Les Larmes de Saël, tome 1.5 : Les Perles de l’Énéark- A.D. Martel

Synopsis :
« Naître fille plutôt que garçon ».
Haroun ne cesse de répéter ce souhait, caché derrière son voile de perles. Mais à Saël, les mâles sont rares et doivent obéir à leur devoir.
Obéir ou mourir.
Et ne jamais toucher leur protectrice.

Mon avis :
Ce livre a été lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2022. En effet, ce livre fait partie des 5 sélectionnés parmi plus de 70 extraits.
J’avoue que le pitch et le début m’avait bien parlé lors des qualifications.

Un livre de l’Imaginaire Young Adult, mais…
Ce livre est classé en Imaginaire, ce qui est indéniable puisque dans la société de Saël, les hommes sont rares et sont nécessaires à la « survie de l’espèce » un peu à la manière de Handmaid’s Tale, mais en version inversée. Quant au côté Young Adult, il l’est parce que les protagonistes principaux ont 15-16 ans…
Toutefois, le côté science fictif et « ado » est assez mis de côté et on se retrouve avec 70 % (au moins) de roman érotique. Alors, comment dire, je ne m’y attendais pas vraiment. Alors certes, certaines sont nécessaires à l’intrigue (lorsque Haroun découvre son destin), certaines m’ont paru de trop ou sans doute trop détaillées et ne faisant pas spécialement avancer l’intrigue. À la place de ces scènes, j’aurais préféré un peu plus de background pour donner plus de matière à ma lecture. Ou alors j’aurais préféré voir ce livre dans une autre catégorie, plus adaptée à la quantité de scène de sexe.
D’ailleurs, en parlant d’intrigue, celle-ci à quand même du mal à s’installer (alors que l’histoire est courte) et le « feu » de l’action arrive tardivement.

Des ressentis forts
Les émotions restent fortes dans ce roman, que ce soit la peine d’Haroun au tout début du livre où Haroun et Lénia se rencontrent ou lors des scènes puissantes qui arrivent à la fin.
J’ai toutefois trouvé qu’il manquait un peu de « matière » dans la relation Haroun et Lénia (à cause d’ellipse temporelle).

Un tome 1.5
Nous avons donc ici, une novella (texte très court d’environ 120 p en format papier d’après les revendeurs, 95 d’après ma liseuse en format numérique).
J’avoue avoir d’abord été surprise, surtout dans le cadre d’un prix, mais ayant l’habitude des auteurices écrivant des livres « liés, mais indépendant » ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Toutefois, on ressent à la lecture, qu’il nous manque quelques détails pour « mieux » apprécier la lecture, surtout arrivé à la fin du livre.

En conclusion,
Après avoir été très emballée par le début, j’ai été assez désappointée, par la quantité de scènes érotiques qui pour la plupart n’était pas des plus intéressantes… L’intrigue met aussi un peu trop de temps à se mettre en place et l’action va trop vite en fin de livre ce qui est un peu dommage. Je ne sais pas si j’aurais envie d’en découvrir plus.

Tous les liens pour retrouver le PAI en cliquant sur les petits logos

D’autres avis chez mes copinautes du jury : EamLL, …

Les Enigmes de l’Aube, tome 2 : Les Quatre Vérités – Thomas C Durand

Synopsis :
Anyelle a un don très particulier, du genre de ceux qu’il lui faut apprendre à maîtriser de toute urgence. Mais les écoles de magie sont des endroits peu ouverts aux filles, surtout si elles ne viennent pas de familles riches. Pourtant, pas de quoi remettre en cause sa détermination à rentrer dans le collège de magie qu’elle souhaite intégrer !

Mon avis :
Après un premier tome truculent, j’avais hâte de retrouver les aventures de la (très) jeune Anyelle dans son univers quasi exclusivement masculin

Un petit côté Harry Potter en mieux
On retrouve avec plaisir Anyelle qui a changé d’école de magie à la rentrée (parce que son don a besoin d’un meilleur enseignement). Elle est une fois encore la seule fille de l’école (enfin côté élève ! ) Aucun obstacle pour elle ou presque. Elle se fait des amis mais aussi des ennemis. de nouvelles énigmes à résoudre… Bref, une année somme toute ordinaire dans une école de magie.
Petit point qui me fait tiquer parfois lors de ma lecture. Anyelle a 9-10ans mais parfois on dirait bien plus ! Sans doute l’école de magie l’a changé.

Un humour toujours bien présent
On retrouve bien la patte du précédent tome, avec comme toujours des petites pics par ci ou par là et des notes de bas de pages indispensables pour la compréhension du texte 😉

Un sport incompréhensible pour le commun des mortels
Il y a comme dans toute école de magie qui se respecte, un sport national. Ici c’est le Métaball, et bien clairement je n’y saisi rien et on suit un match durant tout un chapitre… que j’ai lu avec beaucoup de mal… ce fut long et laborieux, parce que je n’y entends vraiment rien !

Conclusion,
Un tome 2 toujours aussi savoureux. On suit avec plaisir l’évolution d’Anyelle (et on sent bien qu’elle grandit ! ) dans un univers totalement décalé où les hommes sont le centre du monde et où une petite fille doit faire sa place et résoudre des énigmes toujours plus complexes

Article associé : Tome 1 : Premier Souffle
D’autres avis chez : Les Pipelettes en Parlent,
Pour aller plus loin : Le livre chez l’éditeur, une ITW de l’auteur sur ce second tome