Les Faucons de Raverra, tome 2 : L’Héritière Rebelle – Melissa Caruso

Synopsis :
À la frontière raverraine, le Vaskandar se prépare à la guerre. Mais avant de déclencher les hostilités, les dix-sept Hauts Ensorceleurs ont convenu de se réunir pour un Conclave où chacun devra prendre position sur la question. Amalia Cornaro sait que cet événement sera sa seule chance d’étouffer les flammes menaçantes des affrontements, et elle est prête à tous les sacrifices pour sauver Raverra de la destruction.
Amalia et sa sorcière du feu Zaira devront alors s’aventurer au-delà des lignes ennemies et user de toutes leurs ressources d’intelligence et de ruse pour parvenir à détourner le Vaskandar de ses sombres projets.
Si elles échouent, ce sera au tour du feu et de l’acier de parler…

Mon avis :
Autant j’ai laissé un peu trainé le tome 1 lors de son arrivée dans ma PAL (bon ok, il a pas trainé si longtemps, mais quand même), surtout à cause de sa taille impressionnante (enfin pas tant, mais ça faisait for longtemps que je n’avais pas lu un Grand Format), je me suis presque jetée sur le second tome qui est sorti très rapidement. Et pour ça, je remercie grandement les éditions Bragelonne et leur collection Big Bang pour ne pas nous faire languir trop longtemps avec les série (la série est déjà sortie intégralement en VO 😉 )

Une nouvelle exploration
Autant le 1er tome se concentrait sur Ardence, une ville du Nord de l’Empire Sérénissime et où le Vaskandar était à peine effleuré. Ce tome se concentre justement sur le Vaskandar, qui n’est pas un royaume lissé comme l’Empire mais une sorte de capharnaüm amélioré entre les « états violents » et les plus posés. D’ailleurs, on découvre aussi que le Vaskandar est très éloigné de l’Empire par sa « construction » mais aussi par sa physionomie. Exit les grande ville, ce « pays » est très sauvage, on n’y trouve pas de villes dans lesquelles sont à l’aise Amalia et Zaira
En effet, on croise les Hauts Ensorceleurs qui sont donc les dirigeants des diverses contrées du Vaskandar. Chacun possède une affinité qui le caractérise, ainsi le Seigneur Freux est vivomancien (magicien des êtres vivants) dont l’affinité est envers les corbeaux

Des personnages haut en couleurs
On retrouve bien évidemment notre duo du 1er tome avec Amalia et Zaira qui tente toujours de s’apprivoiser l’une et l’autre et ça donne des moment cocasse voire hilarant !
Marcello est toujours là, même si on le voit bien moins mais du coup, sa relation (trop) toute mignonne et un peu plan plan est mise à l’écart au profit d’une cour très détonnante avec Kathe le Seigneur Freux du Vaskandar… D’ailleurs, que dire de ce charmant corbeau. Il est vraiment mystérieux, on ne sait jamais à quel jeu il joue mais il est très intéressant (même s’il a quasi le double de l’âge d’Amalia à qui il fait une cour assidue 😮 )
On retrouve aussi l’horrible Ruven encore plus horrible que dans le tome précédent… et on s’attend à encore pire dans le prochain tome !
On rencontre aussi les nombreux seigneurs et régnantes (sérieux, c’est quoi le féminin de seigneur ? ) du Vaskandar. Ils sont tous aussi intéressant les un que les autres, avec une mention spéciale pour la Dame des Araignées qui m’a fichu froid dans le dos, elle m’a fait pensé à une Morticia Adams couverte d’araignées vivantes… Alors autant j’apprécie Morticia, autant tant d’araignée sur aussi peu de mètre carrés….

Une intrigue « basique » mais avec un déroulement plein de rebondissements.
Oui alors certes, on y voit un enchainement linéaire avec le tome précédent : conflit à X endroit, envoi d’Amalia et Zaira pour tout crâmer si ça va pas, négociations et tout le monde il est beau, tout le monde il est content.
MAIS, même si l’idée linéaire est là, il y a toute une foultitude de rebondissements qui font qu’on est bien loin de s’ennuyer une fois de plus dans ce tome. On se dit « oh bah c’est bon, ils ont la clé » et bam! voilà que ça recoince. L’autrice sait nous faire prendre des chemins détournés et pas toujours les plus faciles pour aller du point A au point B et c’est là tout le tour des tomes. On n’a pas le temps de s’ennuyer, on veut toujours savoir quel sera le prochain obstacle à surmonter. Mais au final, on obtient les réponses aux questions et on pose les jalons pour le prochain et dernier tome.

