Ghost Love – Loïc Le Borgne

Synopsis :
La vie de Mathis a pris un tournant bien sombre depuis que son frère s’est tué en voiture. Oscillant entre soirées alcoolisées avec sa bande d’amis et job étudiant au journal du coin, son été s’étire dans la chaleur et la culpabilité.
Il dérive jusqu’à Éléonore, jeune femme pleine de charme et de mystères. Ses goûts, ses paroles, ses passions s’accordent à merveille à ceux du jeune homme, bien qu’elle refuse tout contact physique…
Sans cesse ramené au manoir abandonné du coin, Mathis s’embarque dans une histoire qui le dépasse, mais qui pourrait bien l’aider à panser quelques plaies
.

Mon avis :
Quoi de mieux qu’une histoire fantastique pour une lecture d’automne surtout à l’approche de Samain ! Ce livre tombait donc à pic pour lancer ma saison « fantastique » (bon en vrai, j’ai pas tant de livre que ça en stock mais pour une fois que je lis « de saison »)

Une romance impossible
Le roman part sur une romance relativement claire pour les lecteurices, mais j’ai aimé voir par où elle allait passer, quand l’annonce serait faite, comment allait réagir les concerner … Bref, j’ai été prise au jeu dans les sentiments de Mathis. D’ailleurs j’ai fortement apprécié son comportement, ses interrogations… Tellement réel

Le frisson de l’inconnu
Mathis s’est engagé dans une histoire qui le dépasse, qui pourrait le rendre fou. Et pourtant il s’accroche car il a besoin de réponse. Cette inconnu et ce qui l’entoure est intéressant. Le frisson monte en intensité au fur et à mesure jusqu’à son apothéose pour finir en beauté mais pas dans un happy end tel qu’on pourrait s’y attendre

Un soupçon de réalité
L’auteur nous le confie à la fin du livre. Il s’est appuyé sur une petite histoire dans la grande Histoire pour créer certains personnages et le « background » de l’histoire, surtout pour les lieux et cela donne une certaine « palpabilité » au roman !

En conclusion,
Ghost Love est une romance, un roman fantastique mais traité différemment de ce que j’ai déjà eu l’habitude de lire. Un roman plein de questionnements sur l’amour, la vie, la mort, l’après… mais avant tout une lecture sympathique

D’autres avis chez : Livropathe, …
Pour aller plus loin : Un article sur le livre

Community – Luna Joice

Synopsis :
3006. La Terre a été pacifiée grâce à Community, une technologie révolutionnaire qui permet à l’homme de communiquer par télépathie. L’égoïsme mis de côté au profit de la collectivité, conflits et inégalités appartiennent désormais au passé.
Passionnée par les étoiles, Lyah est une jeune femme dotée d’une profonde soif de connaissances, qui la pousse à se poser beaucoup de questions sur le monde qui l’entoure. Bien plus que tous ceux qu’elle connaît… Pourquoi les humains ont-ils désormais interdiction de se toucher ? Pourquoi ne peut-elle pas choisir elle-même sa future Assignation ? Et pourquoi certaines bases de données lui sont-elles inaccessibles ?
Tandis qu’elle exhume secret après secret sur la société aseptisée dans laquelle elle vit, une interrogation grandit dans son esprit.
Pour Community, à quoi l’humanité a-t-elle renoncé ?

Mon avis :
Le pitch m’a parlé 😉 (le bandeau un peu moins ^^’ ) Voilà un moment que je n’avais pas lu de dystopie et j’étais curieuse de ce futur très lointain

Un monde uni
Community est un système de liaisons télépathiques entre humain via des puces électroniques mis en place dans le cerveau. Toute la Terre y est relié et depuis aucune guerre n’a éclaté et la communauté œuvre « pour le bien de tous ». Plus aucun être humain ne parle, ne se touche et certains sont même quasi sourd.
La grande majorité de l’humanité vit, se déplace et travaille sous terre (donc la nature hors culture) a repris ses droits (enfin, c’est pas trop mentionné à part quelques oiseaux) et la technologie est très avancé en matière de transport (on peut traverser plusieurs méridiens [devenus des zones géographiques] en quelques heures à peine), de constructions …
Ainsi, l’année de leur majorité, les humains sont appariés (mis en couple hétéro…), orientés dans une des 4 « castes » de travail (Cultivateur, Distributeur, Chercheur et Constructeur) et logés. Tout ce joli monde à l’air bien rodé !

Un grain de sable dans l’engrenage
Tout ça c’était sans compter sur Lyah, une future adulte un peu différente. Elle ne supporte pas de vivre sous terre et est passionnée par l’Espace (complètement oublié depuis l’avènement de Community). Elle va accéder à certains secrets et son besoin de chercher la petite bête va la pousser à trouver ce qui cloche et redécouvrir certaines choses malgré le fait que ça soit « pour le bien de tous »

Un truc qui manque
Tout au long de ma lecture, j’ai trouvé l’idée sympa, mais il m’a manqué un « jenesaisquoi ». Lyah (et son collègue) découvre des choses au fur et à mesure, mais il m’a manqué un poil plus de « rebelles extérieurs » tout y est tellement polissé que j’espérais que peut-être que… mais non. La réflexion de la jeune femme semble logique même si tout s’accélère un peu trop (vite) sur la fin.

En conclusion,
Une idée de base utopique très intéressante. Un monde plutôt bien travaillé (même si j’aurais aimé un peu plus de détail sur la vie « extérieure » en dehors des cultures… au détour d’un cours par exemple 😉 ) mais le grain de sable de cette dystopie m’a paru un brin trop lisse/pas assez « rebelle » même si j’avais envie de savoir comment allait se terminer le livre.
En bref, c’est bien mais ça aurait pu être encore mieux 😉

D’autres avis chez : Belle de Nuit, …