Le Livre de l’Énigme, tome 1 : Source des Tempêtes – Nathalie Dau

Synopsis : 
Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. J’ai entraperçu l’azur de sa magie étrange et intense, mon univers s’est métamorphosé. Moi qui me sentais si seul, si désespéré, j’ai découvert soudain pourquoi j’étais venu au monde : pour protéger celui qu’on m’a donné pour frère. Un frère pas tout à fait humain, pas tout à fait possible. Le protéger des autres et de lui-même : des décisions qu’il voudrait prendre afin de résoudre sa maudite Énigme. Car ce petit est doué pour se mettre – nous mettre – en péril ! Mais j’ai la faiblesse de croire que je suis plus têtu que lui.

Mon avis :
Il y a un moment déjà, j’avais lu La Somme des Rêves, j’avais coup de cœurisé ce livre, parce que j’avais adoré l’univers, les personnages et surtout la plume de l’auteure (je ne suis absolument pas objective quand il s’agit de cette auteure 😛 )
Un peu plus tard, La Somme des Rêves est ressortie, améliorée d’une treizaine de chapitre et légèrement remodelé sous le titre Source des Tempêtes.
Le Mois de Nathalie Dau approchant sur BookEnStock, j’ai enfin sauté le pas de (re)lire Source des Tempêtes.

J’ai aimé / J’ai adoré :
– (re)découvrir l’univers du Livre de l’Enigme. En effet, l’univers créé est très riche et suffisamment imagé pour s’illustrer parfaitement dans ma tête. De plus, les religions et la magie y sont un pan important mais aussi très intéressant de la lecture et j’apprécie particulièrement (re)découvrir un système magique qui ne se base pas sur le Bien et le Mal (pour moi, chacun à sa part des deux) mais sur la Loi et le Chaos (qui me parle un peu plus au final 🙂 )
– les « nouveaux » chapitres. En lisant la première version, j’avais été un peu triste de la fin « abrupte » qui me laissait sur ma faim. La 3è partie de la nouvelle version nous fait découvrir de nouveaux personnages (même s’ils ne sont que de passage), une nouvelle ethnie et à rassasier ma faim. De plus, j’ai aussi senti un peu le retravail de certains points 🙂
– voir que je n’avais pas tout oublié de ma précédente lecture. Je me souvenais parfaitement de certains détails et certaines scènes du livre… Au final, seul les premier chapitres c’était un peu effacé de ma mémoire.
– Ceredawn, dans la 1ère version, il ne m’avait pas tant marqué que ça et là… ce fut l’illumination. Ce petit bonhomme m’a vraiment touché.
– les « encarts » qui nous content des détails et nous donnent des explications sur des points qui pourront nous aider par la suite (genre ce qu’est un rive, une marne…)
– la nouvelle couverture par Melchior Ascaride. Elle n’est pas bleue mais elle est très jolie et j’ai trouvé la scène qu’elle représente dans le livre 🙂

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :
– Même si, je la connaissais déjà un peu, la relation entre Cerdric et Ölinelle. Je me suis retrouvée avec les mêmes réflexions que Disto au final. Ça m’a un peu dérangé, il faut le dire.

Je regrette :

En conclusion,
Un premier tome, principalement raconté principalement par Cerdric, très immersif, dans un monde très travaillé et détaillé avec des personnages denses et intéressants quelque soit leur rôle dans l’histoire.
Un excellent moment en compagnie de Cerdric à la découverte de son passé mais aussi de son futur.

