Les Larmes de Saël, tome 1.5 : Les Perles de l’Énéark- A.D. Martel

Synopsis :
« Naître fille plutôt que garçon ».
Haroun ne cesse de répéter ce souhait, caché derrière son voile de perles. Mais à Saël, les mâles sont rares et doivent obéir à leur devoir.
Obéir ou mourir.
Et ne jamais toucher leur protectrice.

Mon avis :
Ce livre a été lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2022. En effet, ce livre fait partie des 5 sélectionnés parmi plus de 70 extraits.
J’avoue que le pitch et le début m’avait bien parlé lors des qualifications.

Un livre de l’Imaginaire Young Adult, mais…
Ce livre est classé en Imaginaire, ce qui est indéniable puisque dans la société de Saël, les hommes sont rares et sont nécessaires à la « survie de l’espèce » un peu à la manière de Handmaid’s Tale, mais en version inversée. Quant au côté Young Adult, il l’est parce que les protagonistes principaux ont 15-16 ans…
Toutefois, le côté science fictif et « ado » est assez mis de côté et on se retrouve avec 70 % (au moins) de roman érotique. Alors, comment dire, je ne m’y attendais pas vraiment. Alors certes, certaines sont nécessaires à l’intrigue (lorsque Haroun découvre son destin), certaines m’ont paru de trop ou sans doute trop détaillées et ne faisant pas spécialement avancer l’intrigue. À la place de ces scènes, j’aurais préféré un peu plus de background pour donner plus de matière à ma lecture. Ou alors j’aurais préféré voir ce livre dans une autre catégorie, plus adaptée à la quantité de scène de sexe.
D’ailleurs, en parlant d’intrigue, celle-ci à quand même du mal à s’installer (alors que l’histoire est courte) et le « feu » de l’action arrive tardivement.

Des ressentis forts
Les émotions restent fortes dans ce roman, que ce soit la peine d’Haroun au tout début du livre où Haroun et Lénia se rencontrent ou lors des scènes puissantes qui arrivent à la fin.
J’ai toutefois trouvé qu’il manquait un peu de « matière » dans la relation Haroun et Lénia (à cause d’ellipse temporelle).

Un tome 1.5
Nous avons donc ici, une novella (texte très court d’environ 120 p en format papier d’après les revendeurs, 95 d’après ma liseuse en format numérique).
J’avoue avoir d’abord été surprise, surtout dans le cadre d’un prix, mais ayant l’habitude des auteurices écrivant des livres « liés, mais indépendant » ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Toutefois, on ressent à la lecture, qu’il nous manque quelques détails pour « mieux » apprécier la lecture, surtout arrivé à la fin du livre.

En conclusion,
Après avoir été très emballée par le début, j’ai été assez désappointée, par la quantité de scènes érotiques qui pour la plupart n’était pas des plus intéressantes… L’intrigue met aussi un peu trop de temps à se mettre en place et l’action va trop vite en fin de livre ce qui est un peu dommage. Je ne sais pas si j’aurais envie d’en découvrir plus.

Tous les liens pour retrouver le PAI en cliquant sur les petits logos

D’autres avis chez mes copinautes du jury : EamLL, …

La Longue Nuit – David Moitet

Synopsis :
Mira a un rêve : devenir la première femme enquêtrice du royaume. Mais pour cela, elle doit réussir l’épreuve de la longue nuit, un rite qui permet à chacun de gagner sa place dans la société. L’enjeu est de survivre une nuit entière dans la forêt interdite et de trouver une fleur de Lune… Mira n’est pas au bout de ses surprises, car les secrets de la forêt vont bien au-delà de cette terrible initiation.

Mon avis :
J’avais beaucoup apprécié RC 2722 de ce même auteur, j’avais donc hâte de découvrir un autre livre. Et la 4è de ce nouveau livre (même si elle parait assez classique) a su m’intriguer

Des personnages humains mais pas que
Les personnages de cet univers sont particuliers. Ils m’ont fait pensé à certains personnages de Sweet Tooth. C’est d’ailleurs assez perturbant d’imaginer un « homme éléphant » ou une « femme antilope » car les descriptions sont assez pauvres sur ce point. On ne sait pas comment les animaux sont devenus les ancêtres de ces humanoïdes qui ont gardé quelques caractéristiques animales. D’ailleurs il y a globalement peu de description dans le roman.

Un monde dichotomique
Le monde de ce livre est divisé en 2 parties. D’un côté, les Herbivores, de l’autre les Carnivores (qui ne feront qu’une petite incursion, certes importante pour l’intrigue, dans le roman). Chez les Herbivores, tout est carré, tout est ordonné grâce à la Longue Nuit… mais Mira va découvrir ce qui se cache derrière tout ça et c’est loin d’être du joli-joli !
Mira issue de la haute société et 1ère femme à entrer dans la Police du Roi va vite découvrir que le monde dans lequel elle vit est loin d’être paisible.

Plusieurs points de vue
Le roman est principalement du point de vue de Mira, avec toutefois quelques incursions bienvenues dans le point de vue d’autres personnages plus ou moins clé, mais qui feront avancé l’intrigue dans tous les cas. J’aurais apprécié un peu plus de ces points de vue ou au moins remettre un peu mieux en place certains personnages (surtout ceux dont on a que une ou deux visions du monde de leur part).

En conclusion,
Un roman où il faut mener l’enquête au côté de Mira, qui découvre les inégalités et ce que son peuple a fait pour garder la paix. Un roman où on nous parle d’inégalité des classes mais aussi de genre, de façon un peu simpliste mais l’effort est fait. La lecture de ce roman reste tout de même agréable.

Livre disponible en papier ou en numérique…. et un petit extrait 😉