Poumon vert – Ian R Macleod

Synopsis :
LORS DE SA DOUZIÈME ANNÉE standard, pendant la saison des Pluies Douces habarienne, Jalila quitte les hautes plaines de Tabuthal. Un voyage sans retour — le premier. Elle et ses trois mères s’installent à Al Janb, une ville côtière bien différente des terres hautes qui ont vu grandir la jeune fille. Jalila doute du bien-fondé de son déménagement. Ici, tout est étrange. Il y a d’abord ces vaisseaux, qui percent le ciel tels des missiles. Et puis ces créatures d’outre-monde inquiétantes, qu’on rencontre parfois dans les rues bondées. Et enfin, surtout, la plus étrange des choses étranges, cet homme croisé par le plus pur des hasards — oui, un… mâle. Une révélation qui ne signifie qu’une chose : Jalila va devoir grandir, et vite ; jusqu’à percer à jour le plus extraordinaire secret des Dix Mille et Un Mondes…

Mon avis :
Le pitch de cette novella m’avait bien tenté alors je me suis décidée à me lancer pour commencer mes lectures courtes dans le cadre du Projet Maki.

Un monde arabisant et plein de néologismes
L’univers dans lequel se trouve cette courte novella (vraiment courte 😉 mais trop longue pour une nouvelle : 144p papier) est un univers très arabisant qui peu parfois faire rêver. Toutefois, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ma lecture du fait de très nombreux néologismes pas forcément expliqués / explicites qui ont donc compliqué ma lecture.

Une quête identitaire
J’ai été surprise au début de ma lecture car le féminin est la norme. En effet 90% de la population est féminine, les hommes se font rarissimes et toute la « mythologie » et la littérature est féminisée (il y a même une référence à « Romana et Juliette »). Une fois ce détail assimilé, on peut s’intéresser à l’histoire de Jalila qui est en pleine adolescence et donc 1ers émois, questions sur soi…

Une déception
Bon je ne vais pas épiloguer 107 ans, je suis carrément passée à côté de ma lecture.
Alors oui on est dans une novella relativement courte donc il faut faire des concessions sur l’univers, les personnages, mais j’en ai eu trop peu au point d’être perdu et je n’ai d’ailleurs pas non plus compris cette histoire de « Poumon vert » ^^’

En conclusion, 
Une novella qui si elle avait été plus développé (et donc devenu un roman ^^’ ) aurait pu me plaire, mais là je suis passée à côté et n’ai pas été emballée plus que ça.

D’autres avis chez : BlackWolf, Le Chien Critique, …

Première lecture dans le cadre du #ProjetMaki (plus que 51 😉 )

4 réflexions au sujet de « Poumon vert – Ian R Macleod »

Déposez un flocon

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.