Enoch. À première vue, un beau gosse charmeur, mais « au final », il est bien plus que ça, et j’espère continuer à en apprendre plus sur lui. J’ai aussi beaucoup apprécier son métier, je ne savais d’ailleurs pas que ça existait à cette époque, je pensais que le maquillage n’était que féminin (et théâtral)

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :

Je regrette :
– de ne pas avoir eu un petit lexique à la fin du livre ou un peu plus de notes de « bas de page » (oui en numérique ya pas vraiment de bas de page 😛 ). En effet, j’ai du « googler » certains noms de villes pour m’y retrouver (surtout Andemantunuum, j’ai beau avoir 7 ans de latin dans les pattes lors de ma scolarité, je n’arrivais pas à situer)

En conclusion,
Un 1er tome d’une trilogie fantasy original par son univers gallo-romain qui promet une suite et des évolutions de personnages intéressants.

On peut retrouver Le Mois D’Estelle Faye chez BookEnStock
D’autres avis chez : Lelf, Blacky, Dup, Mypianocanta, Sia

 

  • Au Cœur de la Neige

    484 p

  • Challenge en cours !

    Lien direct vers les articles des organisateurs

  • Dans la Bulle

  • Dernières Neiges

  • Neiges éternelles