En conclusion, 
Un second tome qui monte en puissance alors que le 1er posait bien les personnages et l’univers. Ici la tension monte d’un cran avec la menace de la destruction de tout l’Empire, les nouveaux personnages sont intéressants, ceux qu’on connait déjà s’approfondissent et on découvre un peu plus l’entièreté du continent d’Eruvia. Il me tarde d’avoir le dernier tome à lire !
RDV au premier trimestre 2020 pour la suite 😉

D’autres avis chez : Dup, …

Articles associés : Tome 1

Pour aller plus loin : Les 1ères pages,

Publicités

Testament, tome 2 : Alouettes – Jeanne-A Debats

Synopsis :
Je m’appelle Agnès, et je suis orpheline. Ah ! Et sorcière, aussi. Mon oncle m’a engagée dans son étude notariale. Ne croyez pas que le job soit ennuyeux, en fait, ce serait plutôt le contraire. En ce moment, tout l’AlterMonde est en émoi à cause d’une épidémie de Roméo et Juliette. Imaginez : des zombies tombant amoureux de licornes, des vampires roucoulant avec des kitsune, des sirènes jurant un amour éternel à des garous. Et tout ce beau monde défile dans notre étude pour se passer la bague au doigt. Mais la situation commence à sérieusement agacer les hautes autorités.
Et comme l’AlterMonde n’est pas Vérone, à nous de faire en sorte que cette fois l’histoire ne se termine pas dans un bain de sang…

Mon avis :
Après avoir dévoré plusieurs livres, j’ai eu envie de me replonger dans cette série qui ne fera pas long feu (pour une fois) car le tome 3 sera surement lu avant la mi automne 😉
Je me suis donc plongée avec plaisir dans ce tome très… chaud !

Des retrouvailles 😉 

J’ai vraiment aimé retrouvé la petite bande rencontrée dans le tome précédent. Même si l’histoire se passe 3ans après les évènements du tome précédent, histoire de digérer un peu pour nous… et pour Agnès.

On retrouve donc Agnès, dans une belle dépression ou plutôt une sorte de syndrome post-traumatique. Alors oui j’ai compris qu’elle allait mal, mais j’ai eu du mal quand même à encaisser quand elle se dit grosse (purain de merle ! je fais son poids ! c’est un peu vexant !), il va lui falloir du temps et un charmant satyre pour s’en remettre… ou presque.

Un micro bout d’intrigue

Comme le dit la 4è de couv, on croise une déferlante de Roméo et Juliette, de tout le bestiaire imaginaires existant, obligés d’accomplir leur Destin et à côté de ça, un étrange « client » de Gerraud cherche à récupérer un vieil artefact magique assez… bouillant ! Du coup, on se retrouve dans des situations assez rocambolesques (attention si tu es sensibles aux scènes un peu (beaucoup) osées, voire classées X, la lecture peut être un peu gênante 😉 )

Paris et le futur

Ce que je n’avais pas senti dans le 1er tome c’était le côté futuriste. L’époque étant assez proche de la nôtre (ça se passe dans les 2030’s), ça passait assez inaperçu. Dans ce tome, on y croise un monde virtuel et son côté bien bien SF 😉 (en gros de la VR bien bien plus poussée, mais qui sait d’ici une 10aine d’années on y sera peut-être)

Dans ce tome, nous somme toujours dans Paris mais aussi un peu sa banlieue, mais je crois que pour la lecture du prochain tome, je prendrais un plan de Paris en sous main, car je suis sure de pouvoir retracer tous les trajets tellement c’est bien décrit. Je n’ai pas eu l’occasion de trop me promener dans la capitale mais le peu que je connais, je l’ai très bien reconnu comme si j’y étais 😉

De l’humour et des révélations

On retrouve aussi cette pointe d’humour toujours présente, même si Zalia et ses jeux de mots pourris sont assez absents (il faudra lire pour comprendre), certains passages de ce livre m’ont bien fait marrer surtout lorsque Agnès est très occupée à essayer de ne pas penser (erm) et qu’elle continue de penser trop scientifiquement ou encore lorsqu’elle débite une très longue liste de nombres premiers.

Enfin, Gerraud le mystérieux oncle d’Agnès, se dévoile enfin un tout petit peu ce qui m’a beaucoup intéressé car il n’est pas juste cet homme quasi immortel au caractère de statue et du coup je suis encore plus curieuse.
D’ailleurs, des révélations, on en a encore à propos d’Agnes, mais je crois qu’il va falloir attendre le prochain tome pour ENFIN connaitre la vraie nature de celle-ci !
Navarre est toujours égal à lui même, mais c’est toujours un régal (d’ailleurs je crois que je vais me relire Métaphysique du Vampire :3 )

En conclusion, 
Un second tome toujours aussi bon que le premier, un peu plus chaud, toujours aussi drôle. Bref, on en demande encore et encore même si on sait que la fin de la trilogie approche bientôt
(D’ailleurs je profite de ma conclusion pour demander aux éditions ActuSF et/ou à l’Autrice si jamais un recueil des diverses nouvelles parsemées de Navarre est en projet dans un temps +/- long 😉 )

D’autres avis chez : MarieJuliet, Dup

Articles associés : Métaphysique du Vampire, L’héritière