P.S.: J’ai repris la même conclusion que lors de ma lecture de la Somme des Rêves parce que je ne trouve pas d’autres mots. De plus, j’ai essayé d’éviter de me répéter par rapport à la lecture de la première version, donc il faut lire les 2 chroniques pour ce tome ^^’

D’autres avis chez : Blacky, Dup, MélisendePtitetrolle
Articles associés : La Somme des Rêves (1ère édition tronqué du tome 1)
Le Mois de Nathalie Dau sur Bookenstock
Des articles ailleurs : Interview de Nathalie Dau chez les Pipelettes

La Voie des Oracles, tome 1 : Thya – Estelle Faye

Synopsis : 
La Gaule, au début du cinquième siècle après Jésus-Christ.
Cerné par les barbares, minés par les intrigues internes et les jeux malsains du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement.
Dans une villa d’Aquitania, perdue au milieu des forêts, vit Thya, seize ans, fille du général romain Gnaeus Sertor. À cinq ans, elle a manifesté pour la première fois des dons de devin. Mais dans l’Empire chrétien, il ne fait plus bon être oracle, et à cause de ce secret qu’elle doit garder, Thya est devenue une adolescente solitaire, à l’avenir incertain.
Lors d’une des visites en Aquitania, Gnaeus tombe sous les coups d’assassins à la solde de son fils Aedon qui souhaite s’emparer de son siège au sénat. Il est ramené à la villa entre la vie et la mort et Thya cherche dans ses visions un moyen de le sauver. Son don lui permet d’apercevoir la forteresse de Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a obtenu sa plus grande victoire contre les Vandales. Elle comprend alors qu’elle doit s’y rendre et s’enfuit dans la nuit.
Sa route sera pavée de rencontres, Enoch, un jeune et séduisant barbare, ou encore un faune, un être surnaturel issu du monde païen, et Thya va évoluer et découvrir un monde en mutation qui n’est pas exactement celui que lui décrivait son père…

Mon avis :
Après ma précédente lecture, pas moyen de me décider sur la suivante… C’est alors que les vénérables Phooka et Dup de Bookenstock ont commencé à publier les 1ères réponses aux questions du « Mois de » Estelle Faye… Et là , la lumière fut ! J’ai quelques livres d’Estelle Faye dans ma PAL N(umérique), mais pas forcément l’envie de me plonger dans un « gros » livre… Dame Dup m’a donc fortement encouragé à lire Thya et comme je le possède, je n’ai pas cherché plus loin que ça 🙂

J’ai aimé / J’ai adoré :
– me retrouver à l’époque gallo-romaine même si c’est la fin. En effet, la fantasy a cette époque est relativement rare. La dernière fois que j’ai lu un livre à l’époque gallo-romaine, c’était pfiou… Lavinia ! J’ai donc vraiment apprécié raviver mes souvenirs de latiniste et de me plonger dans cet univers que j’ai tant apprécié durant mes 7 ans de latin scolaire !
– Thya. Cette jeune fille, oracle de son état mais aussi jeune adolescente et pleine de verve ! J’ai aussi apprécié son physique. En effet, Thya est assez loin des clichés de la YA, elle n’est pas « belle plante » en extérieur, il faut gratter, il faut des artifices pour la « rendre désirable » physiquement
– Enoch. À première vue, un beau gosse charmeur, mais « au final », il est bien plus que ça, et j’espère continuer à en apprendre plus sur lui. J’ai aussi beaucoup apprécier son métier, je ne savais d’ailleurs pas que ça existait à cette époque, je pensais que le maquillage n’était que féminin (et théâtral)

Je n’ai pas aimé / J’ai détesté :

Je regrette :
– de ne pas avoir eu un petit lexique à la fin du livre ou un peu plus de notes de « bas de page » (oui en numérique ya pas vraiment de bas de page 😛 ). En effet, j’ai du « googler » certains noms de villes pour m’y retrouver (surtout Andemantunuum, j’ai beau avoir 7 ans de latin dans les pattes lors de ma scolarité, je n’arrivais pas à situer)

En conclusion,
Un 1er tome d’une trilogie fantasy original par son univers gallo-romain qui promet une suite et des évolutions de personnages intéressants.

On peut retrouver Le Mois D’Estelle Faye chez BookEnStock
D’autres avis chez : Lelf, Blacky, Dup, Mypianocanta, Sia

 

  • Au Cœur de la Neige

    484 p

  • Challenge en cours !

    Lien direct vers les articles des organisateurs

  • Dans la Bulle

  • Dernières Neiges

  • Neiges éternelles