Rosewater, tome 1 : Tade Thompson

Synopsis : Nigeria, 2066. La ville de Rosewater a poussé comme un champignon autour d un biodôme extraterrestre mystérieusement apparu quelques années plus tôt et qui, depuis, suscite de nombreuses interrogations parmi la communauté internationale. Les habitants de Rosewater, eux, se fichent bien du comment et du pourquoi, tant que le dôme continue de dispenser ses guérisons miraculeuses lors de son ouverture annuelle. Karoo vit dans cette cour des miracles. Officiellement, il travaille comme agent de répression de la cyberfraude, mais il est aussi un membre du S45, une officine d État chargée de missions plus ou moins discrètes qui l a recruté en raison de ses pouvoirs psychiques, sans doute acquis au contact du dôme. Mais aujourd hui, ses talents font de lui une cible…

Mon avis :
Voilà un moment que j’avais repéré ce livre (surtout pour sa couverture intrigante et pleine de végétaux étrange. Puis la 4è de couv m’a aussi bien intéressé c’est donc parti pour découvrir un nouvel auteur de SF africaine/afro-futurisme.

Un nouveau monde
On se retrouve plongé dans un futur pas très très lointain où le 1er contact avec des alien, des extra-terrestres a été établi mais pas forcément de façon cordiale, les humains cherchant toujours à tout décortiquer.
On découvre aussi que les USA se sont « retirés » du monde peu de temps après ce contact.
L’installation du biodome à Rosewater (ville nouvelle) au fin fond du Nigéria est donc l’occasion de découvrir un nouvel environnement, de nouvelle technologie et de nouvelles facultés humaines !

Un anti-héros
On suit Karoo durant tout ce 1er tome (si j’ai bien suivi ça ne sera plus lui le « héros » du prochain tome)
Karoo est un homme ayant des facultés particulières apparues suite à l’apparition du biodome de Rosewater. Il est aussi un marginal, un ancien voleur qui se retrouve enrôler dans les services secrets du pays.
Il m’a parfois amusé et il m’a aussi soulé… (ses pensées sur les femmes… on aurait parfois dit le loup de Tex Averi… ) Mais du coup on vit les découvertes à son rythme, avec sa vision et malgré tout on s’attache un peu.

3 lignes temporelles
Actuellement, je suis encore en train de me demander si j’ai ou non aimé ce livre et de fait, si je lirai la suite car j’ai eu un mal de chien à suivre le cheminement de l’histoire car tout en suivant Karoo, on passe sur 3 lignes temporelles de son histoire et c’est franchement déstabilisant et a ralenti considérablement ma lecture.

En conclusion,
Un premier tome intéressant même si je reste mitigée en me demandant si oui ou non j’ai apprécié ma lecture. Mon avis rejoint donc celui de Lune (j’aurais pu écrire exactement la même chose en fait ^^’ ) sur ce premier tome

D’autres avis chez : Elhyandra, Lorhkan, Yogo, Blackwolf, Cédric

2 réflexions au sujet de « Rosewater, tome 1 : Tade Thompson »

Déposez un flocon

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.