Les Enigmes de l’Aube, tome 2 : Les Quatre Vérités – Thomas C Durand

Synopsis :
Anyelle a un don très particulier, du genre de ceux qu’il lui faut apprendre à maîtriser de toute urgence. Mais les écoles de magie sont des endroits peu ouverts aux filles, surtout si elles ne viennent pas de familles riches. Pourtant, pas de quoi remettre en cause sa détermination à rentrer dans le collège de magie qu’elle souhaite intégrer !

Mon avis :
Après un premier tome truculent, j’avais hâte de retrouver les aventures de la (très) jeune Anyelle dans son univers quasi exclusivement masculin

Un petit côté Harry Potter en mieux
On retrouve avec plaisir Anyelle qui a changé d’école de magie à la rentrée (parce que son don a besoin d’un meilleur enseignement). Elle est une fois encore la seule fille de l’école (enfin côté élève ! ) Aucun obstacle pour elle ou presque. Elle se fait des amis mais aussi des ennemis. de nouvelles énigmes à résoudre… Bref, une année somme toute ordinaire dans une école de magie.
Petit point qui me fait tiquer parfois lors de ma lecture. Anyelle a 9-10ans mais parfois on dirait bien plus ! Sans doute l’école de magie l’a changé.

Un humour toujours bien présent
On retrouve bien la patte du précédent tome, avec comme toujours des petites pics par ci ou par là et des notes de bas de pages indispensables pour la compréhension du texte 😉

Un sport incompréhensible pour le commun des mortels
Il y a comme dans toute école de magie qui se respecte, un sport national. Ici c’est le Métaball, et bien clairement je n’y saisi rien et on suit un match durant tout un chapitre… que j’ai lu avec beaucoup de mal… ce fut long et laborieux, parce que je n’y entends vraiment rien !

Conclusion,
Un tome 2 toujours aussi savoureux. On suit avec plaisir l’évolution d’Anyelle (et on sent bien qu’elle grandit ! ) dans un univers totalement décalé où les hommes sont le centre du monde et où une petite fille doit faire sa place et résoudre des énigmes toujours plus complexes

Article associé : Tome 1 : Premier Souffle
D’autres avis chez : Les Pipelettes en Parlent,
Pour aller plus loin : Le livre chez l’éditeur, une ITW de l’auteur sur ce second tome

Binti, tome 2 : La Mascarade Nocturne – Nnedi Okorafor

Synopsis
De retour sur Terre après son année passée à l’université intergalactique d’Oomza, la jeune Binti n’en a pas fini avec les surprises. Elle vient d’apprendre qu’elle est la descendante des Enyi Zinariya, un peuple extraterrestre, et elle se retrouve désormais capable de communiquer sans technologie tierce à travers de grandes distances. Mais la découverte de ce nouveau don, qu’elle maîtrise encore difficilement, s’accompagne d’une douloureuse nouvelle : pendant sa retraite dans le désert, les Khoush ont attaqué son village et sa famille a péri dans l’incendie de leur maison. Mais le temps du deuil n’est pas encore venu : Binti doit d’abord parvenir à concilier ses natures humaine et extraterrestre pour ramener la paix au sein de son peuple… quel qu’en soit le prix.

Mon avis
Après le premier tome de Binti (qui contenait en fait le 1er, le 2nd tome et une nouvelle supplémentaire) voilà le vrai 3è tome et la fin de l’histoire de notre harmonisatrice himba

Binti, à la fois tout et personne
Dans le 1er livre, Binti se découvrait et avait déjà évolué d’une certaine manière. Dans cette dernière partie, notre harmonisatrice évolue de nouveau sur de nouveaux plans. C’est à la fois fascinant de la voir intégrer de nouvelles choses mais aussi un peu « facile ». En effet, à chaque étape, elle devient un peu plus quelque chose d’autre et un peu moins elle sans pour autant choquer tout le monde (sauf les Terriens), alors qu’au départ on partait sur une quête identitaire… et là je trouve que ça devient compliqué de savoir qui on est quand on est un tout.

Une lecture toutefois agréable
Toutefois même si la quête identitaire de Binti est complexe, cette lecture me parait moins compliqué que le tome précédent. Surement parce qu’il ne s’agit que d’une seule histoire et non d’un fix-up. Toutefois, on retombe un peu dans le « Young Adult » avec quelques facilités (depuis quand Binti possède-t-elle ses capacités ? ) du tout premier tome (Binti).

En conclusion,
Une conclusion de série agréable à lire, même si je me demande encore le pourquoi du comment du prix Hugo. Et je reste pas mal mitigée sur ma lecture : ça se lit bien, on y trouve des thèmes peu abordés (et surtout par les 1er·e·s concerné·e·s) mais au delà…

Article associé : Binti
Pour aller plus loin : le livre chez l’éditeur,
D’autres avis chez : Tigger Lilly, CelineDanae, …